Ni élite, ni exclusion, la politique scientifique de la BnF nous concerne tous et toutes (22/05/2013)

 Section de la Bibliothèque nationale de France

Local syndical Tolbiac, T4, A2, poste : 49.24, messagerie : sud@bnf.fr

 

Au cours du mois de mai 2013, ont lieu à la BnF les élections au Conseil Scientifique. Celui-ci est un organisme consultatif qui peut être consulté sur les questions relatives à la politique scientifique de la BnF et à ses activités de recherche.

On remarque déjà que le CS n’a qu’un rôle limité, puisqu’il ne peut que donner son avis sans que celui-ci ait un effet quelconque et qu’il n’est même pas systématique saisi des questions relevant de ses compétences.

Mais ce qui est vraiment très critiquable, c’est le mode d’élection des représentant-e-s du « personnel » de la BnF pour ce CS.

En effet, les agents de la BnF, par rapport au CS, sont répartis en 3 catégories :

  • Les conservateurs/trices, titulaires, sûrement « l’élite » aux yeux de la direction de la BnF, qui votent à part, dans le premier collège électoral et qui désignent 2 représentant-e-s.
  • Les autres agents de catégorie A et B, fonctionnaires ou contractuel-le-s sur emplois, à condition qu’ils/elles travaillent dans des directions dites scientifiques (la DCO, la DSR, la DDC et la DRI) et exercent des fonctions dites à caractères scientifiques et techniques, votent dans un deuxième collège électoral et désignent eux/elles aussi 2 représentant-e-s.
  • Tous les autres agents de la BnF sont exclus des élections au CS et n’existent pas dans ce cadre, parce que selon la direction de la BnF, ils/elles ne sont pas sur les bons postes, ils/elles ne travaillent pas dans les bonnes directions ou bien tout simplement ils/elles sont vacataires, caractéristique suffisamment grave pour être réduit au silence, même si certain-ne-s sont sur des fonctions scientifiques ou techniques.

Ce système électoral est profondément injuste et inégalitaire. Il exclut plus de 57% des agents de la BnF, qui se retrouve privée de tout droit d’expression. Par ailleurs, son fonctionnement hiérarchique et élitiste donne autant de poids au premier collège électoral qu’au second, alors que le premier collège ne représente que 39 % des votant-e-s du second collège. L’existence même de collèges électoraux est discutable, mais si en plus ils permettent de surévaluer l’importance de certains corps de fonctionnaires, cela fausse toute notion de « démocratie sociale » ou de « représentation du personnel ».

Pourtant, sans le travail quotidien, efficace et en commun de tous les agents de la BnF, quelques soit leurs catégories, leurs statuts professionnels et leurs directions, tous les projets scientifiques, de recherche et le service public ne pourraient aboutir. Rien ne peut se faire sans le travail des magasiniers, des vacataires et des agents de la DAP. Rien ne peut se faire non plus sans la coopération des conservateurs/trices et des autres personnels de catégories A et B.

De même, tout le personnel de la BnF est concerné par les choix de politiques scientifiques et de recherche de la BnF. Tout le personnel a un avis sur ces orientations et doit pouvoir l’exprimer, parce que cela le touche d’une manière ou d’une autre et parce que son travail y contribue, d’une façon ou d’une autre.

Mais la direction de la BnF elle a choisi un système d’exclusion et de division.

Par conséquent, il est pour nous, section SUD Culture de la BnF, impossible de prendre part à un tel scrutin.

Il y a bien des choses à dire par rapport à la politique scientifique de la BnF, que ce soit la baisse des budgets d’acquisitions et de conservation, les problèmes du catalogue, le remplacement de périodiques papiers par des versions électroniques sans aucune garantie pour l’accès aux archives, la non-gestion des documents envoyés sous forme électronique, les expositions, l’impact négatif de la réforme du Haut-de-Jardin, la privatisation inacceptable du patrimoine public à travers la filiale BnF-Partenariats et les contrats qu’elles signent…

C’est ce que fait régulièrement notre organisation syndicale, dans ses interventions et dans ses actions.

Mais l’élection au Conseil Scientifique ne permet pas à l’ensemble du personnel de s’exprimer sur tous ces sujets.

Nous appelons donc les agents de la BnF qui peuvent voter à ce scrutin à s’abstenir, afin de montrer leur rejet de ce système électoral et d’obtenir un nouveau mode de scrutin qui permette une expression égale de tous les agents de la BnF.

 

 

Publicités