Personnel BnF et intersyndicale CGT-FSU-SUD s’invitent au Conseil d’Administration de la BnF !

Intersyndicale BnF CGT-FSU-SUD
Déclaration au Conseil d’administration 25 novembre 2021

 » Madame la Présidente, mesdames et messieurs les administratrices et administrateurs,

Si nous sommes là aujourd’hui c’est que nous souhaitons vous interpeller concernant la réouverture du site Richelieu et ses conséquences sur l’ensemble de la BnF.

En premier lieu, nous souhaitons réaffirmer la nécessité absolue de maintenir les effectifs de la bibliothèque François Mitterrand.

Alors que plus de300 emplois ont été supprimés à la BnF depuis 2009, environ 40 postes sur le site François Mitterrand vont être détruits afin de pourvoir ceux nécessaires au projet culturel du site Richelieu (nouveau musée, nouveaux services, amplitude d’ouverture élargie). La perte de ces emplois n’est ni soutenable, ni acceptable dans un contexte déjà particulièrement tendu.

En second lieu, nous souhaitons réaffirmer notre attachement aux missions et aux conditions de travail des agents de la bibliothèque de Richelieu après 10 ans de travaux difficiles et éprouvants.

Les 40 emplois annoncés pour ce site ne sont pas liés aux missions patrimoniales de Richelieu mais à un projet culturel démesuré. Dans le même temps, la direction souhaite augmenter l’amplitude d’ouverture des salles de lecture, recentrer l’activité sur le service au public au détriment des autres activités fondamentales, modifier l’organisation du travail… Faire toujours plus, c’est bien la logique mise en œuvre, qu’importent les missions et les conditions de travail des agents.

Enfin nous dénonçons avec la plus grande fermeté le retour de la grande précarité à la BnF.

La direction de la bibliothèque a en effet décidé de rompre unilatéralement le protocole d’accord de fin de grève signé en 2016 avec l’intersyndicale BnF CGT-FSU-SUD en réintroduisant pour les contractuels à temps incomplet sur besoin permanant des contrats de courte durée non renouvelables plutôt que des CDI. Nous refusons ce type d’embauches jetables et exigeons le respect du protocole fin de grève de 2016 et l’application de l’instruction du ministère de la culture de 2015 concernant la résorption de la précarité.

En conclusion, nous demandons aux autorités de tutelles, alors que le budget 2022 du Ministère de la culture consacré au secteur du livre et à la lecture est en augmentation, une attention particulière pour la BnF, 3e plus grande bibliothèque au monde de par ses collections, et d’intervenir favorablement pour le renforcement des effectifs par du personnel titulaire, pour le respect des conditions de travail des agents de Richelieu et pour le respect du dialogue social. «