Face au mépris du Ministère de la Culture : Bibliothèque nationale de France bloquée par ses personnels !

Communiqué de presse de l’intersyndicale BnF : CGT – FSU – SUD Culture

Alors que la BnF traverse un mouvement social d’ampleur depuis plusieurs mois, avec 3 préavis de grève en avril, mai et juin, et 6 samedis de grève consécutifs depuis le 07 mai dernier, des avancées notables sont en voie d’être obtenues grâce à la détermination des personnels en lutte pour leur emploi, de meilleures conditions de travail, contre la précarité et la casse de leurs missions.

Toutefois, à ce jour les personnels de la BnF se heurtent à un grave point de blocage concernant de l’arrêt des suppressions de postes en 2017. En effet, le ministère de la Culture, qui est décisionnaire sur ce point, n’a fait aucune annonce lors du Conseil d’Administration de la BnF du 23 juin dernier alors qu’il s’était engagé à le faire (voir ici).

Le 1er établissement du Ministère de la Culture sacrifié par ses tutelles :
Notre établissement a été saigné par le Ministère de la Culture pendant de trop nombreuses années, avec 270 suppressions de postes en 7 ans et une dizaine de millions d’euros de baisse de budget. En 2015 nous comptons autour de 70.000 heures de travail écrêtées, c’est-à-dire travaillées en plus par le personnel sans rémunération, et représentant l’équivalent de 50 postes non occupés.

Tout aussi grave, il manque à la BnF près de 800.000 euros pour payer entre autres le récent dégel du point d’indice. A ce jour, aucune rallonge budgétaire du ministère n’a été annoncée pour permettre à la BnF de répondre à cette nouvelle dépense.

Cette attitude irresponsable des tutelles de la BnF est une provocation de trop !

En conséquent, face au mépris du ministère de la Culture, les personnels grévistes ont décidé ce matin en Assemblée Générale de bloquer toute entrée du site François Mitterrand de la BnF au public. En l’absence de réponse sous peu des tutelles, les personnels et l’intersyndicale CGT-FSU-SUD Culture de la BnF en lutte sont prêts à maintenir la mobilisation pour imposer la satisfaction de l’ensemble de leurs revendications. Un nouveau préavis de grève pour juillet sera déposé prochainement.

Publicités