Lutte des agent-e-s de la BnF pour leur emploi et contre la précarité : compte-rendu des dernières négociations

Des avancées dans la négociation, mais la mobilisation se poursuit pour obtenir satisfaction sur l’ensemble de nos revendications !

Mercredi 22 juin a eu lieu une nouvelle séance de négociations entre la direction de la BnF et les organisations syndicales CGT-FSU-SUD Culture. Un collègue « vacataire » était également présent.

 Point par point, les dernières propositions faites par la direction de la BnF :

Passage en CDI de tous/toutes les « vacataires » sur besoins permanents au 1er octobre.

Un bilan nominatif de ces passages en CDI sera vu dans les instances internes à la BnF (Commission Consultative Paritaire des Contractuel-le-s et Comité Technique), ce qui permettra de contrôler qu’aucun-e des agent-e-s concerné-e-s n’a été mise de côté.

Embauche en CDI sur les postes de « vacataires » sur besoins permanents, à compter du 1er octobre.

Liste complémentaire du dernier recrutement direct de magasiniers/ères (2015) :

* appel des 8 premières personnes de la liste au 1er septembre 2016 (dont 4 collègues « vacataires » qui avaient demandé un passage à 110h)

* appel du reste de la liste complémentaire entre janvier et juin 2017. Dernières prises de poste au plus tard au 1er septembre 2017.

Passage à 110h (maximum légal pour ce type de contrat) des « vacataires » sur besoins permanents qui le souhaitent (80 demandes actuellement) :

● Passage à 110h des 7 « vacataires » des Vestiaires qui en ont fait la demande en 2017, à une date qui dépendra de la réorganisation en cours du service de l’Accueil. En attendant, passage à 80h / mois, au 1er septembre, de 4 agent-e-s « vacataires » des Vestiaires actuellement à 70h /mois.

Leur passage à 110h en 2017 doit selon nous être plus clairement garanti par la BnF.

● Pour 27 « vacataires », passage à 110h de travail par mois en 2016 : 19 au 1er septembre et 8 au 1er octobre.

● Pour 7 « vacataires » qui ne sont pas sur des financements BnF, négociation pour un passage à 110h avec les organismes financeurs (programme de recherche, ReLIRE).

● Passage de 35 autres « vacataires » à 110h en 2017.

● Pour les collègues qui n’ont pas demandé de passage à 110h cette année mais qui souhaiteraient le faire plus tard : tout-e agent-e qui demandera à passer à 110h pourra y accéder sous un délai de 3 mois.

→ Nous notons que la garantie de leur passage à 110h sous trois mois n’est pas précisée, et demanderons à la direction qu’elle le soit en des termes plus clairs dans le protocole.

De ce fait, les 76 « vacataires » sur 80 qui en ont fait la demande seront normalement à 110h en 2017 (4 auront été titularisé-e-s en 2016).

Proposition de la direction d’inciter et d’accompagner l’ensemble des contractuel-le-s de la BnF à la formation et aux préparations des concours/recrutements directs.

Engagement de la BnF à négocier avec le Ministère les conditions légales pour mettre en place un volet interne lors des recrutements directs organisés par la BnF (prochain recrutement direct de magasiniers/ères annoncé en 2018).

Comptabilisation intégrale du temps de travail pour tous/tes les « vacataires »

Accord de principe, sur une base forfaitaire qui reste à préciser. Réunion prévue au mois de juillet avec les organisations syndicales pour formaliser la mesure.

Amélioration des conditions de travail (en particulier des agent-e-s de catégorie C)

Précisions données sur le fonctionnement du groupe de travail (avec association d’agent-e-s) mis en place. Les organisations syndicales pourront aussi y participer. Des moyens seront mis pour que les travaux nécessaires d’amélioration aient bien lieu (stations TAD, locaux aveugles, magasins, espaces de repos). Feuille de route en octobre et présentation de l’avancement du chantier à la fin de l’année au Comite Hygiène Sécurité et Conditions de Travail.

Déroulement de carrière

Des réunions régulières auront lieu pour préciser les procédures d’avancement et de déroulement de carrières des agent-e-s titulaires, pour que les procédures de promotions soient transparentes et homogènes et pour étudier la situation de groupes d’agent-e-s (pas des dossiers individuels) qui seront proches de la retraite, en fin de carrière et qui n’ont pas eu beaucoup d’avancement ou qui n’en ont pas eu depuis longtemps.

Création de postes de titulaires

Engagement à déterminer les postes d’agent-e-s titulaires à créer dans certaines filières qui ont soit perdu beaucoup de postes ces dernières années, soit qui vont connaître prochainement beaucoup de départs en retraite (filière métiers d’art, filière administrative…).  

Majoration à 100% des heures travaillées en soirée et le dimanche (au lieu de 50%)

Pas d’accord de principe de la direction qui attendrait pour l’instant le retour des départements sur l’impact de ce changement en termes d’organisation du travail. La BnF renvoie donc cette décision une réunion au mois de juillet.

→ Cette inégalité de traitement entre « vacataires » et « titulaires », totalement injustifiée, doit désormais prendre fin et recevoir de vrais engagements, car rentrer tard chez soi ou travailler le dimanche implique les mêmes contraintes pour tous-tes les agent-e-s, peu importe leur statut.

Enfin, les organisations syndicales ont demandé que les 6 samedis de grève ne soient pas prélevés à l’ensemble des grévistes, quel que soit leurs statuts, car l’ouverture tardive le 30 mai de vraies négociations est du fait de la BnF. 

Si les termes de ce protocole vont dans le bon sens et correspondent en partie et sous réserve de modifications aux revendications portées par l’intersyndicale CGT-FSU-SUD  et les Assemblées Générales des personnels depuis le début de la mobilisation, il demeure toutefois un point de blocage majeur :

Les tutelles doivent annoncer dans de plus brefs délais l’arrêt des suppressions de postes !

L’arrêt de suppressions de postes est une des revendications essentielles de ce mouvement de grève, car il faut mettre fin à l’hémorragie qui touche notre établissement depuis 7 ans (270 postes de perdus). La BnF s’est engagée depuis plusieurs semaines à porter cette revendication aux tutelles.

En effet, cette revendication dépend du ministère de la Culture. Lors d’une rencontre avec le Ministère le 03 juin, les organisations syndicales de la BnF avaient demandé une réponse claire et positive pour le Conseil d’Administration de la BnF du 23 juin. Jeudi dernier, lors de cette instance, les représentants du ministère de la Culture n’ont pris aucun engagement sur ce sujet, renvoyant à des négociations au niveau de toute la fonction publique dont le résultat ne serait connu que mi-juillet, sans aucune garantie que cela ne débouche sur l’arrêt effectif des suppressions de postes à la BnF. Ne pas nous répondre sur le fonds, nous renvoyer vers de nouvelles dates imprécises, ne prendre aucun engagement est une forme de mépris pour le personnel de la BnF, un refus de prendre pleinement en compte la grève et provoquer de fait la prolongation du conflit social.

Dans ces circonstances et vu qu’une de nos revendications principales n’est pas satisfaite, nous devons continuer à nous mobiliser et à agir pour obtenir satisfaction sur l’ensemble de nos revendications. Aucun protocole de fin de grève ne pourra être signé tant que ce point n’aura pas été obtenu.

Samedi 25 juin, une Assemblée Générale réunissant de nombreux/ses collègues a émis ses réserves, malgré les avancées obtenues, sur les derniers points de blocage: formules trop floues et imprécisions dans le protocole, absence de réponse sur la majoration à 100% du temps de travail en soirée et le dimanche, et pas d’arrêt des suppressions de postes en 2017. Si la prochaine réunion de négociation avec la direction du 29 juin n’aboutit pas positivement, les agent-e-s ont décidé du principe de la reconduction de la grève samedi 02 juillet.

Enfin, face à la dernière provocation du Ministère de la Culture, les organisations syndicales appellent d’ors et déjà à la grève le MARDI 28 JUIN, pour obtenir l’arrêt des suppressions de postes et une rallonge budgétaire conséquente notamment pour financer le récent dégel du point d’indice. Ces revendications concernent tout le monde, titulaires comme contractuel-le.s.

 

Assemblée Générale à 8h30 dans le HALL EST

Soyons nombreux/ses !

On ne lâchera rien !

 Partagez le lien vers la caisse de solidarité des « vacataires » de la BnF!

 

Publicités