Grève BnF : info sur la caisse de solidarité du personnel

Intersyndicale CGT-FSU-SUD Culture de la BnF

Vector vintage poster with pink megaphone on halftone background. Pink retro megaphone.

Dans le cadre de la lutte qui dure depuis maintenant près de deux mois dans notre établissement contre la réorganisation du service public, le sous-effectif, la dégradation de nos conditions de travail et l’ultra-précarité, l’assemblée générale du personnel, à la fin du mois de mai, a décidé de mettre en place une caisse de solidarité, gérée par l’intersyndicale CGT-FSU-SUD, afin de prendre en compte les nombreux jours de grève qui ont eu lieu et de permettre à la lutte de tenir face aux blocages de la direction et du ministère de la Culture.

Cette caisse de solidarité est un succès, qui montre le soutien fort et l’appui que rencontre notre grève, avec des dons financiers du public, des usagers, de différentes organisations syndicales, de personnalités, etc…

Aujourd’hui, le 19 juillet, il y a plus de 18 000 euros dans la caisse de grève et des dons arrivent régulièrement.

Nous déciderons ensemble, collectivement, en assemblée générale des modalités de distribution de cette caisse de grève, mais nous pouvons déjà indiquer qu’elle va permettre d’aider les collègues ayant les plus bas salaires, ainsi que ceux et celles qui ont fait le plus de jours de grève et que nous verrons comment faire pour aider le plus de monde possible.

Afin qu’elle continue à être alimentée, vous pouvez diffuser largement le lien vers la caisse de grève en ligne : https://www.lepotcommun.fr/pot/7qpwgjpn

Nous rappelons qu’à la BnF les jours de grève sont prélevés deux mois après la date de la grève (ainsi une journée de grève en mai sera prélevée sur le salaire de juillet) et que ces prélèvements sont au maximum de deux jours par mois sur le salaire, ce qui veut dire que les prélèvements seront étalés dans le temps.

Pour défendre le service public à la BnF, pour nos emplois, pour nos conditions de travail, contre l’ultra-précarité, la lutte continue, on lâche rien !