Archives pour la catégorie Rassemblement

La précarité détruit nos vies : rassemblement mardi 12/11 devant le Crous de Port Royal à Paris (18h)

Solidaires Etudiant-es / Union syndicale Solidaires

Ce vendredi 8 novembre en début d’après-midi, un camarade de Solidaires étudiant-e-s Lyon a tenté de s’immoler par le feu devant le bâtiment du CROUS à Lyon.

Par cet acte désespéré et politique, il a voulu alerter sur ses conditions précaires d’étudiant redoublant, privé de bourse, dans un système universitaire toujours plus libéralisé. Ce constat, Solidaires Étudiant-e-s le partage. Les études coûtent chaque année plus cher aux étudiant-e-s et nous sommes nombreuses-eux à partager ces conditions intenables. Les moyens déployés pour les étudiant-e-s sont dérisoires par rapports aux besoins et au coût de la vie : que ce soit le nombre et le montant des bourses, le prix des logements, leur trop faible nombre et leur insalubrité dans les CROUS, la restauration universitaire trop chère et sous-dimensionnée, l’inexistence d’un service de santé…

Poursuivre des études dans un système concurrentiel, imposant une sélection permanente, crée des situations de stress et de surmenage dont souffrent 60% des étudiant-e-s d’après le dernier rapport de l’Observatoire de la Vie Etudiante. A cela, ajoutons que la moitié des étudiant-e-s doit cumuler les études et un travail salarié pour survivre.

Ce sont les enfants des classes populaires et d’une partie des classes moyennes qui subissent ce système et cette précarité, ce qui a évidemment un impact sur leurs études. Cette précarité existe également pour la jeunesse non scolarisée et pour une partie croissante de la population. Elle est inacceptable, encore plus dans un pays aussi riche que le nôtre.

Solidaires Etudiant-e-s et l’Union syndicale Solidaires appellent nationalement à des rassemblements sur les lieux d’études, devant les CROUS le mardi 12 novembre. À défaut d’antenne du CROUS, nous appellons à des rassemblements devant les préfectures et sous-préfectures.

Nous vous invitons à vous rapprocher des syndicats Solidaires Etudiant-e-s pour les informations des rassemblements dans votre ville ou à vous référer à la liste mise à jour sur nos différents réseaux sociaux.

A Lyon, nous vous invitons à 10h, au 59 rue de la Madeleine, siège social du Crous Lyon Saint-Etienne, lieu où notre camarade a commis cet acte politique, pour nous retrouver ensemble, rester soudé-e-s, créer des solidarités et pour lutter contre ces conditions de vie déplorables.

Toutes les organisations qui luttent contre la précarisation de la vie étudiante ou dans le monde du travail, qui se battent pour une autre répartition des richesses sont les bienvenues.

Nous vous attendons nombreuses et nombreux, et pour reprendre les mots de notre camarade : « Vive l’autogestion, vive le socialisme, vive la sécu »

Plus que jamais, continuons la lutte !


PARIS : Mardi 12 novembre rassemblement à 18h devant le Crous de Port-Royal, 39 Avenue Georges Bernanos, RER B Port-Royal.


Union syndicale Solidaires

Le 9 novembre 2019

Nous relayons le communiqué de la fédération Solidaires étudiant quand à la situation d’un de ses membres, camarade de notre union, qui s’est immolé hier à Lyon par désespoir devant la situation sociale qu’il subissait.

L’Union syndicale Solidaires apporte tout son soutien à sa famille, ses proches et ses camarades de luttes. Nous espérons vivement sa rémission et de le retrouver vite à nos côtés.

Nous dénonçons la précarité croissante qui touche notamment les étudiant.es. Elle broie et détruit les vies.

Nous poursuivrons la lutte pour imposer un autre partage des richesses et permettre enfin à toutes et tous de vivre dignement.

Lire ici le communiqué de Solidaires Etudiant-e-s : https://solidaires.org/La-precarite-detruit-nos-vies


Solidarité avec la population du Rojava Manifestation à Paris >>> place de la République, SAMEDI 19 OCTOBRE, 14h30

eafed72b8d54b642-187c2.png

Solidarité avec la population du Rojava pour réclamer le retrait de l’armée turque suite à l’attaque de l’état turc contre le Rojava et la Syrie du Nord et de l’Est .

Manifestation à Paris >>> place de la République, SAMEDI 19 OCTOBRE, 14h30

Solidarité internationale !

 

Avec les travailleurs sans-papiers de Chronopost Alfortville, rassemblons-nous devant la Préfecture de Créteil ! Vendredi 18 octobre à 16H

Communiqué

Présents nuit et jour devant l’agence Chronopost d’Alfortville depuis le 11 juin, des dizaines de travailleurs sans-papiers en grève, soutenus par de nombreux sans-papiers d’autres entreprises, se battent pour exiger leur régularisation. Depuis maintenant plus de 4 mois, ces travailleurs et leurs soutiens ont multiplié les manifestations pour se faire entendre.

Chronopost (filiale à 100% d La Poste, elle-même propriété de l’Etat), exploite ces travailleurs en se cachant derrière un système de sous-traitance en cascade, impliquant la société Derichebourg et des sociétés d’intérim comme Mission Intérim. A ce jour, aucune de ces sociétés ne veut se reconnaitre comme employeur de ces travailleurs, et leur donner les documents permettant leur régularisation.

Au contraire, ces patrons complices s’arrangent pour maintenir ces travailleurs dans la précarité et la clandestinité, en faisant tout pour les écarter d’une possible régularisation par le travail (rotation rapide, utilisation de primo-arrivants, non reconduction des missions…), espérant ainsi disposer d’un personnel totalement soumis.

De son côté, L’Etat, à travers les ministères de l’intérieur et du travail, affiche depuis le 11 juin une complicité permanente avec la Poste et ses sous-traitants !

La préfecture du Val de Marne a reçu 2 fois les travailleurs en lutte, les 11 et 27 septembre. Si un discours de « bienveillance » a été affiché, la préfecture ne s’engageait pas à régulariser l’ensemble des camarades de Chronopost en lutte, revenait sur l’instauration d’un véritable « guichet unique » pour le dépôt et le traitement des dossiers au niveau du Val de Marne, et demandait la levée du piquet avant tout dépôt de dossiers des autres travailleurs présents sur le site. Les grévistes et leurs soutiens ont adressé un nouveau courrier à la Préfecture le 1er octobre pour préciser leurs revendications. Nous n’avons pas eu de réponse à ce jour.

C’est donc pour obtenir des réponses à nos demandes, et avancer sur les modalités de règlement du conflit, que nous nous rassemblerons à nouveau devant la Préfecture, vendredi 18 octobre, en demandant à être reçus, et enfin réellement entendus.


Vendredi 18 octobre à 16H

Rassemblement devant la Préfecture à Créteil
(Av. Du Gal De Gaulle-M° Créteil Préfecture)


Pétition : http://chng.it/XWfPjQyNBB Cagnotte : https://www.lepotsolidaire.fr/pot/7g909is1


chronopost os

Soutenus par FSU-94 / UL CGT Alfortville_Maison-Alfort / CGT-TEFP 94

Travailleurs sans-papiers de Chronopost Alfortville Vendredi 11 octobre : quatre mois de lutte Avec eux, rassemblons-nous au Ministère du travail !

Communiqué

Présents nuit et jour devant l’agence Chronopost d’Alfortville depuis le 11 juin, des dizaines de travailleurs sans-papiers de Chronopost en grève, soutenus par de nombreux sans-papiers d’autres entreprises, se battent pour exiger leur régularisation.

Chronopost (filiale à 100% de La Poste, elle-même propriété de l’Etat), exploite ces travailleurs en se cachant derrière un système de sous-traitance en cascade, implégalité droitsiquant la société Derichebourg et des sociétés d’intérim comme Mission Intérim.

Ce duo La Poste-Derichebourg, profite des menaces qui pèsent sur les sans-papiers pour les exploiter sans vergogne : temps partiel imposé, embauche à 3 ou 4 heures du matin, refus de payer les heures sups., pas de droit aux pauses, menaces de renvoi en cas de maladie…

A ce jour, aucune de ces sociétés ne veut se reconnaitre comme employeur de ces travailleurs, et leur donner les documents permettant leur régularisation. De son côté, L’Etat, à travers les ministères de l’intérieur et du travail, affiche depuis le 11 juin une complicité permanente avec la Poste et ses sous-traitants !

Les travailleurs sans papiers du piquet Chronopost Alfortville ont multiplié tout l’été les manifestations pour se faire entendre et exiger leur régularisation : devant Chronopost à Paris, à Mission Intérim à Corbeil, devant le siège national de Derichebourg, au Siège national de La Poste, à la Préfecture de Créteil…

Après 4 mois de lutte, les travailleurs sont toujours là, déterminés à obtenir satisfaction !
Le ministère du travail, maintes fois sollicité, y compris par de nombreux élu-e-s, fait preuve d’une inertie inacceptable depuis le début, allant jusqu’à s’effacer devant le ministère de l’intérieur !

Il doit enfin intervenir pour sanctionner le système de surexploitation mis en place par Chronopost et ses complices, et rétablir les travailleurs dans leurs droits !

➢ La Poste et ses sous-traitants doivent reconnaitre leurs responsabilités d’employeurs et donner les documents nécessaires à la régularisation !
➢ L’Etat doit les régulariser !

Vendredi 11 Octobre à 16H
Rassemblement devant le Ministère du travail
(127 rue de Grenelle – Paris 7è – M° Varenne)


Pétition : http://chng.it/XWfPjQyNBB

Cagnotte : https://www.lepotsolidaire.fr/pot/7g909is1


chronopost osSoutenus par FSU-94 / UL CGT Alfortville_Maison-Alfort / CGT-TEFP 94

28 septembre 2019 Journée internationale pour le droit à l’avortement. Ici et partout !

Union syndicale Solidaires

Le droit à l’avortement, pierre angulaire de la lutte de libération des femmes, n’est toujours pas acquis dans de nombreux pays. Là où il est gagné, un retour en arrière est toujours possible à l’image des tentatives pour l’interdire aux Etats-Unis, odroit avortementu en Europe ces dernières nnées. 47 000 femmes sont mortes dans le monde en 2018 des suites d’un avortement clandestin ! Les luttes existent et permettent à nombre de femmes d’y avoir enfin accès, de le préserver ou même de l’améliorer. C’est pourquoi Solidaires appelle le 28 septembre à participer à toutes les mobilisations organisées pour réaffirmer notre attachement à ce droit fondamental.

DES FREINS ET DES MENACES PERSISTANTES

Fermetures de centres de proximité liées aux restructurations hospitalières (plus de 130 établissements de santé pratiquant l’IVG ont été fermés entre 2001 et 2011), maintien de la clause de conscience des médecins, modification d’octroi des subventions publiques aux associations et notamment pour le Planning Familial entrainant leur baisse dans plusieurs régions, résurgence des mouvements réactionnaires, conservateurs et rétrogrades. En juin, les sénateurs ont supprimé un amendement prolongeant le délai de recours à l’IVG de 12 à 14 semaines. Pourtant, l’éloignement géographique de certains centres, la découverte tardive d’une grossesse, les situations de violence donnant lieu à une grossesse ou la clause de conscience de certains médecins – invoquée pour refuser de pratiquer des IVG – sont autant de raisons qui peuvent amener une interruption de grossesse tardive.
Chaque année, entre 3 000 et 5 000 femmes vont avorter à l’étranger pour cause de dépassement de délai, principalement en Espagne ou aux Pays-Bas (où les délais d’IVG vont respectivement jusqu’à 22 et 24 semaines de grossesse). Celles qui n’ont pas les moyens de se rendre à l’étranger sont alors confrontées à une grossesse non désirée.

Solidaires réaffirme la nécessité d’une prise en charge de proximité, simplifiée, gratuite et confortable de l’IVG et exige l’arrêt de toutes les politiques austéritaires qui entravent l’accès de toutes les femmes à l’avortement. Nous exigeons :

> l’abrogation de la loi « ma santé 2022 » (entrainant fermetures de service et d’hôpitaux)
> le maintien et le développement des services publics sur tout le territoire
> un centre IVG dédié par hôpital pour toutes les femmes avec le choix de la méthode
> la suppression de la clause de conscience spécifique à l’IVG
> l’application ferme de la loi contre le délit d’entrave
> l’allongement du délai légal
> et des moyens pérennes pour les associations.

L’union syndicale Solidaires soutient toutes les femmes qui se battent, partout dans le monde, pour pouvoir décider si elles veulent ou pas un enfant. Nous appelons aux manifestations du 28 septembre organisées sur tous les territoires.

A Paris, RDV SAMEDI 28 septembre : rassemblement à l’Hôpital Tenon 4, rue de la Chine 75 020 à 12h puis Départ en manifestation à 14h de l’hôpital Tenon vers Bastille

Les travailleurs sans-papiers de Chronopost devant le Siège de La Poste à Paris Mercredi 18 septembre !

Communiqué

Présents nuit et jour devant l’agence Chronopost d’Alfortville depuis le 11 juin, des dizaines de travailleurs sans-papiers en grève, soutenus par de nombreux sans-papiers d’autres entreprises, se battent pour exiger leur régularisation.

égalité droitsChronopost (filiale à 100% de La Poste, elle-même propriété de l’Etat), exploite ces travailleurs en se cachant derrière un système de sous-traitance en cascade, impliquant la société Derichebourg et des sociétés d’intérim comme Mission Intérim.

A ce jour, aucune de ces sociétés ne veut se reconnaitre comme employeur de ces travailleurs, et leur donner les documents permettant leur régularisation.

Ce duo La Poste-Derichebourg, profite des menaces qui pèsent sur les sans-papiers pour les exploiter sans vergogne : temps partiel imposé, embauche à 3 ou 4 heures du matin, refus de payer les heures sups., pas de droit aux pauses, menaces de renvoi en cas de maladie…

De son côté, L’Etat, à travers les ministères de l’intérieur et du travail, affiche depuis le 11 juin une complicité permanente avec la Poste et ses sous-traitants !
Les travailleurs sans papiers du piquet Chronopost Alfortville et leurs soutiens ont multiplié tout l’été les manifestations pour se faire entendre et exiger leur régularisation.

Après 3 mois de lutte, les travailleurs sont toujours là, debout et déterminés à obtenir satisfaction !

➢ La Poste au premier chef, et ses sous-traitants, doivent reconnaitre leurs responsabilités d’employeurs, donner les documents nécessaires à la régularisation !
➢ La Préfecture doit tous les régulariser !

Mercredi 18 septembre- Rassemblement au Siège de La Poste
RDV à 16H30 au métro Balard pour départ en manif.
A partir de 17H devant le Siège
9 rue du Colonel Pierre Avia-Paris


chronopost os

Soutenus par FSU-94 UL CGT Alfortville / Maison-Alfort CGT-TEFP 94


Signez et relayez la pétition de soutien et la cagnotte en ligne :
Pétition : http://chng.it/XWfPjQyNBB
Cagnotte : https://www.lepotsolidaire.fr/pot/7g909is1

Jeudi 22 août, avec les travailleurs sans-papiers de Chronopost Alfortville, devant le siège de Derichebourg !

Communiqué

Depuis le 11 juin, des travailleurs sans papiers en grève sont présents jour et nuit devant l’agence Chronopost d’Alfortville (Val de Marne), pour exiger leur régularisation. Ces travailleurs sont employés par Chronopost (filiale à 100% de La Poste), qui sous-traite leur embauche à la société Derichebourg, laquelle se cache derrière des sociétés de travail d’intérim, comme Mission Intérim. Ils sont soutenus par des dizaines de sans-papiers d’autres entreprises.

À ce jour, aucune société ne veut les reconnaître comme employeur et leur donner les documents permettant la régularisation ! Profitant des menaces d’expulsion qui pèsent sur ces salariés sans-papiers, le duo La Poste-Derichebourg les exploite sans scrupules : embauche à 3 ou 4 heures du matin pour décharger puis trier les colis Chronopost, emploi à temps partiel imposé pour des salaires de misère (600 euros en moyenne), pas de droit aux pause légales et au paiement des heures supplémentaires, renvoi immédiat en cas d’arrêt maladie…La société Derichebourg, en complicité avec Chronopost-La Poste, participe à un système opaque et pervers de sous-traitance en cascade qui permet à La Poste de réaliser d’importants profits. La Poste a d’ailleurs été récemment condamnée à 120 000 euros d’amende à la suite du décès au travail d’un salarié non déclaré, employé à travers la sous-traitance en cascade dans un établissement de traitement du colis.

La Poste réalise chaque année des bénéfices (entre 800 et 840 millions d’euros selon les années) grâce entre autres aux tarifs élevés et au système d’exploitation des sans-papiers dont Derichebourg est complice !

Derichebourg : complice de La Poste et profiteur !

Communiquant sur ses résultats le 31 mars 2019, Derichebourg se félicite de « la solidité du modèle économique du groupe ». On sait aujourd’hui à quoi ressemble ce modèle…
Le groupe est présent dans 15 pays, sur 3 continents, avec un chiffre d’affaire de 2,9 milliards d’euros en 2018. Il est roi de la collecte des déchets sur de nombreuses communes et agglomérations et de nombreux arrondissements parisiens. Mais sur quoi repose une telle « prospérité » de Derichebourg, qui par ailleurs se targue d’être un partenaire exemplaire de la COP 21 (lutte contre le changement climatique) ? La question mérite d’être posée à la lumière des pratiques de Derichebourg pour le compte de Chronopost-La Poste !

Derichebourg participe à l’exploitation des sans-papiers de Chronopost !
Derichebourg doit contribuer à leur régularisation !

Jeudi 22 août : rdv à 15H au métro Porte Dorée

Puis à 16H devant Derichebourg (119 av. du Gal. Michel Bizot- Paris 12)


CTSPV _ SUD PTT _Solidaires 94 _ CNT SO
Soutenus par FSU-94 UL CGT Alfortville / Maison-Alfort CGT-TEFP 94