Archives pour la catégorie Assemblée Générale

Le retrait, point.

Communiqué intersyndicale nationale
CGT, FO, FSU, Solidaires, FIDL, MNL, UNL, UNEF

Les journées des 5 et 6 février ont été de nouveaux temps forts de mobilisations et de grèves, de la jeunesse et des salarié.es.

Chaque semaine et ce depuis le 5 décembre, des A.G se multiplient sur les lieux de travail, dans les lycées et universités malgré les diverses pressions. En aucun cas la réponse à la crise sociale ne peut être une répression à l’encontre de celles et ceux qui expriment un désaccord.

Chaque jour des actions et des initiatives sont organisées dans tous les territoires. Le rejet de la réforme et la détermination d’obtenir le retrait sont intacts et se propagent de manière inéluctable.

Notre intersyndicale partage et porte des propositions sur le financement et l’amélioration de notre système de retraite solidaire et intergénérationnel. Elle travaille à l’organisation d’une contre-conférence nationale courant mars, déclinée localement, pour débattre largement et publiquement des solutions et propositions envisageables pour un projet sérieux d’amélioration des régimes de retraite.

De même, au-delà de l’opinion publique défavorable au projet de réforme, les différentes caisses de retraites comme les institutions, dont la plus haute, celle du Conseil d’Etat, ont toutes acté un avis critique voire négatif. Continuer à vouloir imposer ce projet relève de la part du gouvernement d’un vrai déni de démocratie.

Nos organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires, FIDL, MNL, UNL et UNEF sont persuadées que cette mobilisation inédite et historique vaincra.

Elles appellent au renforcement et à la continuité de la mobilisation et de la grève là où les salarié.es le décident. Elles engagent à tenir des AG, à poursuivre durant la période à venir des actions diverses de mobilisations et d’informations larges de la population, à multiplier les initiatives locales et interprofessionnelles pour créer les conditions d’une journée d’ampleur.

Elles appellent à préparer d’ores et déjà de nouveaux temps forts de mobilisation, autour du 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Elles seraient effectivement les plus grandes perdantes, avec ce projet de loi sur les retraites.

C’est dans ce contexte de mobilisation continue que nos organisations syndicales et de jeunesse, appellent l’ensemble de la jeunesse, des salarié.es, des privé.es d’emploi, des retraité.es à une nouvelle journée de convergence de grèves et de manifestations le 20 février.

L’intersyndicale se réunira le 20 février pour définir les suites.

Montreuil, le 6 février 2020

RÉFORME DES RETRAITES : COMME 61% DE LA POPULATION NOUS VOULONS LE RETRAIT ! Prochains RDV BnF

Intersyndicale BnF : CGT – FSU – SUD Culture

L’avis du Conseil d’Etat en soulignant les défaillances du projet gouvernemental, a marqué le début d’un nouvel acte pour la mobilisation. L’ensemble des secteurs en lutte reste déterminé à obtenir le retrait du projet et de son lot de mesures antisociales dont la violence n’a pas échappé à la majorité de la population qui continue de soutenir le mouvement !

En attendant la nouvelle journée nationale de grève et de manifestation du jeudi 6 février, retrouvons-nous en assemblée générale et dès lundi 3 février pour une marche de tous les secteurs de la Culture en lutte.

Une mobilisation historique aussi à la BnF !  Rarement à la BnF les personnels se sont autant mobilisés, dans les assemblées générales, dans les cortèges mais aussi dans les actions interprofessionnelles et au sein de collectifs Culture et Bibliothèques qui se structurent afin d’élargir la mobilisation.  Il ne tient qu’à nous de maintenir cette dynamique, en participant toujours plus massivement aux différentes initiatives.  

 Notre détermination l’emportera !


>LUNDI 3/02 – 17h-18h30 – Palais Royal :
Marche lumineuse de la Culture en lutte !

>MARDI 4/02 – 12h30 – Hall OUEST
Assemblée Générale des personnels BnF

>JEUDI 6/02 – 14h GARE de l’EST (à confirmer)
Manifestation nationale interprofessionnelle


Un projet de loi qui réduit les droits de toutes les générations :

> La baisse des moyens consacrÉs aux retraites impactera tous les salariÉs

Ces moyens représentent actuellement 13,8% du PIB (richesse produite dans l’année en France) et devaient avec la réforme être bloquée à 14%. Le gouvernement annonce désormais une diminution progressive à 12,9%, avec une première baisse qui pourrait être de l’ordre de 8 milliards d’euros en 2025, puis 12 milliards en 2030, etc.

> Comment diminuer les retraites pour prendre en compte ces coupes budgétaires ? Pour celles et ceux né.e.s avant 1975, est prévu une baisse du « taux de remplacement », c’est le mécanisme qui garantit un certain niveau de pension par rapport aux revenus d’activités (en moyenne 70% du salaire et 75% pour les fonctionnaires). Pour les générations nées après 1975 c’est la valeur des points achetés pour constituer les pensions qui diminuera progressivement comme en Suède (-10%).

> Un Âge de dÉpart retardÉ et des malus SUPÉRIEURS À CE QUI ÉTAIT annoncÉ

Le projet actuel ne parle plus « d’âge pivot » (momentanément suspendu entre 2022 à 2027), mais réintroduit sa logique avec « l’âge d’équilibre ». L’objectif est toujours le même : retarder au maximum l’âge de départ en retraite.

Concrètement, tout le monde pourra partir à 62 ans mais subira un malus (qui passe de 5% par an à 7 ou 8%). Ce malus ne s’applique pas si l’on part à « l’âge d’équilibre ». Pour celles et ceux cessant de travailler entre 2027 et 2037, cet âge sans malus sera certainement de 64 ans, puis de 65 ans pour les générations nées après 1975 pour atteindre progressivement 66 ans et 3 mois pour la génération 1990, 67 ans si nés en 1999, etc.

 Exemple : un salarié ayant 40 ans en 2020, pour ne pas perdre entre 21 et 24% du montant de sa retraite devra travailler jusqu’à 65 ans au lieu de 62 ans !

> Un mode de calcul toujours aussi DÉSAVANTAGEUX concernant le montant des retraites

Pour celles et ceux né.e.s après 1975, la réforme va entraîner une baisse importante des pensions ; en effet les montants seraient calculés, non pas à partir des meilleurs salaires mais sur l’ensemble de la carrière, c’est-à-dire les pires comme les meilleures années

RÉFORME DES RETRAITES :  UN PROJET DE LOI PIRE QU’ANNONCÉ ! Manifestation mercredi 29/01 (rdv cortège BnF)

Intersyndicale BnF : CGT – FSU – SUD Culture

Alors que le Conseil d’Etat dénonce un projet de loi manquant de « précision », comportant des « projections… lacunaires », des incertitudes juridiques, et que des centaines de milliers de manifestants et de grévistes, comme 61% des Français, demandent toujours le retrait du projet, le gouvernement s’entête et aggrave son projet initial.

 >>> Une baisse des moyens consacrés aux retraites plus importante que prévu :

Ces moyens représentent actuellement 13,8% du PIB et devaient être bloqués avec la réforme à 14% alors même que le nombre de retraités va augmenter. Conséquence mécanique de cette « Règle d’or » : des pensions en baisse ou des départs en retraite retardés en raison d’un financement bloqué. Le gouvernement annonce désormais une diminution des moyens à 13% du PIB ! 

Comment baisser les retraites à tout moment ? Il suffira de bloquer les montants versés ou pour celles et ceux nés après 1975 de diminuer la valeur des points achetés pour constituer les pensions (en Suède ce point a perdu 10% de sa valeur en 10 ans ; résultat : 15,8% de retraités pauvres en Suède, soit deux fois plus qu’en France).

>>> Un Âge de départ retardé et des malus SUPÉRIEURS À CE QUI ÉTAIT annoncé :

Le projet actuel ne parle plus « d’âge pivot » (momentanément suspendu pour les 5 ans à venir), mais réintroduit sa logique avec « l’âge d’équilibre ». L’objectif est toujours le même : retarder au maximum l’âge de départ en retraite.

Concrètement, tout le monde pourra partir à 62 ans mais subira un malus (qui passe de 5% par an à 7 ou 8%). Ce malus ne s’applique pas si l’on part  à « l’âge d’équilibre », potentiellement 64 ans puis 65 ans pour celles et ceux nés après 1975 pour atteindre progressivement 66 ans et 3 mois pour la génération 1990, 67 ans si nés en 1999, etc.

Exemple : un salarié ayant 43 ans en 2020, pour ne pas perdre 21 ou 24% du montant de sa retraite devra travailler jusqu’à 65 ans au lieu de 62 ans !

>>> Un mode de calcul toujours aussi DÉSAVANTAGEUX concernant le montant des retraites

Pour celles et ceux nés après 1975, la réforme va entraîner une baisse importante des pensions ; en effet les montants seraient calculés, non pas à partir des meilleurs salaires mais sur l’ensemble de la carrière, c’est-à-dire les pires comme les meilleures années.


► MARDI 28 JANV.
AG des personnels BnF
12h30 Hall Ouest

► MERCREDI 29 JANV. 
MANIFESTATION NATIONALE
14h place d’Italie.
RDV BnF : angle pl. d’Italie / av. des Gobelins

bnf2806

 

NOTRE DÉTERMINATION NE FAIBLIT PAS ! AG BnF mardi 28/01 12h30 HALL OUEST

Intersyndicale BnF CGT-FSU-SUD

Une mobilisation qui rentre dans l’histoire. Depuis plus de 50 jours, les secteurs professionnels du public comme du privé, mais aussi les étudiants et précaires se relaient, se soutiennent et s’organisent au gré de différentes actions et notamment dans la grève avec un objectif simple : obtenir le retrait de la contre-réforme des retraites et l’amélioration du système de retraite actuel, pour plus d’égalité et de justice sociale. La manifestation de vendredi 24 janvier a encore été massive : près de 400 000 personnes ont défilé à Paris !

La BnF reste fortement mobilisée, dans la rue, dans la grève mais aussi dans l’action. Jeudi 23 janvier, les personnels grévistes et leur soutien ont fermé l’établissement pendant près de 6 heures !

De son côté, le gouvernement continue d’attendre un essoufflement de la mobilisation qui ne vient pas, tentant de manipuler l’opinion avec de fausses annonces concernant le retrait de l’âge dit « pivot », de soi-disant pensions minimum garanties, ou le montant des retraites des femmes.

Mais chacun sait désormais qu’il devra travailler plus longtemps pour obtenir une retraite complète, et que le calcul des pensions sur l’intégralité des carrières ne pourra que faire baisser les pensions de manière générale. Tout aussi grave, cette réforme incite à la capitalisation qui est un beau cadeau fait aux fonds de pensions privés. Seuls les plus riches auront les moyens de s’assurer une retraite décente. Enfin, le système à point, outil de régulation des pensions pour l’aligner sur le contexte économique, donnera les pleins pouvoirs aux différents gouvernements en recherche de « solutions de financement » qui existent pourtant déjà (taxation des entreprises, lutte contre l’évasion fiscale, augmentation des salaires, baisse de l’âge de départ à la retraite pour créer de l’emploi et des cotisations supplémentaires, égalité des salaires hommes/femmes etc…). 

 Pour obtenir le retrait, il nous faut continuer de se mobiliser à la BnF par la grève et les actions. Ne lâchons rien jusqu’au retrait de la loi de casse des retraites !


►MARDI 28 JANVIER

ASSEMBLÉE GENERALE 12h30 HALL OUEST

►MERCREDI 29 JANVIER

Nouvelle Manifestation nationale et interprofessionnelle
14h lieu à venir

 

 

Retraites : Jusqu’au retrait, toujours mobilisés ! Grève reconduite à la BnF du 23 au 25 janvier !

Intersyndicale BnF CGT-FSU-SUD

Jusqu’au retrait, toujours mobilisés !

Mardi 21 janvier, les personnels de la BnF se sont de nouveau réunis très nombreux en assemblée générale, pour décider de la suite du mouvement alors que le projet de loi sur les retraites sera présenté en conseil des ministres vendredi 24 janvier en matinée.

L’assemblée générale des personnels a décidé de reconduire la grève du jeudi 23 janvier au samedi 25 janvier, et d’appeler l’ensemble de la BnF à faire du vendredi 24 janvier une journée toujours plus intense de mobilisation !

Prochains RDV BnF

►JEUDI 23 JANVIER
Grève et appel à déposer ses outils de travail
RDV 8h30 / HALL EST
>>> soyons le plus nombreux possible !

(actions symboliques similaires toute la semaine au niveau national).

Puis : RDV manifestation « aux flambeaux », 18h pl. de la Nation

►VENDREDI 24 JANVIER
!!! Grève à tous les étages à la BnF !!!
Manifestation nationale et interprofessionnelle
11h République

>>> RDV cortège BnF devant le « Go Sport »


Une mobilisation historique. Depuis plus de 40 jours, les secteurs professionnels du public comme du privé, mais aussi les étudiants et précaires entrent en lutte, se relaient, se soutiennent et s’organisent au gré de différentes actions et notamment dans la grève avec un objectif simple : obtenir le retrait de la contre-réforme des retraites et l’amélioration du système de retraite actuel, pour plus d’égalité et de justice sociale.

Le gouvernement, chaque jour plus fébrile, continue en vain de jouer tantôt le pourrissement de la mobilisation, tantôt la manipulation de l’opinion avec de fausses annonces concernant le retrait de l’âge dit « pivot », de soi-disant pensions minimum garanties, ou encore les valeurs d’un système qui favorisait les retraites des femmes.

La réalité est toute autre, puisque chacun sait désormais qu’il devra travailler plus longtemps pour obtenir une retraite complète, et que le calcul des pensions sur l’intégralité des carrières ne pourra que faire baisser les pensions de manière générale. Tout aussi grave, cela pousse vers la capitalisation du système de retraite, qui est un cadeau fait tant aux fonds de pensions privés qu’aux plus riches, qui auront les moyens de s’assurer une retraite décente. Enfin, le système à point, outil de régulation des pensions pour l’aligner sur le contexte économique, donnera les pleins pouvoirs aux différents gouvernements en recherche de « solutions de financement » qui existent pourtant déjà (taxation des entreprises, lutte contre l’évasion fiscale, augmentation des salaires, baisse de l’âge de départ à la retraite pour créer de l’emploi et des cotisations supplémentaires, égalité des salaires hommes/femmes etc…).

Nous ne les laisserons pas faire !


La Culture dans la rue !

La Culture, qui a fait une entrée spectaculaire dans la lutte avec les actions de l’Opéra de Paris courant décembre, s’investit chaque jour toujours plus dans la mobilisation.

En soutien et aux côtés entre autres des grévistes de la RATP et de la SNCF, le blocage du Louvre initié par l’intersyndicale Culture CGT-FSU-SUD-UNSA vendredi 17/01 a connu un retentissement international.

Pendant ce temps, la coordination des bibliothèques en lutte bat son plein, avec une nouvelle AG réussie qui s’est tenue le 21/01 et un nouvel appel à continuer la mobilisation !

>> Vendredi 24/01, en grève et manifestation, toujours plus nombreux dans la rue au sein d’un cortège Culture et bibliothèques en lutte !


affiche 23 et 24 janvier