Samedis travaillés les 24 et 31 décembre 2016 : une journée compléte de travail sera finalement bien comptabilisée

Comme tout le monde s’en souvient, la direction de la BnF a décidé d’ouvrir l’établissement au public lors des samedis 24 et 31 décembre 2016, mais seulement jusqu’à 15h ces deux jours-là.

Pour la section SUD Culture de la BnF, il s’agissait là d’une mauvaise décision, qui revenait à imposer deux jours de travail, non-prévus au départ (ils n’apparaissaient pas sur les planning de service public), pendant des week-end de fêtes, aux agent-e-s de la BnF et en particulier aux agent-e-s contractuel-le-s à temps incomplet, alors que cela ne répondait pas à un besoin évident des usagers/ères de notre établissement. C’est pour cela que nous nous y sommes opposé-e-s lors de son annonce.

Mais puisque ces jours de travail ont finalement eu lieu et que des agent-e-s sont venu-e-s travailler ces jours là, ils/elles étaient en droit d’attendre que la journée de travail leur soit comptée comme une journée de travail complète, puisque c’est la BnF qui a décidé unilatéralement de fermer ces jours-là à 15h. C’est ce qui se fait très régulièrement lors de la fermeture annuelle et c’est ce qui s’était fait lors d’ouverture les 24 et 31 décembre certaines années précédentes.
Or, cela ne fut pas du tout le cas et, en l’absence de consigne précise et argumentée à ce sujet, les services se sont contentés de prendre en compte les heures de travail réellement faites, sans la moindre majoration, ce qui avait aussi une incidence sur les jours de récupérations, qui étaient de ce fait tronqués.

Devant ce qui nous est apparu comme un traitement injuste des agent-e-s ayant dû venir travailler ces samedis là et comme une rupture préjudiciable avec les pratiques antérieures, la section SUD Culture de la BnF a protesté auprès de la direction de la BnF afin de réclamer que les 24 et 31 décembre soient comptabilisés comme des journées de travail complètes pour les agent-e-s concerné-e-s, ce que d’autres organisations syndicales ont fait aussi.

Face à ces réclamations, la direction de la BnF vient enfin de nous répondre en nous indiquant que l’ensemble des agent-e-s ayant travaillé ces jours là se verront comptabiliser une journée entière de travail, ce qui normalement ouvre aussi le droit à une journée de récupération complète pour les agent-e-s qui sont concerné-e-s par ce point réglementaire.

La section SUD Culture de la BnF estime que cette mesure est la seule juste et favorable aux agent-e-s qui sont venu-es travailler ces deux samedis et nous ne pouvons que nous satisfaire de sa mise en œuvre, même tardive. Nous resterons néanmoins vigilant-e-s pour nous assurer qu’elle sera bien appliquée à l’ensemble des agent-e-s concerné-e-s et nous vous invitons à nous contacter si jamais vous rencontrez une difficulté quelconque à ce niveau-là.

Nous revendiquons de plus le fait que désormais, à chaque fois que un ou des sites de la BnF seront fermés de manière anticipée suite à une décision de la direction de l’établissement, une journée entière de travail soit systématiquement comptabilisée aux agent-e-s impacté-e-s.

Non aux journées de travail tronquées,

oui à une comptabilisation de la journée de travail entière !

Publicités