Archives pour la catégorie Rassemblement

Personnel BnF et intersyndicale CGT-FSU-SUD s’invitent au Conseil d’Administration de la BnF !

Intersyndicale BnF CGT-FSU-SUD
Déclaration au Conseil d’administration 25 novembre 2021

 » Madame la Présidente, mesdames et messieurs les administratrices et administrateurs,

Si nous sommes là aujourd’hui c’est que nous souhaitons vous interpeller concernant la réouverture du site Richelieu et ses conséquences sur l’ensemble de la BnF.

En premier lieu, nous souhaitons réaffirmer la nécessité absolue de maintenir les effectifs de la bibliothèque François Mitterrand.

Alors que plus de300 emplois ont été supprimés à la BnF depuis 2009, environ 40 postes sur le site François Mitterrand vont être détruits afin de pourvoir ceux nécessaires au projet culturel du site Richelieu (nouveau musée, nouveaux services, amplitude d’ouverture élargie). La perte de ces emplois n’est ni soutenable, ni acceptable dans un contexte déjà particulièrement tendu.

En second lieu, nous souhaitons réaffirmer notre attachement aux missions et aux conditions de travail des agents de la bibliothèque de Richelieu après 10 ans de travaux difficiles et éprouvants.

Les 40 emplois annoncés pour ce site ne sont pas liés aux missions patrimoniales de Richelieu mais à un projet culturel démesuré. Dans le même temps, la direction souhaite augmenter l’amplitude d’ouverture des salles de lecture, recentrer l’activité sur le service au public au détriment des autres activités fondamentales, modifier l’organisation du travail… Faire toujours plus, c’est bien la logique mise en œuvre, qu’importent les missions et les conditions de travail des agents.

Enfin nous dénonçons avec la plus grande fermeté le retour de la grande précarité à la BnF.

La direction de la bibliothèque a en effet décidé de rompre unilatéralement le protocole d’accord de fin de grève signé en 2016 avec l’intersyndicale BnF CGT-FSU-SUD en réintroduisant pour les contractuels à temps incomplet sur besoin permanant des contrats de courte durée non renouvelables plutôt que des CDI. Nous refusons ce type d’embauches jetables et exigeons le respect du protocole fin de grève de 2016 et l’application de l’instruction du ministère de la culture de 2015 concernant la résorption de la précarité.

En conclusion, nous demandons aux autorités de tutelles, alors que le budget 2022 du Ministère de la culture consacré au secteur du livre et à la lecture est en augmentation, une attention particulière pour la BnF, 3e plus grande bibliothèque au monde de par ses collections, et d’intervenir favorablement pour le renforcement des effectifs par du personnel titulaire, pour le respect des conditions de travail des agents de Richelieu et pour le respect du dialogue social. « 

Conseil d’administration BnF du jeudi 25 nov. : C’EST LE MOMENT D’ÊTRE ENTENDU !

INTERSYNDICALE BnF

RASSEMBLEMENT JEUDI 25 NOV.
14h45 HALL EST (entrée de Tolbiac)

Vous disposez de 3h sur votre temps de travail pour vous rendre à ce RDV (14h-17h)
(décret 28-05-82). Si vous êtes posté, informez votre encadrant à l’avance.
Vous pouvez venir d’un autre site (et badger à Tolbiac avant d
e repartir chez vous).

FAISONS-NOUS ENTENDRE DU MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA DIRECTION DE LA BnF

>Pour une réouverture de Richelieu réaliste et respectueuse des personnels, de leurs missions et conditions de travail

>Contre les 40 suppressions de postes prévues à Tolbiac

>Contre la remise en cause par la direction du protocole de fin de grève de 2016 visant à réduire la précarité

>Pour un véritable dialogue social prenant en compte l’avis et le vote des représentants du personnel

Lire la suite

Bibliothécaires en lutte contre le passe sanitaire : rassemblement le 5 novembre

Les appels à la grève lancés par SUD CT, SUD Culture Solidaires et la CNT contre le passe sanitaire dans les bibliothèques et les établissements culturels ont été suivis partout en France. De nombreux personnels des bibliothèques sont mobilisés contre l’aberration du passe sanitaire dans des lieux aussi essentiels, qui oblige à contrôler, et trop souvent à refuser, des usager.e.s.

Le 27 octobre, le syndicat SUD Culture et médias Solidaires et la Fédération SUD CT ont sollicité un rendez-vous auprès de la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, pour demander une fois encore la suppression du passe sanitaire dans les établissements culturels et de loisirs et afin de lui remettre une pétition signée par plus de 13 000 personnes en ce sens. A ce jour, cette demande est restée lettre morte.

Afin de faire entendre la voix de tous et toutes nos collègues, agent.e.s de la fonction publique et travailleur-euses du privé des secteurs de la culture et des loisirs concernés par la présentation et/ou le contrôle du passe sanitaire, nous appelons à nous retrouver le vendredi 5 novembre place du Palais Royal de 10h à 12h.

Des prises de paroles sur la situation de nos collègues sous le coup de sanctions disciplinaires se dérouleront pendant ce temps et nous invitons la presse et tous-tes celles et ceux qui soutiennent un accès à la culture et au savoir sans condition, à nous rejoindre.

Pétition pour une bibliothèque accessible à tous et toutes :  https://www.change.org/p/monsieur-le-premier-ministre-pour-une-biblioth%C3%A8que-accessible-%C3%A0-tous
Site internet du collectif “bib sans pass” à consulter : https://bibsanspass.wixsite.com/website
Facebook des “bibliothécaires mobilisés” : https://www.facebook.com/profile.php?id=100072673625656
Compte Instagram : @Bibpourtous : https://www.instagram.com/bibpourtous/

Solidarité avec les agents du nettoyage en grève sur le campus Jussieu

SUD Education SU, les syndicats CGT de SU, SNCS-FSU, Solidaires Etudiant-e-s Jussieu
Paris, Septembre 2021

Rassemblement de soutien
Mardi 21 septembre / Parvis de Jussieu 12h-14h

>>>Nous appelons à participer à la caisse de grève au bénéfice des agents de nettoyage :
https://www.leetchi.com/c/solidarite-avec-les-grevistes-du-nettoyage-de-jussieu

Depuis plusieurs années, le nettoyage du campus Jussieu est assuré par des salarié-es de sociétés sous-traitantes, aux pratiques illégales honteuses. Les agents du nettoyage, dont le travail permet à nous tous, personnels et étudiant-es, de travailler et étudier dans des locaux propres, sont ainsi soumis à des conditions de travail inacceptables :

• cadences de travail insupportables (ex: nettoyage de 160 WC en 4h par une seule femme de ménage)
• brimades systématiques de la part du responsable d’exploitation du site
• mutations et changements d’horaires imposés
• horaires morcelés au mépris de toute vie privée
• travail effectué sans contrat de travail, « couvert » après coup par la signature sous contrainte d’un CDD antidaté
• hausse brutale de la charge de travail, suite au non renouvellement de 30 CDD
• heures supplémentaires non payées
• congés sans solde imposés

Refusant de continuer à supporter cela, les 130 agents du nettoyage ont adressé leurs revendications à leur employeur, la société Arc-en-Ciel, le 2 septembre dernier. N’ayant reçu aucune réponse, ils et elles se sont tous mis-es en grève le mardi 14 septembre. Depuis, la société Arc-en-Ciel ayant rompu les négociations initiées par les grévistes, la grève est reconduite chaque jour par l’ensemble des agents, avec le soutien des militant-es de nos organisations, et celui de nombreux personnels et étudiant-es solidaires de leur action.
Nos organisations, représentant les personnels et étudiant-es de Sorbonne Université, apportent tout leur soutien à l’action de grève des agents de nettoyage. Notre université, en tant que donneuse d’ordres, porte une grande responsabilité dans leur situation.

« ARC-EN-CIEL » DOIT NÉGOCIER OU DÉGAGER !

Alerte ! Rassemblons nous dimanche 19/09 contre l’antisémitisme et le racisme ! »

Annonce importante : Ce rassemblement aura bien lieu dimanche 19 septembre, mais son lieu est un peu déplacé, sur décision de la Préfecture de police. Il se tiendra finalement sur la place Baudoyer devant la Mairie du 4e, au même métro Hôtel de Ville, à 16H.

Appel initié par le RAAR.

Face à la vague de propagande et d’actes antisémites, le RAAR organise un rassemblement public de protestation et de mobilisation le 19 septembre à Paris, sur la base de l’appel ci-dessous.

Lire la suite

Nouvelle journée de mobilisation contre la réforme de l’assurance chômage samedi 22 mai

La ministre nous dit « L’Etat a fait sa part, rentrez chez vous »,
on lui répond « Pas de réouverture sans droits sociaux » !

Nouvelle journée contre la réforme de l’assurance chômage
Pour un 22 mai massif, grève, manifestation, actions !

Après plus de deux mois d’occupation des lieux culturels, la ministre du travail vient d’annoncer des premières mesures en faveur du secteur culturel :

  • 4 mois supplémentaires de prolongation de l’année blanche jusqu’au 31 décembre pour les intermittent-e-s du spectacle et de l’audiovisuel.
  • 30 millions d’aide
  • abaissement du seuil d’accès au régime de l’intermittence des 507h à 338h pour les primo entrant.es de moins de 30 ans

Si la mobilisation a permis d’arracher quelques avancées, ces mesures sont largement insuffisantes. Concernant le secteur culturel SUD Culture Solidaires continue à demander :

  • Un vrai plan de relance pour financer toutes les formes de travail (créations, répétitions, …) toutes disciplines confondues (spectacle vivant, audio-visuel, arts plastiques…) en concertation avec les salarié.es de la culture, et pour ce faire les 30 millions ne suffiront pas.
  • que soient pris en compte également les plus de 30 ans qui ont connu des accidents de parcours dans leur carrière professionnelle pour l’accès au régime de l’intermittence.
  • L’indemnisation de tou·tes les chômeurs·es et de tous les intermittent·es de l’emploi jusqu’à la reprise totale des activités augmentée d’une année sur la base d’un SMIC minimum ou du dernier salaire avec maintien des droits sociaux (maladie, retraite, maternité, prévoyance, formation)

Nous rappelons également que l’une de nos revendications principales est l’abandon pur et simple de la réforme de casse de l’assurance chômage.

Enfin, nous ne sommes pas dupes de la stratégie du gouvernement. Ce qu’il cède vise aussi à diviser le mouvement de lutte en n’apportant que des réponses incomplètes aux seul.es travailleuses et travailleurs du secteur du spectacle vivant et de l’audiovisuel tout en espérant qu’ils et elles s’en contenteront. Globalement le gouvernement n’a rien lâché pour les 2 millions de travailleur-est à emploi discontinu (saisonnier.ères, intérimaires, femmes de ménage, guides, livreurs…), des précaires et des intermittent(e)s de l’emploi. Il n’apporte aucune réponse pour les chômeurs-es, les jeunes de moins de 25 ans, les plasticien.ne.s, les autrices et auteurs, les étudiant-es etc En pleine crise sanitaire, économique et sociale, le gouvernement continue sa politique antisociale et fait le choix de laisser des millions de personnes à l’abandon en les promettant à la très grande pauvreté.

Déjà plusieurs théâtres occupés ont été évacués par la force. A Toulouse, Bordeaux, Rennes etc. ce n’est que le début de la répression de notre mouvement de lutte.

Parce que cette situation est intolérable, SUD Culture appelle à maintenir les occupations et à renforcer partout la mobilisation jusqu’à satisfaction de nos revendications !

Les rendez-vous samedi 22 mai 2021 :
 Auch : 14h, rdv devant Pôle emploi
Bayonne : 14h place de la Liberté
Bordeaux : 13h, place de la Bourse
Laval : 17h, parvis du théâtre
Le Mans : 14h, parvis des Quinconces
Lorient : 14h, parvis du Théâtre
Lyon : 14h, place de la Comédie, devant l’Opéra occupé
Marseille : 10h devant le FRAC – 20 boulevard de Dunkerque
Nantes : 12h place Graslin, « banquet de la colère »
Nîmes : 11h, Maison Carrée
Orléans : 14h, place de la Victoire
Poitiers : 14h au TAP
Paris : 13h devant l’Odéon
Pau : 15h place Clémenceau
Strasbourg : 13h, Campus universitaire, fac de Droit
Toulouse : 14h, square Charles De Gaulle

Solidaires appelle à participer à tous les rassemblements en France en solidarité avec le peuple palestinien

Image / illustration

Alors que la situation en Palestine est dramatique, qu’Israël intensifie ses politiques d’apartheid et tue des dizaines de Palestiniens et Palestiniennes, la France mène depuis le début de la semaine une nouvelle offensive autoritaire contre le mouvement de soutien au peuple palestinien. 
 
Mercredi 12 mai, c’est le Président de l’Association France Palestine Solidarité qui a été arrêté et mis en garde à vue jusque tard dans la nuit à l’issue d’un rassemblement pacifique à Paris rassemblant plusieurs centaines de personnes venues soutenir la résistance palestinienne. 
 
Jeudi 13 mai, le ministre Darmanin prétend interdire la manifestation préalablement autorisée, samedi 15 mai à Paris, pour la commémoration de la Nakba qui marque l’expulsion et l’exil des Palestinien·nes de leur maisons et de leurs terres en 1948.
 
Le peuple palestinien subit la violence des colons les raids meurtriers à Gaza et fait face aux destruction de ses maisons à Jérusalem-Est plus particulièrement dans le quartier de Sheikh Jarrah. Tout ceci est couvert et/ou organisé par le gouvernement israélien qui entend liquider la présence palestinienne à Jérusalem pour en faire sa capitale au mépris du droit international. Non seulement le gouvernement français n’agit pas et continue ses relations avec ce gouvernement meurtrier, mais il réprime celles et ceux qui souhaitent exprimer leur solidarité avec les Palestiniens et les Palestiniennes.
 

L’Union syndicale Solidaires dénonce l’autoritarisme de ce gouvernement. Manifester est un droit constitutionnel, un acquis social. Nous ne nous résoudrons pas à l’inaction, nous n’acceptons pas la privation de nos libertés de manifester et de nous rassembler.
 

Solidaires appelle à soutenir tous les rassemblements en France et à exprimer nos solidarités avec le peuple Palestinien ce Samedi 15 mai

Lire la suite

Soutenons la résistance palestinienne

Union syndicale Solidaires

Ratonnades à la porte de Damas – Nettoyage ethnique à Sheikh Jarrah – agressions militaires sur l’esplanade des mosquées – bombardements à Gaza :

SOUTENONS LA RÉSISTANCE PALESTINIENNE

Image / illustration

Ces dernières semaines, en plein ramadan, Israël intensifie sa politique de colonisation violente, harcèle, et tue les Palestinien-ne-s.

- Durant près d’une semaine à la fin avril, de jeunes israéliens, israéliennes et organisations de colons d’extrême droite ont crié Mavèt la’Aravim” [Mort aux Arabes !] et « Jérusalem est à nous ! », en pleine nuit de la Porte de Damas à Sheikh Jarrah, quartiers arabes de Jérusalem, blessant des centaines de Palestinien-ne-s . Ces « ratonnades » de masse à l’israélienne font suite au retour de Kach, parti d’extrême droite, à la Knesset, interdit depuis 1994.

- Depuis le 2 mai, dans le quartier de Sheikh Jarrah, à Jérusalem-Est, territoire occupé, 13 familles sont sur le point d’être expulsées pour que des colons israéliens puissent s’y installer, alors qu’elles y vivent depuis des générations. Les colons d’extrême droite harcèlent quotidiennement les familles palestiniennes, et les forces militaires sionistes agressent les résident-e-s palestinien-ne-s et arrêtent celles et ceux qui défendent les maisons des familles palestiniennes. C’est un véritable nettoyage ethnique qui est en cours, malgré l’ordre de l’ONU d’arrêter les expulsions. La mobilisation palestinienne paye, la Cour Suprême israélienne a reporté sa décision sur le futur des familles, mais la lutte doit continuer !

- Le 6 mai, l’armée israélienne a assassiné Saïd Youssef Odeh, un jeune footballeur Palestinien de 16 ans au cours d’un raid près de Naplouse.

- Dans cette période de grande tension, depuis le 7 mai, les militaires israéliens sèment la terreur en attaquant les Palestinien-nes priant à la Mosquée Al Aqsa, à coups de gaz lacrymogène, de grenades, et de balles en caoutchouc. A ce jour, plus de 500 Palestinien-nes ont été blessés dans cette agression féroce.

- Enfin, ces dernières 24 heures, des attaques aériennes israéliennes ont eu lieu dans la bande de Gaza. Le Ministère de la santé palestinien indique que 24 Palestinien-ne-s dont 9 enfants ont été tué-e-s, et 65 autres personnes ont été blessées. Ce déferlement de violence n’est que la partie émergée de l’iceberg de l’oppression quotidienne vécue par les Palestinien-nes depuis la Nakba. Ces nouvelles violences s’inscrivent dans un contexte de colonisation accrue et d’appropriation des terres palestiniennes quotidien depuis 1948.

Depuis 1948, les Palestiniennes et Palestiniens se battent chaque jour pour avoir le droit de rester chez eux, en paix. Aujourd’hui, la Nakba est toujours en cours. Cette politique coloniale israélienne meurtrière doit cesser !!!

L’Union Syndicale Solidaires apporte tout son soutien au peuple palestinien qui se bat quotidiennement contre la colonisation, le fascisme, le racisme, l’apartheid, les violations des droits humains et du droit international, et pour son autodétermination.

Nous demandons que cessent immédiatement ces violences, que des sanctions soient exercées sur le gouvernement israélien tant qu’il ne pourra par garantir la sécurité des Palestinien.nes, et nous revendiquons :
- L’égalité des droits pour tous et toutes les Palestiniennes,
- Le démantèlement du Mur d’apartheid, la fin de l’occupation de la Cisjordanie, du Plateau du Golan et de Jérusalem Est, ainsi que la fin du blocus de Gaza.
- Le retour des réfugié-e-s palestinien.ne-s sur leurs terres.

Solidaires appelle a participer à tous les rassemblements en France en soutien au peuple palestinien

Lire la suite