Archives pour la catégorie Ministère de la Culture

Soutenons la mobilisation des précaires de la Bibliothèque publique d’information !

Communiqué SUD Culture Solidaires
Section de la Bibliothèque nationale de France

>>> RDV ce jeudi 10 septembre dès 11h sur le piquet de grève (entrée de la BPI) !

Depuis sa création la Bibliothèque Publique d’Information (Bpi) emploie, à l’instar d’autres bibliothèques telles que la BnF, un certain nombre d’agent-es contractuel-les à temps incomplet afin d’assurer une partie de son service public. Ces « vacataires » chargé-es d’accueil, de bulletinage ou encore de rangement, sélectionné-es selon leur niveau d’étude, sont embauché-es sur des contrats de 6 mois, non renouvelables. Ce « turn over » bien rodé et longtemps passé sous silence permet à la direction de la Bpi d’avoir sous la main du personnel ultra flexible, jetable et remplaçable à souhait, pour assurer une partie des missions de la Bpi, ouverte 6 jours sur 7 et accueillant un public très nombreux ce jusqu’à 22h.

Embauché-es et de sitôt mis-es à la porte, ces agent-es aux salaires très bas subissent donc par leurs contrats une violente précarité, ne leur ouvrant bien souvent pas d’accès aux allocations de chômage, sans compter les atteintes régulières à des droits pourtant élémentaires. La direction de la Bpi a par exemple récemment été jusqu’à priver les « vacataires » de toute autorisation d’absence rémunérée en cas de confinement pour cause de test « Covid »…

Depuis plusieurs mois maintenant, les « vacataires » de la Bpi ont décidé de s’organiser pour faire cesser cette situation insupportable et dénoncer la malhonnêteté de leur direction. En effet, rien ne justifie le traitement qui leur est fait, car ces agent-es travaillent en réalité sur des besoins permanents et doivent donc être en CDI, comme le prévoient les textes réglementaires. De même, la pratique de la discrimination à l’embauche, poussant à privilégier du personnel étudiant plus facile à mettre dehors, n’est fondée sur aucun argument viable. Enfin beaucoup des contrats des agent.e.s précaires se terminent le 15/09, les plongeant ainsi dans le chômage et la misère en pleine crise sociale et sanitaire, ce qui est inacceptable.

La BnF, bibliothèque « sœur » de la Bpi en tant qu’établissement public à caractère administratif, a connu depuis 2016 de nombreuses mobilisations victorieuses sur les questions de précarité : passage en CDI des « vacataires » travaillant sur des besoins permanents ; augmentation des quotités horaires jusqu’à 110h par mois (max. légal sur ce type de contrats) ; égalité des droits avec les titulaires autour des compensations concernant la pénibilité du travail (majoration des heures de soirée et du dimanche) ; comptabilisation réelle du temps de travail ; appel de l’intégralité de la liste de recrutement direct de magasiniers/ères de 2017.

Nous savons à la BnF que seule la lutte paie, et que la précarité n’est pas une fatalité mais un fléau qu’il faut combattre, sans jamais rien laisser passer. C’est pourquoi la section SUD Culture de la BnF soutient pleinement les agent-es en lutte de la Bpi et leurs revendications : allongement des contrats, revalorisation des salaires, délivrance d’un protocole covid pour les « vacataires ». Nous exigeons de la direction de la Bpi de mettre fin à ces pratiques d’embauche scandaleuses, et qu’elle réponde sans tarder aux demandes du personnel qui sera en grève ce jeudi 11 septembre. Nous demandons par ailleurs au ministère de la Culture d’intervenir dans de brefs délais pour faire cesser les pratiques abusives et antisociales constatées dans cette bibliothèque.

Vacataire, ce n’est pas un métier : Stop à la précarité !

Blog des vacataires de la Bpi (communiqués) : https://blogs.mediapart.fr/vacatairesbpi/blog

Lien vers la caisse de grève : https://blogs.mediapart.fr/vacatairesbpi/blog/090920/caisse-de-greve-bpi

Déclaration de l’intersyndicale du ministère de la Culture au Comité Technique ministériel le 5 mai 2020

logo-intersynd-culture-1

Monsieur le Ministre,

Le Comité technique ministériel est toujours un rendez-vous important du dialogue social et de la démocratie sociale mais cette séance téléphonée n’est pas une séance comme les autres. En France à ce jour, l’épidémie de coronavirus a fait plus de 25 000 victimes dont 9375 dans les EHPAD, et c’est sans compter hélas les décès à domicile dont le chiffre reste encore inconnu.

Ce virus a tué et, chaque jour qui passe, il continue à tuer et à frapper notamment les plus vulnérables et les plus démunis d’entre nous. Qu’il nous soit permis dans cette épreuve d’avoir une pensée émue pour les personnes disparues et pour leurs familles, seules face au deuil.

Comment alors oublier les propos irresponsables de plusieurs membres du gouvernement qui, en février et encore en mars, tendaient à minimiser la gravité de la situation en faisant courir à la population et aux travailleurs en particulier des risques considérables.

La crise sanitaire, sociale et économique que traverse notre pays est l’une des plus terribles de notre histoire contemporaine. C’est pourquoi, nos organisations syndicales ont fait le choix résolu de l’unité. C’était la seule voie possible en effet pour affirmer avec force et sans relâche et surtout convaincre que la santé sanitaire et sociale des personnels doit passer avant toute autre considération.

Lire la suite

Ministère de la Culture : Du confinement au déconfinement…

logo-intersynd-culture-1

…Une crise inédite, une menace précise, des réponses incertaines, des solutions imprécises…

Loin d’être un virus de plus et sans grand danger, comme voulaient le faire croire encore plusieurs membres du gouvernement en février et début mars, le Coronavirus est à l’origine de l’une des plus terribles crises sanitaires, sociales et économiques de notre histoire contemporaine.

Non seulement la France n’échappe pas à cette tragédie mondiale mais elle fait même partie, au même titre hélas que nos voisins et amis italiens et espagnols, des pays les plus durement éprouvés. Pour nos concitoyens, le bilan provisoire de cette épidémie est des plus cruels. Plusieurs dizaines de milliers de vies ont été perdues dans des conditions qui alourdissent encore le poids de la douleur et du deuil.

Le confinement instauré le 17 mars dernier, voilà plus de 6 semaines maintenant, a sans nul doute permis de ralentir la propagation de la maladie. Reste que celle-ci tue encore chaque jour plusieurs centaines d’entre nous et que nous restons sous la menace d’une seconde vague. De plus, ce confinement, synonyme de mise en sommeil de l’activité, a aussi des conséquences sociales et économiques tout à fait préoccupantes et délétères, et qui seront extrêmement difficiles à panser.

Face à cette situation inédite, les organisations syndicales représentatives du ministère de la culture ont fait le choix résolu de l’unité.

Lire la suite

Compte-rendu du groupe de travail « déconfinement » entre l’administration et l’intersyndicale du 21 avril 2020

logo-def-GT-confinement

Introduction de la secrétaire générale

La secrétaire générale (SG) remercie les organisations syndicales de leur présence malgré des délais très contraints en cette période compliquée pour l’organisation de cette rencontre, qui s’inscrit dans la suite des réunions hebdomadaires au cours desquelles l’intersyndicale avait unanimement demandé la mise en place d’un un agenda social sur le déconfinement et la reprise d’activité.

Ce groupe de travail sur le déconfinement a vocation à se réunir régulièrement les prochaines semaines. Le Bureau de la Santé et Sécurité au Travail (BSST) et le Service des ressources humaines (SRH) seront à l’œuvre pour construire les modalités, les protocoles et les points de vigilance pour la reprise d’activité en lien avec la cellule anticipation, les directions générales, le Haut fonctionnaire de défense et de sécurité (HFDS) et les organisations syndicales.

La mission de coordination du groupe de travail interministériel sur les stratégies progressives du confinement a été confiée à Jean Castex. Le ministère doit porter les questionnements et les points de vigilance tant internes que propres à tous les secteurs culturels afin qu’ils soient pris en compte dans le plan de déconfinement du gouvernement. Une première mouture du ministère devra être présentée dès la semaine prochaine.

La secrétaire générale souhaite installer dès à présent ce cadre de travail avec les représentant.es des personnels dans le souci des nécessaires garanties de sécurité et de santé des agent.es, la reconstruction des collectifs de travail en tenant compte de l’état d’esprit individuel des agent.es, des facteurs externes (transport en commun, capacité d’accueil des enfants), des besoins prioritaires pour l’activité du ministère qui justifierait une reprise d’activité plus importante. Le groupe de travail réfléchira également aux nouvelles modalités de travail qui sont à inventer pour l’ensemble du ministère.

Prises de parole de l’intersyndicale

Un dialogue social urgent et impératif

L’intersyndicale rappelle que cette demande de réunion sur le déconfinement a été exprimée dès le 15 avril à la directrice de Cabinet en raison du caractère éminemment politique des décisions à prendre. Elle précise que les représentant.es du personnel espèrent pouvoir s’exprimer dans le cadre de l’enquête parlementaire post déconfinement. Au ministère, on constate des résurgences de l’importance des questions culturelles au sein de la démocratie. Ces questions devront être discutées au bon niveau, en particulier avec le ministre.

Lire la suite

CHSCT Ministériel du 22 avril 2020 : des avancées, des inerties et des fins de non-recevoir

logo-intersynd-culture2

À la demande de l’intersyndicale culture le 3 avril dernier, un CHSCT ministériel sur la prévention du risque épidémique pendant la période de confinement a enfin été organisé par le Ministère de la Culture le 22 avril. L’administration semble afficher désormais une volonté de transparence et de solidarité dans la gestion de la crise avec vos représentants, ce qui a le mérite d’être souligné. Mais quand il s’agit d’aborder concrètement la protection sanitaire – sur le port du masque notamment – et sociale – sur la reconnaissance d’accident du travail -, elle sait se montrer, comme à son habitude, inerte et silencieuse ou dogmatique.

Sept sujets ont été abordés :

  1. L’exigence d’un avis du CHSCT ministériel sur la fiche Covid-19 envoyée aux services le 3 avril sans consultation ;
  2. Les méthodes de recensement des situations administratives des agents et les mesures de protection de la santé et d’accompagnement mises en œuvre ;
  3. Le suivi médical interne des personnels infectés et/ou suspectés de l’être ;
  4. L’opacité incompréhensible des plans de continuité d’activité (PCA)
  5. La mise à jour indispensable des Documents Uniques d’Évaluation des Risques Professionnels (DUERP)
  6. Les prérogatives du CHSCT ministériel sur l’organisation de l’activité et les conditions de travail en situation de crise
  7. Point sur les violences intrafamiliales

Lire la suite

Conférence téléphonique intersyndicale Culture/Ministre du 16 avril 2020 :

logo-intersynd-culture-1

La reprise d’activité et l’ordonnance inique sur les congés en question !

Cette nouvelle conférence téléphonique a été consacrée à un certain nombre de sujets qui n’ont toujours pas reçu de réponses ou des réponses incomplètes auxquels s’ajoutent deux nouvelles thématiques sur la reprise de l’activité et les congés « obligatoires ». Nous commencerons par celles-ci.

Compte-rendu disponible ici :

 

 

Motion intersyndicale au CHSCT Ministériel du 22 avril 2020

Intersyndicale CFDT – CGT – FSU – SUD Culture

« Les représentants du personnel siégeant au CHSCT ministériel, ce 22 avril 2020, considérant que l’ordonnance du 15 avril 2020 relative à la prise de jours de réduction du temps de travail ou congés constitue une véritable mesure punitive et injuste à l’encontre des agents du ministère de la culture, exigent qu’uacun d’eux ne soit ponctionné de jours de congés, d’ARTT ou de CET à cause de la pandémie de COVID-19 et ce, quelle que soit sa position administratrive, ASA, télétravail, travail à distance, le ministre ayant reconnu lui-même l’investissement tout particulier des agents. »

Paris, le 22 avril 2020

La reprise d’activité et l’ordonnance inique sur les congés en question ! (Conférence téléphonique intersyndicale Culture/Ministre du 16 avril 2020)

logo-intersynd-culture-1

Paris, Mantes, Amiens, Chelles, Ajaccio, Metz, le 21 avril 2020.

Cette nouvelle conférence téléphonique a été consacrée à un certain nombre de sujets qui n’ont toujours pas reçu de réponses ou des réponses incomplètes auxquels s’ajoutent deux nouvelles thématiques sur la reprise de l’activité et les congés « obligatoires ». Nous
commencerons par celles-ci.

Sortie du confinement et reprise de l’activité

-Au ministère

Le président de la république a annoncé le 13 avril la prolongation du confinement jusqu’au 11 mai et donc un déconfinement à partir de cette date. Il a renvoyé au gouvernement de déterminer les conditions du déconfinement. Or à ce jour, celles-ci restent dangereusement floues. Franck Riester lors des questions au gouvernement le mardi 14 avril a évoqué un plan de relance spécifique à la culture dont le contenu serait dévoilé dans les 15 jours.

Ces annonces n’ont fait l’objet pour l’heure d’aucune communication ministérielle en direction des agent.es, légitimement très inquiet.es et qui veulent des réponses à une multitude de questions pratiques sur l’organisation du travail et des locaux ou la fourniture incontournable de matériel de protection. Comme il s’agit de sujets éminemment politiques, l’intersyndicale a demandé l’organisation sans délai d’une réunion présidée par la directrice de cabinet du ministre, demande restée à ce jour sans réponse. Elle souhaite également qu’un agenda social soit fixé le plus rapidement possible afin d’engager, sous l’égide du ministre et de son cabinet, une négociation sur les modalités d’une éventuelle reprise qui devra faire absolument l’objet d’instructions très claires à destination de l’ensemble du périmètre du ministère. Il est hors de question que le ministère joue les apprentis sorciers en faisant prendre des risques inconsidérés aux agent.es.

Lire la suite