Archives du mot-clé droits salarié-e-s

Le jeudi 28 avril : pour exiger le retrait de la loi travail et gagner sur nos revendications à la BnF !

Intersyndicale CGT, FSU, SUD Culture BnF

Après la réussite des journées de grèves des 31 mars et 9 avril et les premiers reculs du gouvernement, faisons du 28 avril un immense succès :

Contre la loi travail, injuste, contre-productive et régressive

Contre l’augmentation du temps de travail des actifs/ves et les facilités données aux licenciements prévues par cette loi qui ne feront qu’accroitre le chômage

Pour un autre avenir pour la jeunesse et exprimer notre solidarité avec tous ceux, jeunes et syndicalistes, qui sont victimes de la répression

Pour la victoire sur les salaires, l’emploi, les services publics…

Pour une meilleure protection des salariés et de meilleures conditions de travail

À la BnF, après 2 mois de mobilisation des personnels, la direction vient d’annoncer les réponses suivantes :
• Demande à la tutelle de l’arrêt des suppressions de postes pour 2017 et 2018
• Création d’un groupe de réflexion pour l’amélioration des conditions de travail, en priorité des magasiniers/ères
• un plan d’action sur l’organisation et les conditions de travail du Service de l’accueil
• Passage à 110h de 5 « vacataires » le 1er juillet et accès au parc de logement de la BnF pour les vacataires

Ces réponses ne sont pas à la hauteur de nos revendications :
• Arrêt immédiat des suppressions de postes
• Des effectifs et des budgets répondant à nos besoins et à nos missions de service public
• Appel intégral de la liste complémentaire du dernier recrutement de magasiniers/ères
• Amélioration rapide et effective des conditions de travail des agents
• Passage à 110h et en CDI des « vacataires » sur besoins permanents
• Arrêt de la marchandisation des collections et espaces de la BnF

MERCREDI 27/04 : AG du personnel de la BnF : 12h30, hall Ouest

JEUDI 28 avril : Grève et manifestation !
Rendez-vous cortège BnF, 14h devant la gare RER Denfert-Rochereau

Publicités

POUR DÉFENDRE LE SERVICE PUBLIC DE LA CULTURE, CONTRE LA LOI TRAVAIL : CONTINUONS LA MOBILISATION !

Intersyndicale CGT – FSU – SUD de la BnF

12/04/2016

Après les journées d’action réussies du mois de mars, la journée de grève et de manifestation du 9 avril a été un point d’etape dans la poursuite de la lutte au niveau interprofessionnel. Elle a de plus été fortement suivie a la BnF, montrant l’exaspération et la mobilisation des agent-e-s. Mais il nous faut poursuivre l’action pour obtenir satisfaction sur nos revendications, pour arrêter la casse des services publics et des droits sociaux!

Car le projet de ≪ loi travail ≫ reste toujours inacceptable. De son cote, la BnF continue a subir les politiques d’austérité mises en oeuvre ces dernieres annees, ne nous donnant plus aujourd’hui les moyens d’accomplir pleinement nos missions de service public.

► ARRÊTER LES SUPPRESSIONS DE POSTES À LA BnF, UNE PRIORITÉ !

→ nous atteindrons fin 2016 les 272 suppressions de postes depuis 2009, ce qui nous empêche d’accomplir correctement nos missions et d’accueillir les usagers/eres dans de bonnes conditions.
→ la situation se dégrade chaque jour dans les services et la direction demande aux agents de faire toujours plus avec moins
d’effectifs, ce qui entraine surcharge de travail, tensions, arrêts-maladie
→ la précarité n’est certainement pas une solution aux problèmes de la BnF
La direction de la BnF a récemment annonce qu’elle va demander au ministère de la Culture l’arrêt des suppressions de postes pour 2017 et 2018. Ce premier pas, meme s’il a bien lieu, n’est pas suffisant. Il faut recreer les postes supprimés en commençant par appeler entierement et rapidement la liste complementaire du recrutement de magasiniers. Il faut faire
passer les ≪ vacataires ≫ a 110h par mois en CDI. Il faut augmenter le budget de la BNF a la hauteur de ses missions !

► UN MINISTÈRE DE LA CULTURE EN CRISE :

→ les suppressions d’emplois et les coupes budgétaires se poursuivent violemment depuis 7 ans
→ les conditions de travail, les carrières, la santé des agents se sont dégradées en raison de la baisse des budgets et des effectifs
→ Pourtant, l’action publique en matière de culture est essentielle autant a Paris qu’en région avec les Directions Régionales des Affaires Culturelles.

► LOI TRAVAIL : CASSE SOCIALE

Le projet El Khomri prévoit :
-Des accords d’entreprise qui pourront comprendre des droits inférieurs à la loi
-La possibilité de procéder à des licenciements économiques même quand l’entreprise se porte bien
-Un temps de travail quotidien maximal à 12 h par accord d’entreprise
-Des changements de dates de congés payés rendus possibles au dernier moment
-La baisse de la majoration des heures complémentaires et supplémentaires (de 25 à 10%)
-La durée du congé en cas de décès d’un proche ne sera plus garantie par la loi

-Qui peut croire qu’en permettant aux entreprises de déroger au Code du travail, les salariés seront mieux protégés ?
-Qui peut croire qu’en facilitant les licenciements, des emplois vont être créés ?
-Qui peut croire que des conditions de travail dégradées et une moindre protection des salariés sont porteuses d’avenir pour la
jeunesse ?

Rendez-vous BnF cette semaine :
· Mercredi 13 avril, à 13h Hall Est : mobilisation et intervention communes avec les précaires de
l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.
· Le Jeudi 14 avril, aura lieu un Comité Technique de la BnF, en présence de la nouvelle
présidente de la BnF. C’est l’occasion de montrer notre mobilisation, de porter nos
revendications et de réclamer de vraies réponses de la part de la direction de la BnF.
Pour abattre la loi travail, pour gagner sur nos revendications a la BnF et au ministre de la
Culture, soyons nombreux/ses :
JEUDI 14/04, AG DU PERSONNEL DE LA BnF : 13H, HALL OUEST !

VACATAIRES DE LA BNF : Contre la loi travail et la précarité à la BnF : Tous et toutes en grève le samedi 09 avril !

INTERSYNDICALE CGT FSU SUD DE LA BnF

► Loi travail : public/privé ensemble pour le retrait !

La mobilisation continue pour sauver le code du travail et revendiquer de nouvelles protections et garanties sociales. La contre-réforme du code est particulièrement offensive contre les droits des salarié-e-s et porte en elle un projet de précarisation de l’emploi ni amendable, ni négociable : faciliter les licenciements collectifs et individuels, inverser la hiérarchie des normes dans les négociations collectives, remise en cause des 35h par accord d’entreprise… Aujourd’hui attaque du secteur privé, demain attaque du public : imposons tous/tes ensemble, dans la rue, le retrait de la loi travail !

► Stop à la précarité à la BnF !

Parce que la précarité n’est pas une solution aux problèmes de la BnF, que les « vacataires » n’ont pas à continuer de subir les politiques d’austérité des gouvernements successifs, la BnF doit maintenant rendre des comptes aux vacataires en mettant en place :

– l’augmentation des quotités horaires jusqu’à 110h pour ceux et celles qui le souhaitent au plus vite !
– l’embauche et le passage en CDI de tous/tes les vacataires sur besoin permanent.
– l’appel immédiat de la liste complémentaire de magasiners/ères du recrutement de 2015, pour titulariser les collègues précaires en attente et pallier les sous-effectifs.
– l’organisation d’un plan de titularisation digne de ce nom à la BnF et au ministère de la Culture.
– la comptabilisation INTEGRALE du temps de travail sur les comptes GTA et une majoration à 100% du service public de 19h à 20h et le dimanche.
– l’accès au parc de logement social BnF pour tous/tes les vacataires sur besoin permanent, sans condition de quotités horaires ou d’ancienneté.

En tant que personnel bouche-trou du soir et du weekend à la BnF, en tant que variable d’ajustement de l’emploi dans les services publics, en tant que salarié-e-s précaires du privé pour ceux/celles qui cumulent des emplois, en tant qu’étudiant-e-s salarié-e-s, en tant que personnel laissé pour compte au ministère de la Culture :

Samedi 09 avril, cessons le travail !

Questions sur le droit de grève à la BnF :

● Les vacataires peuvent faire grève comme tous/tes les autres agent-e-s de la BnF.
● Les journées de grève BnF sont toutes couvertes par un préavis local (intersyndicale CGT-FSU-SUD de la BnF) pour le mois d’avril.
● Les grévistes n’ont pas à déclarer leur absence, ni pour prévenir en amont, ni le jour même.
● Le prélèvement des jours de grève (calculez 1/30e de salaire en moins / jour) sera échelonné à partir des paies du mois de mai, à raison de 2 jours de salaires déduits au maximum / mois (décision de la direction de la BnF).

CONTRE LA LOI TRAVAIL, POUR L’EMPLOI À LA BNF : POURSUIVONS LA MOBILSATION !

Intersyndicale CGT – FSU – SUD de la BnF

Après les mobilisations des 9, 17 et 24 mars, la journée de grève et de manifestation du 31 mars a été un succès, aussi bien à la BnF qu’au niveau interprofessionnel, ce qui montre bien la colère des salarié-e-s. Mais pour obtenir satisfaction sur nos revendications, pour arrêter la casse des services publics et des droits sociaux, il faut poursuivre l’action !

Le projet de loi travail est toujours aussi inacceptable. De son côté, la BnF continue à subir les politiques d’austérité mises en œuvre ces dernières années, ne nous donnant plus aujourd’hui les moyens d’accomplir pleinement nos missions de service public.

 UN MINISTÈRE DE LA CULTURE EN CRISE :

  •  parce que les suppressions d’emplois et les coupes budgétaires se poursuivent violemment depuis 7 ans abîmant, de façon durable, les missions et les personnels du ministère
  • parce que les conditions de travail, les carrières, la santé des agents se sont dégradées en raison de la baisse des budgets et des effectifs
  • parce que l’action publique en matière de culture est essentielle autant à Paris qu’en région avec les Directions Régionales des Affaires Culturelles.

ARRÊTER LES SUPRESSIONS DE POSTES A LA BNF, UNE PRIORITÉ !

  •  parce que nous atteindrons fin 2016 les 272 suppressions de postes depuis 2009, ce qui nous empêche d’accomplir normalement nos missions et d’accueillir les usagers/ères dans de bonnes conditions.
  • parce que la situation se dégrade dans les services et que l’on demande aux agents de faire toujours plus avec moins d’effectifs, ce qui entraîne surcharge de travail, tensions, arrêts-maladie…
  • parce que la précarité n’est pas une réponse aux problèmes de la BnF…

La direction de la BnF a annoncé qu’elle va demander au ministère de la Culture l’arrêt des suppressions de postes pour 2017 et 2018. Ce premier pas, même s’il a bien lieu, n’est pas suffisant. Il faut recréer les postes supprimés ces dernières années, en commençant par appeler la liste complémentaire du recrutement de magasiniers. Il faut faire passer les « vacataires » à 110h par mois en CDI. Il faut augmenter le budget de la BNF à la hauteur de ses missions !

 
LOI TRAVAIL : CASSE SOCIALE

Qui peut croire qu’en facilitant les licenciements, des emplois vont être créés ?
Qui peut croire qu’en faisant travailler plus longtemps ceux qui travaillent déjà, le chômage va baisser ?
Qui peut croire qu’en permettant aux entreprises de déroger au Code du travail, les salariés seront mieux protégés ?

Le projet El Khomri prévoit, par exemple :

• Des accords d’entreprise qui pourront prévoir des droits inférieurs à la loi
• La possibilité de procéder à des licenciements économiques même quand l’entreprise se porte bien
• Un temps de travail quotidien maximal à 12 h par accord d’entreprise
• La baisse de la majoration des heures complémentaires et supplémentaires (de 25 à 10%)

 
POUR ABATTRE LA LOI TRAVAIL, POUR GAGNER SUR NOS REVENDICATIONS A LA BNF ET AU MINISTRE DE LA CULTURE, CONTINUONS L’ACTION.

LUNDI 4/04, AG DU PERSONNEL DE LA BNF, 12H30, HALL OUEST !

MARDI 5/04, JOURNÉE DE GREVE ET DE MANIFESTATION

SAMEDI 9/04, GRANDE JOURNÉE DE GREVE ET DE MANIFESTATION

CONTRE LA LOI TRAVAIL, POUR L’EMPLOI A LA BNF ET AU MINISTÈRE DE LA CULTURE, POUR LE PROGRÈS SOCIAL

LE 31 MARS SE MOBILISER CONTRE LA LOI TRAVAIL

Qui peut croire qu’en facilitant les licenciements, des emplois vont être créés ?

Qui peut croire qu’en faisant travailler plus longtemps ceux qui travaillent déjà, le chômage va baisser ?

Qui peut croire qu’en permettant aux entreprises de déroger au Code du travail, les salariés seront mieux protégés ?

Le Premier Ministre a annoncé qu’il « avait entendu les critiques ». Pourtant, le projet El Khomri continue de prévoir, par exemple :

• Des accords d’entreprise qui pourront prévoir des droits inférieurs à la loi

• La possibilité de procéder à des licenciements économiques même quand l’entreprise se porte bien
• Un temps de travail quotidien maximal à 12 h par accord d’entreprise

• La baisse de la majoration des heures complémentaires (de 25 à 10%)

Sous la pression, le Gouvernement a commencé à reculer. Ensemble, mobilisons-nous pour que disparaisse cette loi et battons-nous pour renforcer le Code du travail.gaston

 SE MOBILISER AUSSI POUR LE MINISTERE DE LA CULTURE ET LA BNF

L’ENSEMBLE DES ORGANISATIONS SYNDICALES DU MINISTÈRE DE LA CULTURE APPELLE A LA GRÈVE LE 31 MARS POUR L’EMPLOI ET LA CULTURE

  •  parce que les suppressions d’emplois et les coupes budgétaires se poursuivent violemment depuis 7 ans abîmant, de façon durable, les missions et les personnels du ministère
  • parce que les conditions de travail, les carrières, la santé des agents se sont dégradées en raison de la baisse des budgets et des effectifs
  • parce que l’action publique en matière de culture est essentielle autant à Paris qu’en région avec les DRAC… MOBILISONS-NOUS !

ARRÊTER LES SUPPRESSIONS DE POSTES A LA BNF, UNE PRIORITÉ !

  •  parce que nous atteindrons fin 2016 les 272 suppressions de postes depuis 2009
  • parce que la situation se dégrade dans les services et que l’on demande aux agents de faire toujours plus avec moins d’effectifs, ce qui entraîne surcharge de travail, tensions, arrêts-maladie…
  • parce que la précarité n’est pas une réponse aux problèmes de la BnF. MOBILISONS-NOUS !

TOUS EN GREVE LE JEUDI 31 MARS
– 10H30 pour se mobiliser sur le site : rdv Hall Est
– 13H00 départ groupé pour la manif : rdv Hall Est
– 13h30 manifestation Place d’Italie : cortège BnF rdv métro Gobelins

TOUS ENSEMBLE, PASSONS A L’ACTION !

Intersyndicale BnF : CGT-FSU-SUD Culture

CONTRE LA LOI TRAVAIL, CONTRE LA CASSE DE LA BNF ET DU MINISTERE DE LA CULTURE, POUR UNE VRAIE AMELIORATION DES DROITS DES TRAVAILLEURS/SES :

POURQUOI NOUS REFUSONS LA LOI TRAVAIL:

  • Parce que c’est une loi de régression sociale qui fragilise les salarié-e-s face à leurs employeurs et que les reculades du gouvernement ne changent rien aux fondements de cette loi
  • Parce que ce texte facilite les licenciements alors que le pays connaît depuis plusieurs années des centaines de milliers de licenciements et un chômage toujours très important

Parce que cette loi prévoit également :

  •  l’augmentation du temps de travail par simple accord de branche et d’entreprise
  • le passage de 25 à 10% de majoration pour les heures supplémentaires
  • la possibilité avec un simple accord de branche et d’entreprise de baisser les salaires et modifier le temps de travail. Un-e salarié-e refusant ces modifications dans son contrat de travail pourra être licencié-e

AUJOURD’HUI LE CODE DU TRAVAIL, DEMAIN LE STATUT DE LA FONCTION PUBLIQUE

• Aujourd’hui : le Code du travail garanti aux salarié-e-s du privé un minimum de droits et de protections. Un accord d’entreprise ou de branche ne peut être que « mieux-disant » par rapport au code du travail.

• Demain avec la loi « travail » : on pourra déroger au Code du travail par simple accord de branche et d’entreprise. C’est la fin de l’égalité de tous devant la loi, ceci est extrêmement grave et annonce des règles « moins-disantes» par rapport au Code du travail.

• Après demain dans la fonction publique : ce sont nos garanties qui risquent de la même façon d’être remises en cause à l’image de ce qui s’est passé pour les retraites. Nous savons bien que les attaques subies par le secteur privé touchent ensuite le secteur public.

LE 31 MARS SE MOBILISER AUSSI POUR LE MINISTERE DE LA CULTURE ET LA BNF.:

L’ENSEMBLE DES ORGANISATIONS SYNDICALES DU MINISTÈRE DE LA CULTURE APPELLE A LA GRÈVE LE 31 MARS POUR L’EMPLOI ET LA CULTURE

  •  parce que les suppressions d’emplois et les coupes budgétaires se poursuivent violemment depuis 7 ans abîmant, de façon durable, les missions et les personnels du ministère
  • parce que les conditions de travail, les carrières, la santé des agents se sont dégradées en raison de la baisse des budgets et des effectifs
  • parce que l’action publique en matière de culture est essentielle autant à Paris qu’en région avec les DRAC… MOBILISONS-NOUS !

ARRÊTER LES SUPPRESSIONS DE POSTES A LA BNF, UNE PRIORITÉ !

  •  parce que nous atteindrons fin 2016 les 272 suppressions de postes depuis 2009
  • parce que la situation se dégrade dans les services et que l’on demande aux agents de faire toujours plus avec moins d’effectifs, ce qui entraîne surcharge de travail, tensions, arrêts-maladie…
  • parce que la précarité n’est pas une réponse aux problèmes de la BnF…

MOBILISONS-NOUS !

Jeudi 24 mars

  • ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES PERSONNELS DE LA BNF, TOLBIAC, hall Ouest, 12h30
    Pour échanger sur la situation de la BnF, sur la loi Travail et préparer les mobilisations
  • MANIFESTATION INTERPROFESIONNELLE CONTRE LE PROJET DE LOI TRAVAIL, 13h30, MONTPARNASSE

 Jeudi 31 mars

  • GRÈVE INTERPROFESSIONNELLE ET MANIFESTATIONS CONTRE LA LOI « TRAVAIL », POUR GAGNER DE NOUVEAUX DROITS ET DEFENDRE LA CULTURE !
  • Grève générale public-privé contre la loi « Travail », pour l’avenir de la jeunesse et le progrès social
  • Grève unitaire pour le ministère de la Culture. L’ensemble des syndicats du ministère de la Culture appelle à la grève pour dire stop aux suppressions de postes, aux coupes budgétaires et défendre l’avenir des DRAC et du service public de la Culture…
  • Manifestation avec un cortège BnF

A noter :

– Pour participer à l’assemblée générale, vous disposez d’une autorisation d’absence d’une heure sur votre temps de travail (décret du 28 mai 1982)

– L’ensemble des journées d’actions annoncées sont couvertes par des préavis de grève

La journée de mobilisation du 17 mars à l’initiative des organisations de jeunesse a été une réussite

Appel intersyndical CGT – FO – FSU – Union syndicale Solidaires – UNEF – UNL – FIDL

Les jeunes, très concernés par ce projet de loi, se sont fortement mobilisés avec le soutien des organisations de salarié-es.

La preuve est faite que les annonces du Premier ministre pour aménager la loi travail n’ont visiblement pas convaincu et ce malgré l’offensive gouvernementale largement relayée.

Les jeunes doivent pouvoir manifester et se réunir librement. Le gouvernement doit respecter leurs droits et non multiplier les obstacles.

Le débat sur la loi est loin d’être terminé. La réécriture du texte ne touche pas au cœur du projet qui contient toujours de multiples régressions.
Ce nouveau projet de texte ne répond donc pas aux aspirations fortes, exprimées par les jeunes, les salarié-es et les chômeurs pour l’accès à l’emploi et sa sécurisation. La création d’emplois de qualité ne peut pas être synonyme de la casse du code du travail mais nécessite en revanche un changement de politique économique et sociale.

Le gouvernement doit retirer son projet, entendre les propositions alternatives portées par les organisations de jeunesse et de salarié-es et en discuter avec elles.

Fortes de la réussite de cette journée, les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Union syndicale Solidaires, UNEF, UNL, FIDL appellent les jeunes et les salarié-es à poursuivre et amplifier la mobilisation dès le 24 mars prochain, jour de la présentation du projet de loi au conseil des ministres.

Ce sera une nouvelle étape avant la puissante journée de grève et de manifestations du 31 mars pour obtenir le retrait de ce projet de loi et conquérir de nouvelles garanties et protections collectives.