Communiqué intersyndicale BnF CGT-FSU-SUD

Le manque de moyens humains et budgétaires consacrés au fonctionnement de la Bibliothèque nationale de France devient de jour en jour plus criant. Les personnels, lecteurs et usagers de la BnF continuent d’être soumis à des mesures régressives qui dégradent à chaque fois davantage les services proposés au public et les conditions de travail des agents. Ainsi plus de 300 emplois ont-ils été détruits en dix ans.

Dans le but de supprimer à nouveau des postes, la direction de la BnF, après avoir automatisé les vestiaires, veut imposer à partir du mois de mai la fin des communications directes des documents conservés dans les magasins jusqu’à 13h, leur communication n’étant désormais possible que l’après-midi. Cette réorganisation ne fera que concentrer la charge de travail et les cadences sur des périodes toujours plus courtes, au détriment des conditions de travail, tout en réduisant les services offerts au public.

Les usagers de la BnF nous soutiennent, à travers une action éclaire et massive (plus de 13 000 signatures sur les deux pétitions en quelques jours), et exigent le retour aux missions historiques de la BnF et des moyens humains et financiers à la hauteur de cet enjeu pour la plus grande bibliothèque de France

Un (rapide) état des lieux des attaques de la direction :

  • de nouvelles suppressions d’emplois sur le site François Mitterrand (- 40 postes),
  • une réduction des services aux lecteurs du Rez-de-jardin avec le projet de fin de la communication directe des documents conservés en magasin le matin
  • une absence de revalorisation des primes en fonction de l’ancienneté (-500 à 1500 € par an) pour les titulaires et la non attribution de la prime de fin d’année pour une partie des contractuels,
  • le retour de la grande précarité pour les contractuels à temps incomplet (les «vacataires») sur besoins permanents avec la fin des CDI remplacés par des CDD de 1 an renouvelables une seule fois
  • une amplitude d’ouverture élargie du site Richelieu sans le personnel nécessaire et l’ouverture de certains espaces les jours fériés.

TOUS ENSEMBLE, INVERSONS LA TENDANCE, MOBILISONS-NOUS !
RDV JEUDI 21 AVRIL 13h hall Ouest*

*Vous disposez d’une autorisation d’absence d’une heure sur votre temps de travail pour assister à ce RDV (décret du 28 mai 1982).