Archives du mot-clé loi sécurité globale

#StopLoiSécuritéGlobale Remobilisons-nous pour nos libertés !

Le 17 novembre 2020, lors de la présentation à l’Assemblée Nationale du projet de loi dite “Sécurité Globale” par LREM, un rassemblement Place Edouard Hériot rassembla 2 000 personnes pour protester : la coordination #StopLoiSécuritéGlobale était née.

Le 24 novembre, seuls 104 député.e.s sur 577 s’y opposèrent.

Le 28 novembre, pour la première marche des libertés, un demi-million de personnes étaient dans les rues, à travers tout le territoire, pour refuser ce nouvel arsenal liberticide. Malgré une répression toujours plus importante, les journées d’action se sont enchaînées.

Grâce à cette mobilisation, nous avons obtenu de premiers reculs du gouvernement, mais la bataille doit se poursuivre. Le 16 mars prochain, nous, organisations de la société civile, syndicats de journalistes, associations de défense des droits humains, collectifs de sans-papiers, d’exilé.e.s, d’étudiant.e.s, d’universitaires, comités de familles de victimes des violences policières, Gilets Jaunes… comptons sur votre présence pour un nouveau rendez-vous majeur : le passage au vote de la loi au Sénat.

Refusons le fichage systématique qui vise à museler toute énergie contestataire et toute pensée critique ! Refusons ce panoptique géant où la police nous observe en permanence à travers ses drones et ses caméras piétons mais où le peuple n’aurait plus de droit de regard sur elle !
Refusons les techniques de maintien de l’ordre qui blessent, mutilent et tuent !

RENDEZ-VOUS À 16H LE MARDI 16 MARS 2021
SQUARE FRANCIS POULENC FACE AU SÉNAT.
M° Odéon – RER Luxembourg

Publicité

Loi sécurité globale : rien n’est joué ! Tous en manifestation , samedi 16 janvier !

Manifestation samedi 16 janvier 2021 à Paris : Départ 14h Place Félix Eboué (métro Daumesnil) vers la place de la Bastille.

Communiqué unions régionales CGT, FO, FSU, Solidaires avec les mouvements de jeunesse UNL et UNEF

Depuis le 17 novembre dans plus de 150 villes de France des rassemblements dénonçant la fuite en avant répressive et liberticide du gouvernement ont eu lieu, à l’appel d’une coordination large d’associations, de familles de victimes des violences policières et d’organisations syndicales. Des centaines de milliers de manifestant-es sont déjà descendus dans la rue avec pour seules réponses volonté de passage en force et répression accrue.

Les unions régionales CGT, FO, FSU et Solidaires avec les mouvements de jeunesse UNL et UNEF considèrent pourtant que rien n’est joué et appellent en conséquence à rejoindre la manifestation parisienne prévue samedi 16 janvier à 14h, de Daumesnil à la Bastille.

Lire la suite

Marchons partout pour les libertés et contre l’arbitraire ce samedi 16 janvier

Communiqué du collectif #StopLoiSecuriteGlobale

La coordination #StopLoiSécuritéGlobale appelle à de nouvelles marches des libertés partout en France ce samedi 16 janvier 2021. A Paris, une manifestation est prévue entre place Daumesnil et Bastille.

La proposition de loi dite « Sécurité globale » a été votée par l’Assemblée nationale et poursuit son cheminement parlementaire au Sénat. L’annonce par le gouvernement de la réécriture du texte par une commission indépendante a fait long feu puisqu’elle était tout simplement contraire au principe de séparation des pouvoirs. Une commission sénatoriale a consulté certaines organisations membres de la coordination en leur annonçant que l’article 24 de la loi serait bien réécrit pour être éventuellement introduit dans l’article 18 de la loi dite Séparatisme.

Aucune annonce n’a été faite à propos des articles 21 et 22 concernant la surveillance généralisée par drone et par caméra piéton, ni sur le Schéma national du maintien de l’ordre (SNMO). Le président de la République n’a pas davantage répondu à notre demande de rencontre formulée dans une lettre ouverte envoyée le 14 décembre.

C’est dans ce contexte que la coordination #StopLoiSécuritéGlobale a décidé de poursuivre sa mobilisation contre ces textes liberticides. Elle continuera jusqu’à ce qu’ils soient définitivement abandonnés.

Paris, le 10 janvier 2021.

Mobilisons-nous les 3, 16 et 30 janvier contre la loi Sécurité globale et les autres textes liberticides

La coordination nationale #StopLoiSécuritéGlobale donne rendez-vous aux défenseur·se·s des libertés dès le dimanche 3 janvier 2021, à Paris, à l’occasion de la Marche blanche en mémoire de Cédric Chouviat. Un an après la mort de ce père de quatre enfants, entre les mains de la police, nous serons aux côtés de sa famille. Son père Christian Chouviat avait déjà accompagné la délégation reçue au ministère de l’Intérieur lundi 23 novembre, malgré les réticences de Gérald Darmanin.

Nous appelons aussi à de nouvelles Marches des libertés, samedi 16 janvier, partout en France, avant un grand rassemblement, samedi 30 janvier, à Paris. Cette dernière date mêlera les voix des journalistes, documentaristes, réalisateur·trices, victimes et familles de victimes de violences policières, associations de droits humains et artistes solidaires du combat contre les lois liberticides.

D’ici là, nous appuierons les actions qui ont pour objectif le retrait des articles 21, 22 et 24 de la proposition de loi dite « Sécurité globale », le retrait du Schéma national du maintien de l’ordre (SNMO) et de toute autre disposition élargissant la surveillance de masse ou faisant reculer le droit à l’information. La coordination nationale #StopLoiSécuritéGlobale continuera à informer sur les conséquences délétères de ces textes, par le biais de clips réalisés par l’équipe vidéo de la coordination, donnant un éclairage juridique et faisant témoigner des victimes de violences policières.

Lire la suite

Alerte sur nos libertés et sur nos droits !

Depuis plusieurs semaines nos organisations appellent et participent activement sur l’ensemble du territoire aux mobilisations pour défendre nos droits et nos libertés, en particulier dans les cadres unitaires contre la loi sécurité globale et le schéma national du maintien de l’ordre.

Il est bien évident que le but du gouvernement est de restreindre la liberté d’informer, la liberté de la presse et de priver la population d’user de son droit d’expression, d’être informé, de manifester, de s’organiser pour gagner de nouveaux droits.

Et ceci dans un contexte de régression alarmante des droits sociaux (assurance chômage, retraites, diminution du budget de la sécurité sociale, loi travail…) alors que les plans de licenciement se multiplient et que la précarité s’aggrave, en particulier pour la jeunesse et pour les sans papiers.

Loin de vouloir changer de politiques sociales, ce gouvernement choisit la voie de la répression et de la restriction des libertés :

-Il reste sourd aux critiques, y compris internationales, sur sa loi de sécurité globale qui restreint la liberté de la presse, contribue à invisibiliser les violences policières au lieu de les combattre, et institue une société de surveillance à base de drones notamment.

Lire la suite