VACATAIRES, TITULAIRES : Solidaires et en grève contre la précarité à la BnF samedi 07 mai !

Intersyndicale CGT – FSU – SUD Culture de la BnF

Parmi les journées de mobilisations réussies des personnels de la BnF contre la Loi Travail et contre les politiques d’austérité dont pâtit notre établissement, le samedi 09 avril a été une occasion particulière pour les « vacataires » de la BnF de se faire entendre. En effet, ces agents, parmi les plus précaires d’entre nous, participent pour une grande part à l’ouverture de la BnF le weekend et en soirée

Précarité de longue durée…
…salaires inférieurs au seuil de pauvreté, cumul d’emplois, absence de perspectives de titularisation, jonglage entre les aides sociales, contrats à quotités horaires trop faibles (70h, 80h/mois), droits méprisés ou amoindris : autant de situations dont la direction de la BnF refuse de prendre la responsabilité.

Pour l’augmentation des quotités horaires des « vacataires » et leur titularisation !
Dès la rentrée 2015, l’intersyndicale BnF a poussé la direction à ouvrir sérieusement le dossier de la résorption de la précarité à la BnF, en demandant le passage en CDI et à 110h/mois (limite légale) des non titulaires à temps incomplet qui le souhaitent et l’appel rapide de l’intégralité de la liste complémentaire du recrutement direct de magasiniers/ères, où plusieurs collègues précaires de la BnF se trouvent en attente d’être titularisé-e-s, ceci à l’heure où les sous-effectifs épuisent les personnels.

Pour en finir avec un service public au rabais sur le dos des précaires : hausse du budget !
À ces revendications, portées au mois de mai par un nouveau préavis de grève de l’intersyndicale CGT-FSU-SUD de la BnF, la direction a donné les réponses suivantes : passage à 110h de 5 collègues alors que 70 demandes ont été recensées ; exclusion définitive des « vacataires » des vestiaires d’un passage éventuel à 110h ; aucun calendrier précis d’appel de la liste complémentaire, le tout « faute de budget ». Pendant ce temps-là, les « vacataires » de service public donnent du temps de travail gratuit, ne « pointant » contrairement à l’ensemble de leurs collègues que pour indiquer leur présence, donc sans calcul de leur temps de travail réel, selon une pratique injuste et jamais remise en cause par la direction de la BnF.

Comment se satisfaire aujourd’hui de telles annonces?

Réuni-e-s en Assemblée Générale le 30 avril, les « vacataires » de la BnF ont décidé de cesser une nouvelle fois le travail, déterminé-e-s à exprimer leur ras-le-bol et à demander de vraies avancées :

  • passage à 110h de tous/tes les « vacataires » qui en ont fait la demande
  • appel rapide et intégral de la liste du recrutement direct de magasiniers/ères
  • passage en CDI de tous/tes les « vacataires » sur besoin permanent
  • comptabilisation INTÉGRALE du temps de travail dans GTA
  • plan de titularisation digne de ce nom au Ministère de la Culture

CONTRE LA PRÉCARITÉ ET POUR L’EMPLOI À LA BnF :
GRÈVE LE SAMEDI 07 MAI !

Invitation à l’ensemble des personnels à se réunir : RENDEZ-VOUS 10H HALL EST

Publicités