CONTRE LA LOI TRAVAIL, POUR L’EMPLOI À LA BNF : POURSUIVONS LA MOBILSATION !

Intersyndicale CGT – FSU – SUD de la BnF

Après les mobilisations des 9, 17 et 24 mars, la journée de grève et de manifestation du 31 mars a été un succès, aussi bien à la BnF qu’au niveau interprofessionnel, ce qui montre bien la colère des salarié-e-s. Mais pour obtenir satisfaction sur nos revendications, pour arrêter la casse des services publics et des droits sociaux, il faut poursuivre l’action !

Le projet de loi travail est toujours aussi inacceptable. De son côté, la BnF continue à subir les politiques d’austérité mises en œuvre ces dernières années, ne nous donnant plus aujourd’hui les moyens d’accomplir pleinement nos missions de service public.

 UN MINISTÈRE DE LA CULTURE EN CRISE :

  •  parce que les suppressions d’emplois et les coupes budgétaires se poursuivent violemment depuis 7 ans abîmant, de façon durable, les missions et les personnels du ministère
  • parce que les conditions de travail, les carrières, la santé des agents se sont dégradées en raison de la baisse des budgets et des effectifs
  • parce que l’action publique en matière de culture est essentielle autant à Paris qu’en région avec les Directions Régionales des Affaires Culturelles.

ARRÊTER LES SUPRESSIONS DE POSTES A LA BNF, UNE PRIORITÉ !

  •  parce que nous atteindrons fin 2016 les 272 suppressions de postes depuis 2009, ce qui nous empêche d’accomplir normalement nos missions et d’accueillir les usagers/ères dans de bonnes conditions.
  • parce que la situation se dégrade dans les services et que l’on demande aux agents de faire toujours plus avec moins d’effectifs, ce qui entraîne surcharge de travail, tensions, arrêts-maladie…
  • parce que la précarité n’est pas une réponse aux problèmes de la BnF…

La direction de la BnF a annoncé qu’elle va demander au ministère de la Culture l’arrêt des suppressions de postes pour 2017 et 2018. Ce premier pas, même s’il a bien lieu, n’est pas suffisant. Il faut recréer les postes supprimés ces dernières années, en commençant par appeler la liste complémentaire du recrutement de magasiniers. Il faut faire passer les « vacataires » à 110h par mois en CDI. Il faut augmenter le budget de la BNF à la hauteur de ses missions !

 
LOI TRAVAIL : CASSE SOCIALE

Qui peut croire qu’en facilitant les licenciements, des emplois vont être créés ?
Qui peut croire qu’en faisant travailler plus longtemps ceux qui travaillent déjà, le chômage va baisser ?
Qui peut croire qu’en permettant aux entreprises de déroger au Code du travail, les salariés seront mieux protégés ?

Le projet El Khomri prévoit, par exemple :

• Des accords d’entreprise qui pourront prévoir des droits inférieurs à la loi
• La possibilité de procéder à des licenciements économiques même quand l’entreprise se porte bien
• Un temps de travail quotidien maximal à 12 h par accord d’entreprise
• La baisse de la majoration des heures complémentaires et supplémentaires (de 25 à 10%)

 
POUR ABATTRE LA LOI TRAVAIL, POUR GAGNER SUR NOS REVENDICATIONS A LA BNF ET AU MINISTRE DE LA CULTURE, CONTINUONS L’ACTION.

LUNDI 4/04, AG DU PERSONNEL DE LA BNF, 12H30, HALL OUEST !

MARDI 5/04, JOURNÉE DE GREVE ET DE MANIFESTATION

SAMEDI 9/04, GRANDE JOURNÉE DE GREVE ET DE MANIFESTATION

Publicités