Archives du mot-clé Grèves retraites 2019

La retraite à points, c’est toujours NON !

Union syndicale Solidaires

Edouard Philippe l’a dit : sa « détermination » « est totale sur la création de ce régime universel et sur la nécessité de faire prévaloir l’équilibre du système futur et la remise à l’équilibre du système actuel ». Le gouvernement ne lâche rien. Ce gouvernement refuse d’écouter toutes les personnes mobilisées dans la grève et dans la rue depuis le 5 décembre.retraites mensonges

Ce qu’il essaie de faire, c’est une tambouille infâme pour montrer qu’il convertira au mieux les droits acquis par les cheminot-es, agent-es de la RATP et fonctionnaires dans le nouveau système. Il ne veut céder ni sur l’âge de départ, ni sur une augmentation de la durée de cotisation dès maintenant, ni sur le calcul de la pension sur toutes les (mauvaises) années, ni sur le fond du système.

Nous n’en voulons pas !

- Il faut le retrait parce que le système à points est fait pour établir une régulation qui permet l’augmentation de la durée du travail et la baisse des pensions.
- Et quant à l’équilibre actuel (qui est quasiment assuré) et futur de la retraite, c’est de la hausse des ressources qu’il faut discuter : c’est à dire des cotisations patronales et les revenus qui ne cotisent pas aujourd’hui.
- Ils veulent amadouer (bien mal) certains secteurs alors que tous et toutes les salariées retrait réforme retraitesvont y perdre.
Et on ne peut pas faire confiance à ces gens-là !
- Ils ont donné des responsabilités à Delevoye qui n’a même pas respecté les règles auxquelles lui-même devait se soumettre.
- Ils travaillent tous-tes en sous-main avec les milieux financiers qui n’ont qu’une volonté, développer la capitalisation (à la marge d’abord). Ce qui sera possible puisque la loi Pacte va encourager les entreprises à mettre en place des plans de capitalisation et que la baisse des pensions va encourager tous-tes ceux qui le peuvent à y recourir.

Le gouvernement continue à nous mentir

- Non les femmes ne sont pas gagnantes, elles perdent des trimestres de cotisation pour chaque enfant au profit de pourcentages de points incertains, dont il n’est pas sûr qu’ils seront pour elles.
- Non les femmes ne sont pas gagnantes, elles ne pourraient pas toucher de pension de reversion avant 62 ans et si elles divorcent, elles perdront tout bénéfice des pensions de réversion.
- Non les femmes et les travailleurs précaires ne sont pas gagnant-es, toute leur carrière va compter et le minimum de pension à 1 000 euros brut, à condition d’avoir une carrière complète, n’est pas suffisant pour vivre.
- Le gouvernement a déjà inscrit dans la loi de 2003 l’augmentation du minimum de pension à 85 % du SMIC, il pourrait l’appliquer dès aujourd’hui.
- Ils disent vouloir augmenter les salaires… qu’ils le fassent et qu’ils augmentent le SMIC auquel ils viennent de refuser un « coup de pouce ». Augmenter les salaires n’a rien à voir avec le système qu’ils veulent mettre en place.
- Ils font croire qu’ils passent leur temps à dialoguer avec les organisations syndicales alors qu’ils répètent en boucle les mêmes choses.

Le retrait doit être total, notre détermination est totale

La force est avec nous !

Union syndicale Solidaires

Les grèves et manifestations de ce mardi 17 décembre à l’appel de l’intersyndicale, rejointe par d’autres organisations, sont une grande réussite et ont permis à des centaines de milliers de personnes, du privé, comme du public, de tous milieux professionnels, de tout âge, de se mettre massivement en grève et de manifester dans plusieurs dizaines de villes : 350000 à Paris, 200000 à Marseille, 120000 à Toulouse, 60000 à Bordeaux, 35000 à Rouen, 30000 à Nantes ou Lille, 20000 à Montpellier, Clermont-Ferrand, Brest ou Caen, 18000 à Rennes, 10000 à Cherbourg, 12000 à Nice et Quimper, 9000 à Rodez ou encore 3000 à Auch…C’est, au minimum, 1 million six cent mille personnes qui ont manifesté aujourd’hui de manière dynamique et déterminée.

Dès le matin, des actions et manifestations ont été réprimés avec violence par les forces de l’ordre, comme à Saint-Denis (93) avec des arrestations et des blessé-es. Nous les condamnons sanPlan-de-travail-1-copie-0-300x300s réserve et cette stratégie de la tension orchestrée par un pouvoir autoritaire ne fait que renforcer notre détermination.

L’Union syndicale Solidaires se réjouit de ce large succès des mobilisations qui démontre, s’il en était besoin, le large rejet du projet de réforme présenté par le premier ministre il y a une semaine et ce malgré une campagne médiatique indécente.

Face à cette force collective, la seule solution reste pour le gouvernement le retrait total de ce projet dans les plus brefs délais, c’est lui et lui seul le responsable du blocage de la situation par son aveuglement idéologique.

Pour l’Union syndicale Solidaires, le monde du travail et la jeunesse doivent poursuivre et renforcer les grèves, notamment reconductibles et amplifier le rapport de forces sans attendre. Nous devons partout dans le pays multiplier les manifestations, actions et grèves, faire du jeudi 19 décembre une nouvelle date de rendez vous unitaire et manifester tous et toutes ensemble le samedi 21 décembre. Si le gouvernement refuse de répondre à nos revendications, pour l’Union syndicale Solidaires la grève devra se poursuivre et s’amplifier.

Paris, le 17 décembre

 

Pas de trêve jusqu’au retrait !

Communiqué CGT, FO, CFE-CGC, FSU, Solidaires, UNEF, MNL, FIDL, UNL
au soir du 17 décembre

Ce mardi 17 décembre à l’appel de nos organisations syndicales CGT, FO, CFE-CGC, FSU, Solidaires, UNEF, MNL, FIDL, UNL, a été un nouveau temps fort impressionnant tant par la mobilisation que par les grèves. Plus de 260 cortèges ont été organisés sur l’ensemble du territoire.

Quelques jours après la présentation du projet du gouvernement, cette mobilisation est un nouveau signe du rejet massif du projet de retraite à points, en dépit des tentatives grossières de décrédibiliser les actions multiples, dont les grèves reconductibles.

Les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, MNL, FIDL et UNL soutenues par une majorité grandissante de la population, demandent au gouvernement le retrait total du projet sans délai. Elles rappellent leur disponibilité pour discuter d’un autre projet pour le renforcement et l’amélioration du système actuel par répartition, solidaire et intergénérationnel.

Nos organisations appellent l’ensemble du monde du travail et la jeunesse à poursuivre et renforcer la grève, y compris reconductible là où les salarié-es le décident, pour maintenir et augmenter le rapport de force.

Sans annonce du retrait, il n’y aura pas de trêve. Nous appelons à organiser des actions de grève et de manifestation partout où c’est possible, notamment le 19 décembre par des mobilisations locales et ce, jusqu’à la fin de l’année.

Sans réponse du gouvernement dans les heures qui viennent, elles décideront des suites nécessaires, au-delà du mois de décembre.