Archives du mot-clé antiracisme

Vérité et justice pour Sakine, Fidan et Leyla. Tou⋅tes dans la rue Samedi 7 Janvier

TOU⋅TES DANS LA RUE SAMEDI 7 JANVIER, 10H GARE DU NORD À PARIS

Le 9 janvier 2023 marquera les 10 ans de l’assassinat de Sakine Cansiz, Fidan Dogan et Leyla Shaylemez en plein de cœur de Paris par un agent aux liens avérés avec les services secrets turcs.

10 ans de déni de justice pour les familles, 10 ans d’impunité pour les commanditaires de l’assassin, qui décédait quelques jours avant son procès. La France ne se contente pas de fermer les yeux sur ce crime et de refuser la levée du secret défense pourtant demandée par la juge en charge de l’enquête. A plusieurs reprises, Emmanuel Macron (comme son prédécesseur François Hollande) a rencontré le Président turc Recep Tayyip Erdogan, mettant les intérêts politiques et économiques de la France au-dessus de la justice.

Pendant ce temps, le régime d’Erdogan, face à la crise économique de son pays, et en vue des prochaines élections, joue la carte habituelle du nationalisme en tentant de rassembler autour d’un ennemi : les Kurdes.

Il accentue la répression contre les forces progressistes en Turquie, notamment contre le HDP, et depuis le 19 novembre, bombarde le Rojava en y détruisant les infrastructures indispensables aux civil⋅es et en tentant d’aider les prisonniers de Daech à s’échapper. Il utilise des armes chimiques illégales contre la guérilla kurde en Irak au mépris du droit international…

C’est dans ce contexte que le vendredi 23 décembre, la communauté kurde est à nouveau frappée de plein fouet par l’assassinat de Emine Kara, Miran Perwer et Abdullah Kizil, par un militant d’extrême-droite, devant le CDK-F (Conseil démocratique kurde en France), rue d’Enghien dans le 10ème arrondissement.

Lire la suite
Publicité

Paris : rassemblement contre le congrès du RN samedi 5 novembre

Samedi 5 novembre, la salle de la Mutualité dans le 5e arrondissement de Paris accueille­ra le Congrès du Rassemblement National. Le nouveau président du parti y sera désigné. L’événement n’arrive pas dans un contexte quelconque, puisque cette année, où le RN a obtenu 89 sièges à l’Assemblée nationale, est aussi le 50e anniversaire de la formation d’extrême droite. En termes d’His­toire humaine, 50 ans ne sont rien, mais visiblement assez pour que beaucoup semblent avoir oublié que le RN n’est rien d’autre une formation réactionnaire et identitaire, ayant les racismes pour fondement.

Les noms et les parcours de ses fondateurs tels que Jean-Marie Le Pen, tortionnaire de la guerre d’Algé­rie, condamné en 2017 pour contestation de crime contre l’humanité et président du FN entre 1972 et 2011, Alain Robert, ancien membre de la direction d’Ordre Nouveau, mouvement nationaliste ayant grandement impulsé la fondation du FN, et premier président du GUD, groupuscule d’action violente raciste et homophobe, ou Pierre Bousquet, engagé volontaire dans la Waffen SS (armée nazie) et pre­mier trésorier du FN, incarnent ce que le RN fut et sera, malgré les modifications de nom, les nouveaux visages et les discours et images policés. Une forma­tion aux origines fascistes, avec un projet politique réactionnaire, suprématiste, et patriarcal.

Le RN est toujours une menace, dans l’hémicycle, la rue et les médias, et ce pour les travailleur·ses ou les privé·es d’emploi, les personnes issues de l’im­migration, les musulman·es, les Juif·ves, les femmes, les personnes LGBTQIA+ et les personnes en situa­tion de handicap. En 4 mois de législature, ses dépu­té·es ont voté contre l’augmentation du SMIC, rejeté l’inscription du droit à l’IVG dans la Constitution et exprimé leur nostalgie coloniale.

La tenue du Congrès du RN pour désigner le suc­cesseur de Marine le Pen, entraîne la présence de plusieurs centaines de militant·es d’extrême droite et montre la volonté du parti d’assurer sa continui­té en profitant des derniers regains de force. Porté par la progression de ses alliés d’extrême droite en Europe et dans le monde, que ce soit en Hongrie, en Italie ou au Brésil, le RN bénéficie aussi de la politique menée par le premier gouvernement de Macron. Après cinq ans d’attaques à nos libertés fondamentales, de mesures antisociales, de rhéto­riques islamophobes et de lois anti-immigration, le discours du RN ne fait plus figure d’exception. Les discours racistes, réactionnaires et autoritaires, font désormais partie du quotidien des grands médias français ainsi que du paysage politique du pays.

Parce que nous ne pouvons pas accepter la progression et la banalisation de l’extrême droite et le silence qui l’accompagne, nous appelons à un rassemblement le samedi 5 novembre.

Rassemblement contre le congrès du RN
16h – samedi 5 novembre
Devant l’Institut du Monde arabe
Place Mohammed V (M° Jussieu)

Signataires : UD CGT 75 – Solidaires 75 – PEPS – UCL – NPA 75 – PCF 75 – Jeune Garde Paris – AFA 77 – Les inverti.e.s – FièrEs – La marche des solidarités

ON N’ATTEND PAS !


Contre le racisme et contre l’extrême droite, pour l’égalité des droits de toutes et tous, pour la justice sociale et climatique, on n’attend pas !

Encore Macron à l’Élysée, rien de bon à espérer, tout à redouter : on n’attend pas !13 millions de voix pour l’extrême-droite, le fascisme en embuscade, on n’a plus l’temps ! Cotes d’alertes dépassées pour la planète et le vivant, on n’a plus l’temps !
Réfugié·e·s sacrifié·e·s, Sans-papiers pourchassé·e·s et surexploité·e·s, on n’a plus l’temps !
Les prix explosent, des milliards pour les grands patrons, mourir au travail ou crever au chômage, on n’a plus l’temps !
Crimes racistes, féminicides, crimes policiers, on n’a plus l’temps ! 

Alors, on n’attend pas !

L’égalité des droits pour tou·te·s, c’est maintenant ! 
Liberté de circuler, de manifester, régularisation des Sans-papiers, c’est maintenant !
Justice sociale et climatique, c’est maintenant !
Pas de fascistes dans nos quartiers, c’est maintenant !
Le pouvoir de vivre, c’est maintenant !

Pour être ensemble, pour être visibles, pour s’organiser, on n’attend pas !
Samedi 11 juin, manifestons ensemble !
Nos quartiers, nos lieux de travail, nos facs et nos lycées, notre pays et notre monde s’appellent Solidarité.

A Paris nous partirons de la Place Blanche où, dans la nuit du 13 mai au 14 mai, un crime raciste a été commis par un militant fasciste, quelques semaines après l’assassinat du rugbyman Frederico Martin Aramburu par un membre des cercles proches de Marine le Pen.

Villes où des manifestations sont d’ores-et-déjà annoncées :

=> pour consulter la liste des manifestations déjà annoncées : https://antiracisme-solidarite.org/
=> pour communiquer sur cette date et la faire connaître du plus grande nombre, tous les visuels sont disponibles ici : https://antiracisme-solidarite.org/nos-visuels/

=> pour annoncer une manifestation dans votre ville : https://appel.antiracisme-solidarite.org/declaration-evenement.php

Liste des 1ers signataires : 20ème solidaire avec tou·te·s les migrant·e·s // Actions refugees Paris // Alic (Affamons l’incinérateur de Créteil) // Alternatiba Caen // Assemblée Populaire d’Auxerre // Association France Palestine Solidarité Paris-Sud // Atelier capacités // Attac 92 // Attac France // Attac Paris Centre // Babellium (Quimperlé) // Campagne Antiracisme et Solidarité // Collectif Boycott Apartheid Israël – Paris Banlieue // Collectif Pour l’Avenir des Foyers COPAF // Collectif Sans-Papiers 95 // Collectif Sans-Papiers Montreuil // Collectif Sans-Papiers Paris20ème // Coordination Sans-Papiers 75 // CRID // Droits Devant!! // FASTI (Fédération des Associations de Solidarité avec Tou-te-s les Immigré-e-s) // Fridays For Future France // Front Populaire Ecologique // Gilets citoyens // Greenpeace Groupe Local Annecy // La révolution est en marche // La Voix Lycéenne // Le Printemps du CARE // Les Volonterres // Maison des solidarités Grenoble // Makesense // Marche des Solidarités // Médecins du Monde, délégation Ile-De-France // Metz Marche pour le climat // Notre Affaire à tous // OzActes // Pédaler pour la Biodiversität // Relais Jeunes // The Green Global Project // Union Communiste Libertaire Saint-Denis // Union Juive Française pour la Paix UJFP // Union Syndicale Solidaires // Unis Pour le climat // United For Earth // UNJ pour la paix // Zéro Déchet Troyes

Uni•e•s contre l’extrême droite et ses idées, uni•e•s contre le racisme, le 27 novembre à Ménilmontant (Paris) à 15h.

Tout le monde a pu le constater : ces dernières semaines, l’extrême-droite est à l’offensive. Des médias jusqu’au sommet de l’Etat, les propos racistes augmentent, d’autant plus avec le début de campagne du RN ou du potentiel candidat Zemmour. Les idées de l’extrême droite se répandent dans toutes la société jusqu’au gouvernement de plus en plus liberticide. Dans la rue, leurs militants et groupuscules proches multiplient les agressions et les tentatives d’intimidation, voire tentent de planifier des actes terroristes.

Collectifs et organisations antifascistes, syndicales, politiques, nous nous unissons pour appeler à une riposte ce samedi 27 novembre à Paris.
Face à leurs divisions, soyons uni•e•s.

Alerte ! Rassemblons nous dimanche 19/09 contre l’antisémitisme et le racisme ! »

Annonce importante : Ce rassemblement aura bien lieu dimanche 19 septembre, mais son lieu est un peu déplacé, sur décision de la Préfecture de police. Il se tiendra finalement sur la place Baudoyer devant la Mairie du 4e, au même métro Hôtel de Ville, à 16H.

Appel initié par le RAAR.

Face à la vague de propagande et d’actes antisémites, le RAAR organise un rassemblement public de protestation et de mobilisation le 19 septembre à Paris, sur la base de l’appel ci-dessous.

Lire la suite

Samedi 20 mars 2021 : Journée internationale contre le racisme et les violences policières

PARIS : LES RENDEZ-VOUS DU SAMEDI 20 MARS 2021

>>>Marche nationale des familles et blessé-es contre les violences policières : RDV 13h12~place Edmond Rostand (Paris 6e)

>>>Marche des solidarités : RDV 14H~LUXEMBOURG (RERB)


Appel Stop à l’impunité ! du réseau d’entraide vérité et justice avec les familles de victimes, des blessé·e·s et des mutilé·e·s.

Depuis 10 ans, les victimes des violences d’État marchent pour la vérité, la justice et la réparation. Cette année, pour afficher leur volonté d’union, de soutien et de solidarité mutuels, elles ont décidé de créer le Réseau d’Entraide Vérité et Justice.

Ce samedi 20 mars 2021, notre réseau appelle à des marches et rassemblements partout en France, dans le cadre des Journées internationales contre les violences des forces de l’ordre et contre le racisme.

Née le 15 mars 1997 à Montréal, au Canada, la Journée internationale contre la brutalité policière s’est aujourd’hui étendue à la Suisse, à l’Allemagne, au Royaume-Uni, à la France, à la Belgique, à l’Espagne, et au Portugal, en passant par le Nigeria, les États-Unis et le Mexique. Le 21 mars, la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale est célébrée en mémoire du massacre de Sharpeville (Afrique du Sud) en 1960, où la police a tué 69 personnes noires, lors d’une manifestation pacifique contre l’apartheid.En France, les crimes et les violations des droits humains ont été institutionnalisés avec le Code noir de Louis XIV, puis le Code de l’indigé-nat. Depuis, la répression violente voire mortelle des personnes racisées est constante et elle s’étend désormais à toutes celles et tous ceux qui contestent la politique gouvernementale. Lire la suite sur le site de l’Union syndicale Solidaires


Appel de la Marche des solidarités

JOURNÉE INTERNATIONALE CONTRE LES VIOLENCES POLICIÈRES
JOURNÉE INTERNATIONALE CONTRE LE RACISME

Contrôles au faciès et harcèlement policier dans les quartiers : la police étouffe les jeunes, la justice étouffe les affaires. Et viennent les lois punitives de sécurité globale et contre le prétendu séparatisme. Chacun chez soi, les moutons seront bien gardés : de moins en moins de droits pour circuler, se rassembler, manifester.Frontières fermées aux migrant·e·s, des milliers de mort·e·s, hommes, femmes, enfants, noyé·e·s en mer, asphyxié·e·s dans des camions, tué·e·s sur les routes, dans la rue.

C’EST LA LIBERTÉ QU’ON ÉTOUFFE
Les discours de haine à l’encontre des sans-papiers prononcés par le ministre de l’Intérieur, les polémiques islamophobes initiées par la ministre de l’Enseignement supérieur, des journalistes ou « experts » fachos se relayant sur les plateaux télés pour affirmer que Trappes ce n’est plus la France à cause des musulman·e·s : on étouffe.L’extrême droite légitimée par tous ces discours ambiants, des milices identitaires qui ne cessent leurs exactions à l’encontre des migrant·e·s : on étouffe !À Calais et ailleurs, des milices d’État vandalisent les campements de réfugié·e·s, les photographes journalistes ont l’interdiction de témoigner : on crève les yeux de la presse et on étouffe la voix de migrant·e·s pour ne pas faire entendre les cris des appels à l’aide, le bruits des noyades, des violences subis et les cris de la colère.

Lire la suite