Rassemblement national Stop-Linky

Plus de 190 Associations et Collectifs appellent au :

 Rassemblement national Stop-Linky (et autres compteurs communicants)

Mercredi 22 mars 2017 de 11h30 à 15h devant la maison de la Radio à Paris
(116 av du Pdt Kennedy | RER C >>>Av. du Président Kennedy, LIGNE 6 >>>Passy)

Le Linky, le nouveau compteur soi-disant intelligent qui doit transmettre les données de consommation à distance par ondes électromagnétiques, présente toutes les caractéristiques des grands projets inutiles, nuisibles et imposés. Il illustre l’avancée de la privatisation des services publics et son corollaire la précarité énergétique (puisque ces compteurs font augmenter les factures et sont payés par l’usager au détriment de l’entretien du réseau). En effet, Enedis (ex-ERDF), filiale d’EDF, est un ancien service public privatisé par les gouvernements successifs, de gauche et de droite. Cette entreprise est  donc maintenant à la recherche du profit à tout prix, loin de son rôle de service public de l’énergie.

Le Linky provoque également la suppression d’emplois qualifiés (avec les relevés et coupures effectués à distance) et accroît le pillage des ressources naturelles et minières.  Il jette à la poubelle 81 millions de compteurs qui marchent pour les remplacer par d’autres bien moins solides. C’est un véritable gâchis écologique et une arnaque économique pour la population. Il augmente les risques d’incendies et les pannes (voir coupure de presse en fin d’article). Il entraîne la déresponsabilisation de l’individu et signe un chèque en blanc aux multinationales du Big Data. Il annonce un scandale sanitaire avec l’augmentation des cas d’électrosensibilité. Heureusement, la colère gronde et les collectifs anti-LINKY fleurissent sur notre territoire.

La population s’organise donc pour refuser ces compteurs communicants qui mettent en cause les libertés publiques (captation d’innombrables informations sur la vie privée), mettent en danger la santé des habitant-e-s (émissions permanentes d’ondes électromagnétiques et études officielles contestables et contestées),  nuisent à l’environnement, détournent l’argent des usagers/ères (qui devrait servir à renforcer le réseau électrique ou à lutter contre la précarité énergétique et non à payer des compteurs communicants chers, fragiles, piratables, etc), font augmenter les factures et les abonnements (sauf à s’habituer à vivre en disjonctant vingt fois par jour), font dysfonctionner les appareils de votre logement, appauvrissent la population (compteur non blocable et difficile à remettre en fonction en cas d’impayés).

Mercredi 22 mars 2017, l’Association des Maires de France (AMF) organise avec Radio-France et Public-Sénat une journée entièrement consacrée aux communes dans le cadre de la campagne présidentielle, et tous/tes les candidat-e-s à l’élection présidentielle ayant déposé les fameux 500 parrainages seront reçu-e-s.

C’est l’occasion de se faire entendre pour le mouvement Stop-Linky qui se mobilise à la base au sein de collectifs locaux composés d’associations et d’habitant-e-s. En effet, une opposition de plus en plus puissante se manifeste dans toute la France face aux passages en force d’Enedis et de ses sous-traitants qui tentent d’imposer leurs compteurs par la désinformation, les menaces, les intimidations. D’autre part, l’entreprise Enedis (appuyée par les préfets, qui sont donc au service des intérêts industriels) attaque devant la justice administrative les municipalités qui, sous la pression des militant-es anti-Linky, prennent des délibérations interdisant le déploiement des compteurs communicants Linky sur leur commune. Ce sont les villes qui sont propriétaires des compteurs et elles peuvent donc s’opposer à leur installation. De même que tout un chacun-e peut refuser la pose du nouveau compteur, car celle-ci n’est pas obligatoire. Si l’on a un compteur chez soi, il est conseillé d’envoyer un courrier recommandé pour faire cesser les pressions. Quand le compteur est hors de son logement ou sur la rue, c’est plus compliqué. Dans tous les cas, un rapport de force est à construire pour empêcher, au besoin physiquement, l’installation du Linky.

Lors de ce rassemblement les associations et collectifs anti-LINKY exigeront le droit pour chaque commune d’interdire le déploiement des compteurs communicants sur son territoire et, lorsque la commune ne prend pas une telle décision, le droit pour les habitant-e-s de refuser ces compteurs.

Vous pouvez contacter le SCALP-ÎdF (solidarité et coordination des collectifs Paris et Île-de-France) à l’adresse : linkynonmerciparis13@orange.fr et demander à signer la lettre collective à votre maire à : refus.linky.et.cie@gmail.com.

A visiter le site très complet   : http://refus.linky.gazpar.free.fr

linky

Extrait du Canard enchainé du 22 février 2017

Publicités