Défendre les droits des « vacataires » et en gagner de nouveaux : Réunion d’information syndicale (22/11/2014)

Section de la Bibliothèque nationale de France

Local syndical Tolbiac, T4, A2, poste : 49.24, messagerie : sud@bnf.fr

Au début des années 2000, puis en 2008 et plus récemment en  2013, c’est par la mobilisation et les luttes  à la BnF que les agents contractuel-le-s à temps incomplet, les vacataires ont peu à peu gagné de nouveaux droits, comme :

  • Le passage en CDI à la fin du 1er CDD de 3 ans.
  • Une augmentation de 10 heures de travail par mois au bout de 6 ans d’ancienneté.
  • L’accès à la formation, la possibilité d’avoir largement recours aux prestations de l’Action Sociale et sur la gestion de leurs congés et de leur temps de travail.
  • La mise en place en 2012 d’un salaire indicé avec une grille d’avancement de salaire tous les 3 ans.

Sans ces mobilisations successives, les agents contractuel-le-s à temps incomplet en 2014 subiraient encore les dérives du travail précaire des « vacataires » de la BnF des années 90. Même si trop peu savent qu’ils/elles peuvent disposer de ces droits et que la direction de la BnF fait trop peu d’effort pour vous en informer, ou pour s’assurer qu’ils sont bien respectés.

Mais ils restent encore beaucoup à faire et il faut maintenant de nouvelles avancées pour ces agents :

  • Passage sur contrats de 3 ans de tous/toutes les contractuel-le-s à temps incomplet employé-e-s sur des besoins ou missions permanentes de la BnF (numérisation, Projet Richelieu "vacataires navettes",  programmes de recherche).
  • Mettre en œuvre la possibilité ouverte par la loi d’embaucher les contractuel-le-s à temps incomplet directement en CDI.
  • Garantie de la réattribution, selon la règle prévue par le texte du 1er août 2008, de tous les contrats de travail de 90h par mois, ce que la BnF ne fait plus depuis mi-2013.
  • Augmentation de la quotité de travail mensuelle jusque 110 heures pour ceux/celles qui le souhaitent.
  • Prise en compte dans leur temps de travail de l’ensemble du temps badgé dans GTA.
  • Extension aux contractuel-le-s à temps incomplet du droit à la récupération du temps de travail en local  aveugle, dont ils/elles sont pour l’instant exclu-e-s.
  • Compensation au niveau du salaire pour la forte augmentation du prix à la cantine suite à la mise en œuvre du prix plancher imposé par l’URSSAF en 2013.
  • Suppression de la part variable dans l’avancement de ces agents et son intégration dans la part fixe pour une augmentation de salaire décente.
  • Mise en œuvre d’un véritable plan de titularisation, sans condition de quotité horaire, de concours, ni de nationalité, pour toutes/tous les contractuel-le-s à temps incomplet qui le souhaitent.

Pour connaître nos droits, pour les défendre, pour en gagner de nouveaux, pour lutter contre la précarité, informons-nous, réunissons-nous, organisons-nous !

Publicités