BnF : dépôt d’un nouveau préavis de grève pour le mois juillet

CGT-BnF
FSU-BnF
SUD Culture BnF

Paris, le 27 juin 2022


Madame Laurence Engel,
Présidente de la BnF

Objet : dépôt d’un préavis de grève pour les personnels de la BnF

Madame la Présidente,

Les organisations syndicales CGT-FSU-SUD et les personnels de la bibliothèque sont maintenant mobilisés depuis plusieurs mois et de façon ininterrompue depuis début mai, date de mise en place de la réforme réduisant la communication directe des documents des magasins pour les lecteurs et lectrices du Rez-de-jardin.

Cette réorganisation suscite une forte contestation des personnels à laquelle se joint le mécontentement des usagers de la bibliothèque comme en témoignent les pétitions en ligne qui ont recueilli plus de 19 000 signatures ou encore la tribune parue dans Le Monde du 20 juin signée par plus de 420 personnalités du monde de la recherche et de la culture.

Malgré maintenant trois préavis de grève déposés et un taux élevé de grévistes sur les deux derniers mois, la direction refuse toujours de retirer cette réforme unanimement rejetée et laisse s’installer un climat social durablement abîmé.

Incapable de proposer des avancées significatives relevant pourtant de sa compétence, tant sur la réforme de la communication directe que sur le rééquilibrage des effectifs en faveur des catégories C ou la précarité, la direction s’enferme dans une posture intransigeante.

Sans réponses satisfaisantes, nos organisations syndicales CGT-FSU-SUD déposent un nouveau préavis de grève à partir du 2 juillet jusqu’au 31 juillet 2022 pour l’ensemble des agent·e·s de l’établissement afin de faire aboutir les revendications suivantes :

1) Le retrait de la réforme réduisant la communication directe des documents des magasins uniquement l’après-midi et le retour aux conditions de communication directe en vigueur avant mars 2020,

2) La suspension sine die des chantiers internes supplémentaires prévue par cette réforme et impossible à mettre en oeuvre sans l’apport des effectifs nécessaires,

3) L’augmentation des moyens en personnel et financiers de la BnF à la hauteur de l’ensemble de ses besoins ; alors que le périmètre des missions de la bibliothèque augmente d’année en année, ce renforcement est primordial afin de garantir l’accomplissement de l’intégralité des missions « anciennes et nouvelles » ainsi que de bonnes conditions de travail pour les personnels,

4) Plus particulièrement, nous réclamons la mise en place immédiate de toutes les mesures nécessaires pour pourvoir les postes dont la DCO a besoin, en particulier de magasiniers titulaires, avec la publication dès maintenant des postes vacants,

5) De plus, afin de pallier le manque de personnel de magasinage (134,6 ETPT supprimés depuis 2010) et réduire la précarité, nos organisations syndicales réclament l’organisation rapide d’un recrutement de magasiniers comprenant un volet interne important pour permettre l’accès à l’emploi titulaire des plus précaires,

6) De même, nous réclamons le renforcement des postes à la DSR, en particulier magasiniers et catalogueurs titulaires au sein du dépôt légal, afin de pallier la fonte des effectifs vécue depuis plusieurs années, alors que le nombre d’entrées au dépôt légal ne faiblit pas et que de nouvelles missions (dépôt légal numérique) viennent s’ajouter,

7) Le respect du Protocole de fin de grève de 2016 prévoyant le recrutement des agents contractuels à temps incomplet sur missions pérennes en CDI et le retrait de la récente disposition prévoyant ce recrutement en CDD d’un an renouvelable une fois sur des quotités horaires faibles,

8) L’application des mesures ministérielles de revalorisation des primes. Pour les agents titulaires, nous réclamons une égalité de traitement avec les agents du Ministère de la culture qui ont bénéficié fin 2021 d’une revalorisation de leur prime de +500 à +1500 euros/an en fonction de
leur ancienneté,

9) La révision du fonctionnement du site Richelieu à la réouverture en septembre 2022 qui entraîne surcharges et dégradations des conditions de travail. Nous réclamons la fermeture des salles de recherche à 18h et le recrutement du personnel titulaire nécessaire pour le musée, la salle ovale et les salles de lecture, et l’abandon du travail le dimanche et les jours fériés.

Nous restons à votre disposition, comme le prévoit la réglementation, pour ouvrir des négociations, et nous vous adressons, Madame la Présidente, l’expression de nos sincères salutations.

L’intersyndicale BnF CGT-FSU-SUD Culture BnF