Nocturnes : les personnels unis et les organisations syndicales ont fait reculer la direction ! (20/02/2015)

Intersyndicale CGT-FSU-SUD Culture, Bibliothèque nationale de France

 

Nocturnes : les personnels unis et les organisations syndicales ont fait reculer la direction !

 

Les personnels réunis le 5 février ont massivement rejeté le projet d’ouverture nocturne hebdomadaire jusqu’à 22h que la direction de la BnF souhaitait mettre en œuvre au département Droit Economie Politique (ce qui aurait aussi concerné l’Accueil et les caisses), mandatant les organisations syndicales siégeant au Comité Technique afin qu’elles transmettent la pétition rédigée par les agent-e-s du D2 contre cette mesure et en exigent le retrait immédiat.

Chacun-e aura compris que derrière cette mesure présentée par la direction comme une «expérimentation», il n’y a rien d’autre que la volonté d’étendre peu à peu les nocturnes jusqu’à 22H00 à l’ensemble de la bibliothèque. Cela sans la moindre considération pour les collègues, qui subissent déjà une situation de sous-effectif et des conditions de travail difficiles sous l’effet d’une politique d’austérité qui dure depuis plusieurs années, abaissant aussi les services aux publics. Sans tenir compte non plus de tous les problèmes qu’une telle mesure peut poser (restauration, accès aux transports en commun le soir, horaires décalés…).

C’est donc l’ensemble de la représentation syndicale au sein Comité Technique qui s’est opposée à l’extension horaire et a transmis les décisions de la réunion du personnel, en pointant tous les dangers de ce projet, comme le non-respect du règlement intérieur. La direction a alors demandé une suspension de séance, puis a informé les syndicats du fait qu’elle décidait de suspendre «l’expérimentation» pour une durée indéterminée, évoquant l’impréparation face à une situation complexe dont il faudrait mesurer l’ensemble des conséquences, ainsi que la difficulté de faire cela sans modifier le règlement intérieur.

L’unité des organisations syndicales et la détermination des personnels auront donc permis de faire reculer temporairement la direction sur ce projet. Mais celle-ci, soumise à la contrainte du contrat de performance imposé par le MCC, qui consiste à avoir toujours plus de tâches avec moins de personnel, risque fort de le relancer dès qu’elle sera parvenue à mieux le présenter.

Il faut donc être vigilant-e-s pour garantir de bonnes conditions de travail, le respect de la vie privée des agent-e-s dans un contexte où ils/elles sont relégué-e-s de plus en plus loin de leur lieu de travail et un effectif d’agent-e-s titulaires suffisant pour faire face à la charge de travail.

Le rapport de force que nous avons établi ensemble lors de cette mobilisation devra donc être maintenu, afin de pouvoir peser à nouveau et de bloquer toute tentative de relancer un projet d’ouverture nocturne de la BnF.

Publicités