Précarité à la BnF : La LUTTE CONTINUE !

SUD Culture Section BnF

Appel de collègues « vacataires » à une Assemblée Générale
SAMEDI 19/11, 12h30-13h30, Tolbiac, locaux syndicaux T4A2 !

En septembre sont arrivés de nouveaux contrats précaires spécialement concoctés par la direction pour pallier le sous-effectif chronique dont souffrent les équipes de service public. Aux collègues « vacataires » embauché-es parfois depuis des années en CDI et travaillant jusqu’à 110h par mois notamment en soirée et le weekend, se sont greffées – sur des tâches similaires et bien permanentes – des agent-es sur contrats d’un an renouvelables une fois et sur de faibles quotités horaires, qui forment des équipes SP dîtes « mobiles » le matin ou sont posté-e-s selon les besoins.

Cette situation absurde, qui creuse les inégalités entre agent-es, est la conséquence directe des choix de la direction, qui a décidé de renier son engagement à embaucher en CDI et jusqu’à 110h/mois les agent-es « vacataires » travaillant sur des besoins permanents (protocole de fin de grève signé par la présidente de la BnF Laurence Engel avec les organisations syndicales CGT-FSU-SUD en 2016).

Malgré des mois de lutte contre cette situation liée au sous-effectif en cat. C et de nombreux préavis de grève, les choses n’ont pas bougé, la direction ayant ainsi et de son seul fait décidé d’instaurer un conflit durable, conflit qui ne risque pas de s’éteindre quand on considère l’insupportable affront incarné par cette politique antisociale.

Pendant ce temps, la réorganisation du service public, dont nous constatons chaque jour l’inefficacité et l’indigence, continue de désorganiser le travail des équipes de magasinage, qui comportent désormais 4 statuts différents : des magasiniers/ères titulaires, des magasiniers/ères contractuel-les à temps plein, des « vacataires » en CDI à 110h et d’autres sur des contrats de 1 an (sans compter les contrats réellement temporaires de remplacement)…

Nos collègues fraîchement embauché-es (élégamment surnommés les « voitures balais » dans les hautes sphères qui n’en sont plus à une marque de mépris près), se retrouvent à courir pour des salaires de misère et sur un temps réduit de station en station, coupé-es du reste de leur équipe, sans affectation précise, et parfois sans pause déjeuner comme c’est le cas le samedi avec des postages de 11h à 14h.

A côté de cela, les plus ancien-nes « vacataires » se sont vu-es promettre une soi-disant sortie de la précarité suite à l’ouverture de postes de contractuel-les à temps plein mais qui en fait ne permettent d’obtenir le statut protecteur de fonctionnaire et qui ne donnent pas droit aux primes, créant ainsi une différence de salaires avec leurs collègues fonctionnaires. Dans l’air du temps, la direction joue pleinement la contractualisation de la Fonction Publique voulue par le gouvernement et dont la finalité est bien de libéraliser l’ensemble des services publics. La seule sortie viable, c’est celle du recrutement direct de magasiniers/ères (avec volet interne) pour titulariser les précaires !

Mais la solidarité tout comme la colère sont là et de nombreux/ses agent-es marquent

régulièrement leur désaccord avec cette gestion antisociale des effectifs, d’autant plus quand cette gestion catastrophique se double d’atteinte aux droits les plus élémentaires des plus précaires d’entre nous (droit aux demi-journées d’indisponibilités, de suivre des formations sur le temps de travail, accès aux prestations sociales etc.).

En appui à l’appel diffusé par des collègues « vacataires » du DEP (voir au dos), la section SUD Culture de la BnF appelle les précaires de l’établissement mais aussi l’ensemble des agent-es à s’organiser en participant à une :

Assemblée Générale
Samedi 19 novembre > 12h30-13h30

Locaux syndicaux Tolbiac T4/A2

Une heure d’information syndicale a été déposée pour vous permettre d’y assister sur votre temps de travail. Prévenez juste votre hiérarchie, venez déjeuner sur place et en encouragez les collègues hésitant-es à venir !

Publicité