Archives pour la catégorie Unitaires

BNF fermée ce jeudi 23 par les grévistes !

À l’appel de l’intersyndical CGT FSU SUD Culture, le personnel de la BnF en lutte contre la réforme des retraites mène aujourd’hui, jeudi 23 janvier 2020, une action forte sur le site François Mitterrand de la Bibliothèque nationale de France. Dans la continuité des actions de la Culture au Musée du Louvre le 17, à la BPI le 18 et à la  BnF le 20 janvier 2020 (vœux de la Culture), nous avons collectivement décidé de fermer la BnF.

Notre mobilisation s’inscrit dans le mouvement de grève interprofessionnelle débuté le 5 décembre 2019, pour l’abandon du projet de réforme des retraites mené par le gouvernement Macron/Phillippe. Elle s’inscrit aussi dans la lutte que mène notre établissement depuis de nombreuses années contre la précarité grandissante, la dégradation de nos conditions de travail, et les vagues successives de suppressions de postes.

Nous ne sommes pas dupes des prétendues concessions du gouvernement.

Nous sommes et resterons uni.e.s, aux côtés des autres secteurs, public comme privé, dans la rue et dans les actions. Nous revendiquons l’unité interprofessionnelle qui fait notre force et nous permettra d’imposer un autre projet de société, dans lequel des services publics de qualité seront réellement accessibles à tous et à toutes et auront des moyens à la hauteur de leur besoin ainsi qu’un système de retraite par répartition qui sera non seulement conservé mais amélioré, selon les propositions portées par nos différentes organisations syndicales.

Contre la casse de la fonction publique et des services publics, nous fermons aujourd’hui la Bibliothèque nationale de France.

 Nos organisations syndicales appellent à continuer la grève et à multiplier les actions partout où  cela est possible, pour amplifier la mobilisation et, toutes et tous ensemble, gagner le retrait de la réforme des retraites !

L’intersyndicale de la BnF CGT FSU SUD Culture

Paris, le 23 janvier 2020

GARDE À VUE ABUSIVE DU JOURNALISTE TAHA BOUHAFS ; TAHA DOIT ÊTRE LIBÉRÉ, IL EN VA DE LA LIBERTÉ DE LA PRESSE.

Reporters en colère

Le journaliste Taha Bouhafs (Là-bas si j’y suis) avait un billet pour assister, vendredi 17 janvier, à une pièce de théâtre aux Bouffes du Nord (Paris, 10eme). Notre confrère a relayé la venue du président Emmanuel Macron sur Twitter en informant également que des manifestant•es se trouvaient aux abords du lieu.

À l’issue de la représentation, il a été placé en garde à vue, dans un premier temps, au commissariat du 5ème arrondissement, avant d’être déféré au palais de Justice.
Il a été placé en garde à vue, dans un premier temps, au commissariat du 5ème arrondissement, avant d’être déféré au palais de Justice.

Arrêter un journaliste – ou n’importe quel autre citoyen qui aurait agi de la sorte – pour un tweet, pour avoir donné une information, est une mesure insensée, inacceptable dans un État de Droit.

Il est inconcevable que le procureur de la République de Paris, Rémy HEITZ, prenne la décision de priver ce journaliste de sa liberté à la demande de l’Elysée et du GSPR alors même qu’il n’a commis aucune infraction et ne faisait qu’exercer son droit d’informer.
Depuis hier soir, ce journaliste est transféré de commissariat en commissariat sans que son avocat ne puisse le voir conformément aux règles du Code de Procédure Pénale.

Cette garde à vue et son défèrement sont abusifs. Les charges qui pèsent contre Taha doivent être abandonnées. Informer n’est pas un délit, nous n’aurons de cesse de le rappeler. Lors de ses voeux à la presse ce mercredi 15 janvier, le président Emmanuel Macron a reconnu que ce n’était ni à l’Etat, ni au gouvernement, de désigner qui était journaliste, soulignant que cela revenait à la profession.

Pourtant quelques minutes plus tard, le même Emmanuel Macron s’est lancé dans une diatribe sur les « similijournalistes » qui nuiraient à la crédibilité des journalistes professionnels.

Nous prions M. Macron de laisser la profession de journalistes s’auto-réguler comme elle l’a toujours si bien fait depuis de nombreuses années. D’une part, Taha Bouhafs, répond aux critères de l’article 7111-2 du code du Travail qui définit les journalistes professionnels en France ; d’autre part, le journalisme est une profession non-réglementée, et chaque citoyen•e a le droit d’exercer son droit à l’information.

La Fédération Européenne des Journalistes (FEJ) saisit dès aujourd’hui la Plateforme du Conseil de l’Europe pour la Protection du Journalisme face à cette violation manifeste de la liberté de la presse. Le gouvernement français devra répondre de cette violation de l’article 10 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme.

Pour que vive la liberté de la presse !
Pour que vive le droit d’informer !
Les charges contre Taha doivent être abandonnées !


SIGNATAIRES : Collectif REC, SNJ-CGT, la FEJ (fédération européenne des journalistes), La Ligues Des Droits de l’Homme (LDH), ATTAC France, ACRIMED, Là-bas si j’y suis, Mediapart, collectif OEIL, collectif LaMeute, TaranisNews, Source-média, StreePress, l’Acentrale, Ras-la-plume, les SDJ de l’HUMANITE et du MEDIA, David Dufresne, l’Union Syndicale SOLIDAIRES

Fermeture du musée du Louvre contre le projet de réforme des retraites, pour les emplois et les salaires !!!

image001

Le musée du Louvre est fermé depuis 8h ce matin à l’appel de l’intersyndicale CGT-FSU-SUD-UNSA du ministère de la Culture et de l’intersyndicale CGC-CGT-FSU-SUD du musée du Louvre. Plus d’une centaine de grévistes manifestent actuellement devant les entrées du musée.

Cette action s’inscrit dans la continuité des appels de l’intersyndicale Culture à la mobilisation contre le projet de réforme des retraites Macron et pour de meilleures conditions d’emplois et une hausse des salaires !!!

Paris – Musée du Louvre, 17 janvier 2020

image004

La Culture en action contre la réforme des retraites ! Récit de la journée du 10 janvier 2020

SUD Culture Solidaires

61 rue de Richelieu, 75002 Paris
Tel. : 01.40.15.82.68, mel : sud@culture.gouv.fr, https://sud-culture.org/

Vendredi 10 janvier, plusieurs secteurs de la Culture se sont rassemblés aux colonnes de Buren, en face du ministère de la Culture, à l’appel de l’intersyndicale Culture CGT-FSU-SUD-UNSA, pour des prises de paroles de différents établissements et métiers en lutte depuis le 5 décembre contre la contre-réforme des retraites :  Louvre, BPI, BnF, école du Louvre, Spectacle, château de Versailles…

Parallèlement au rassemblement, les agent.es de la ville de Paris se sont invité.es au Conseil d’Etat, juste de l’autre côté des Colonnes de Buren et des banderoles ont été déployés avec force slogan pour dénoncer le dépôt du projet de loi de casse des retraites au Conseil d’Etat. Agent.es de la Ville de Paris et de la Culture se sont finalement rassemblé.es sur la place du Palais Royal. Une déambulation a ensuite débuté, dans les rues du quartier, pour finir dans la cour puis le hall du site Richelieu de la Bibliothèque nationale de France où slogans et chants ont retenti ! A la sortie de la BnF, le cortège a été nassé par la police mais tout le monde a pu rapidement sortir sans dommage.

La lutte continue à la Culture : toutes et tous en Assemblées Générales, en grève, et en manifestation ! Etendons la lutte, multiplions les actions, reconduisons la grève, participons aux mobilisations interprofessionnelles !

 On lâche rien jusqu’au retrait ! Toutes et tous ensemble on va gagner !

ce.jpg

 

Quand le MK2 dénonce des grévistes mobilisés contre la réforme des retraites

Communiqué
Intersyndicale Bibliothèque nationale de France CGT-FSU-SUD Culture, Personnel de la Bibliothèque Publique d’Information en lutte, section SUD Culture du Louvre, intersyndicale Jeunesse et Sports FSU – CGT – SOLIDAIRES

Quand le MK2 dénonce des grévistes mobilisés contre la réforme des retraites

Le 6 janvier 2020

Mardi 24 décembre 2019, plusieurs salarié-es en lutte contre la réforme des retraites se sont retrouvé.es devant le cinéma « MK2 Bibliothèque » dans le 13e arr. pour distribuer des tracts afin de sensibiliser les personnes traversant le parvis commun avec la BnF entre midi et deux.

Des personnels en grève de différentes bibliothèques, de musées, du ministère de la jeunesse et des sports ou encore de la ville de Paris ont pu se rencontrer, boire un café et discuter avec les passant-es tout en diffusant de l’information sur la réforme des retraites.

Manifestement outrée que le parvis du MK2 puisse servir à autre chose qu’à recevoir des food trucks branchés, la direction du MK2 a appelé la police pour dénoncer une entrave au travail des « petits commerçants », allant jusqu’à revendiquer la propriété d’un banc public fleuri où était posée une banderole… Grâce à la diligence de la direction du MK2, plusieurs personnes présentes ont subi des contrôles d’identité ! Mais la diffusion de tract a quand même continué et des banderoles ont été déployées !

Cet évènement assez pathétique reste une bonne occasion de rappeler que depuis plusieurs années maintenant, la BnF loue des locaux au MK2 pour compenser les coupes budgétaires émanant du ministère de la Culture et de Bercy alors même qu’elle manque cruellement d’espace pour stocker ses collections ! De cette manière, le MK2 a pu conforter son chiffre d’affaire en ouvrant une nouvelle salle contre des charges dérisoires, profitant ainsi de la marchandisation d’espaces publics tout en bénéficiant de l’image de prestige de la bibliothèque nationale !

Rappelons aussi le déploiement d’une affiche publicitaire ostentatoire par le MK2 Bibliothèque au moment de l’ouverture de sa nouvelle salle en 2013, comparant avec un humour douteux la BnF à une banque, ce qui avait particulièrement choqué les personnels de la BnF et ses usagers/ères :

https://www.actualitte.com/article/monde-edition/projection-privee-le-mk2-de-marin-karmitz-prefere-la-bnf-a-la-bnp/43541

Il est donc bien loin le temps où le MK2 pouvait se targuer de défendre via le cinéma une culture ouverte et émancipatrice, son fondateur Marin Karmitz, avant devenir un patron comme les autres, ayant même signé un film sur la lutte ouvrière intitulé « Camarades »… triste ironie de voir aujourd’hui le MK2 faire de la délation de grévistes en vue de « protéger » quelques mètres carrés de bitume.

Nous invitons tou.tes les salarié-es du MK2 qui ne l’auraient pas encore fait à rejoindre le mouvement de grève en cours depuis le 5 décembre, à rejoindre d’autres secteurs de la Culture qui se battent pour un autre avenir dans les rassemblements, assemblées générales et manifestations qui sont organisés un peu partout !

Pas de retrait, pas de trêve !
La lutte continue contre la réforme des retraites !

Caisses de grèves

visuel-07-2

Notre premier moyen de gagner, c’est la lutte, c’est rejoindre les secteurs en grève reconductible, se mettre en grève !

Pour autant, des camarades ne peuvent faire grève, parce qu’ayant le statut d’indépendant-es, retraité-es, sans emplois…

Pour ceux et celles dans ce cas et qui veulent et peuvent soutenir la lutte par cet autre moyen, voici les infos de caisses de grèves et pot de soutien des syndicats de Solidaires.

Ces informations seront mises à jour régulièrement ici : https://solidaires.org/Caisses-de-greves

Caisses des fédérations, syndicats nationaux de Solidaires :

Caisses sectorielles locales

  • (14) Caisse de grève pour soutenir les cheminot-es du Calvados

https://www.lepotsolidaire.fr/pot/l02py0si

  • (27) Caisse de solidarité de l’intersyndicale interpro CGT, FO, FSU, Solidaires, MNL de l’Eure

www.lepotsolidaire.fr/pot/2qj4anqf

  • (28) Caisse de grève de Solidaires Eure et Loir

https://www.papayoux-solidarite.com/fr/collecte/caisse-de-greve-pour-les-grevistes-deure-et-loir

+ Les camarades de SUD éducation ont également lancé en Eure et Loir une caisse de grève commune éducation avec la CGT éduc’action 28 : https://www.papayoux-solidarite.com/fr/collecte/caisse-de-greve-education-pour-les-grevistes-d-eure-et

  • (37) Caisse de grève est à l’initiative Solidaires Indre-et-Loire

https://www.papayoux-solidarite.com/fr/collecte/caisse-de-greve-en-soutien-aux-luttes-2

  • (38) Syndicats de Solidaires Isère 

- Caisse de solidarité Solidaires Isère pour les grévistes en reconductible  : https://www.okpal.com/caisse-de-solidarite-pour-grevistes

- Caisse de grève intersyndicale éducation : https://blog.cde38.org

  • (42) Loire

- Caisse de grève des cheminot-es de la Loire lancée par SUD rail St Étienne
https://www.lepotsolidaire.fr/pot/a289yauc

  • (54) Cagnotte de grève SUD Rail Metz-Nancy

- https://www.lepotsolidaire.fr/pot/jkml5zqz

Pour éviter les prélèvement bancaires appliqués au passage vous pouvez envoyer un chèque à l’ordre de Sud Rail Metz-Nancy, 2 rue de Chatillon – 57 000 Metz en précisant « caisse de grève » au dos.

  • (62) Pas-de-Calais

- Il possible d’envoyer les dons directement à Solidaires 62. Ensuite, nous réunissons les syndicats concernés et établissons la répartition des sommes.

Voici où mettre cela : Union départementale Solidaires Pas-de-Calais, 71 bis rue Roger Salengro, 62 223 Saint-Laurent-Blangy. Pour les chèques noter à l’arrière « solidarité grève retraites ». Ou nous écrire à solidaires62@gmail.com pour recevoir un RIB

(67) Solidaires Alsace

- Cheminot-es  : https://www.leetchi.com/c/caisse-de-greve-cheminots-strasbourg?fbclid=IwAR18eo8US5Kwn2j7RUQcSqKlM-8Fj6__Vffpp-g4qTbS6OY7ivm2V4IUZWI
- Eduction : https://www.cotizup.com/caisseeducation67

  • (69) Syndicats de Solidaires Rhône

- Sud rail 69 : chèque à SUD-Rail Lyon 41 quai fulchiron, en marquant au dos caisse de grève (soit en liquide ou chèque lors des manifs au camion solidaires69 dans la caisse de grève / soit via internet :https://www.lepotsolidaire.fr/pot/rao9x4k3)

- SUD éducation 69 avec une mention précisant caisse de grève notamment pour les vacataires de Lyon 2 (SUD éducation 69, 125 rue Garibaldi, 69006 Lyon )

  • (75) Caisse de grève SUD Culture Solidaires – Musée du Louvre

- www.lepotsolidaire.fr/pot/2ecqljra

  • (75) Syndicats de l’Union Locale Solidaires des 5e-13e arrondissements de Paris et d’Ivry

- Caisse de grève des cheminot-e-s de la gare d’Austerlitz, en principe intersyndicale, pour l’instant uniquement sur place.

- Caisse de grève des cheminot-es de Paris Sud Est, en ligne : https://www.lepotsolidaire.fr/pot/pwz86h14

- Caisse de grève à l’université Paris 1, en intersyndicale, en ligne : https://www.lepotsolidaire.fr/pot/90fgpsgs

- Caisse de grève interprofessionnelle à Ivry, gérée par le comité de grève local, uniquement en ligne : https://www.lepotcommun.fr/pot/mbs4pvgf

- Caisse de grève de la BnF, en principe intersyndicale, alimentée sur place par des collectes auprès des collègues et des usagers/ères, mais qui existe aussi en ligne ici : https://www.leetchi.com/fr/c/lqYo9Ejl

  • (80) Caisse de solidarité aux Cheminot-es SUD Rail de Picardie

- Chèque à l’ordre de SUD Rail Picardie. 38/40 Rue Paul Tellier / 80 000 Amiens.

  • (87) Haute Vienne

- SUD Rail Limoges a ouvert une caisse de grève en ligne sur le pot solidaire
https://www.lepotsolidaire.fr/pot/45ojyn3d

  • (88) Cagnotte des cheminot-es vosgien-nes

- https://www.lepotsolidaire.fr/pot/9e4b17wm?1577618239

  • (93) Caisse de grève de l’interpro de Saint-Denis

https://www.papayoux-solidarite.com/fr/collecte/caisse-des-grevistes-de-saint-denis-93