Compte-rendu de la 2ème réunion de négociation

Vendredi 10 juin a eu lieu une 2ème réunion de négociation. Depuis la 1ère réunion le 30 mai, quelques avancées ont été obtenues : accord de principe pour l’embauche et le passage en CDI des « vacataires » sur besoin permanent en octobre ; accord de principe pour une comptabilisation intégrale du temps de travail ; appel en 2 fois – 8 personnes en septembre, le reste entre janvier et juin 2017 – de la liste complémentaire du dernier recrutement direct de magasiniers/ères. La BnF ne donne en revanche toujours pas de réponse sur la demande d’arrêt des suppressions de postes en 2017 et 2018.

En ce qui concerne le passage à 110h des 80 collègues qui en ont fait la demande :

  • 4 collègues sur liste complémentaire seront intégré-e-s aux effectifs des titulaires au 1er septembre et ne passeront donc pas par une augmentation de quotité horaire (n°10 à 17 de la LC)
  • 4 collègues sur liste complémentaire qui ont demandé 110h et qui ne seront titularisé-e-s qu’en 2017 passeront à 110h au 1er septembre
  • 14 collègues ayant 9 ans d’ancienneté et dont l’augmentation de la quotité horaire correspond à des besoins exprimés par leurs services passeront à 110h au 1er juillet
  • 8 collègues ayant 6 ans d’ancienneté passeront à 110h au 1er septembre
  • le cas de 10 collègues sur crédits hors BnF sera vu avec les partenaires de la BnF qui financent leurs contrats, sans aucune garantie
  • pour tout les autres (40 + les 10 en « ballotage »), un plan de formation pour un recrutement sans concours en 2018 sera proposé. Cette dernière proposition est très insuffisante, même si la BnF dit vouloir prévoir un volet interne à la BnF, sans préciser le nombre de postes ouverts. En effet, d’une part on ne peut tabler sur le fait que tous les vacataires voudront participer à ce recrutement (autres activités ou collègues travaillant sur des postes catégorie B), d’autre part l’accès à l’emploi titulaire exclue de fait tous les collègues dont la nationalité est hors Union Européenne.

Ces propositions étant toujours insuffisantes sur certains points et les « vacataires » refusant d’être divisé-e-s par des catégories qui laissent une cinquantaine de collègues sans augmentation de quotité horaire et donc de salaire, les grévistes ont voté le principe de la reconduction de la grève pour samedi 18 juin. Une AG est prévue jeudi 16 juin midi pour faire le point sur les nouvelles négociations qui auront lieu le mercredi 15 juin et organiser la suite de la mobilisation.

Publicités