Archives du mot-clé réorganisation

La lutte continue à la BnF ! Toutes et tous en Assemblée Générale jeudi 15/09.

Intersyndicale CGT-FSU-SUD Culture de la BnF

La lutte continue à la BnF pour défendre le service public, contre le sous-effectif, pour des emplois pérennes, contre la précarité et contre les mauvaises conditions de travail et pour la revalorisations des primes.

Il y a toujours autant de raison de nous mobiliser contre les attaques de la direction et d’être en colère. Le CA du 30/06 et les négociations du mois de juillet n’ont permis aucune vraie avancée, les problèmes sont toujours là.

Afin de faire le point sur la situation, alors que le site de Richelieu « rénové » s’apprête à réouvrir complètement au public, alors que les modalités de travail en service public n’arrêtent pas de changer, alors que les nouveaux collègues précaires arrivent, nous vous proposons pour décider ensemble de la suite de la mobilisation de nous réunir nombreux/ses en

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE
JEUDI 15/09 à 12h30 hall Ouest Tolbiac

Ou en visio (le lien sera communiqué dès que possible)

Soyons nombreux et nombreuses !

Déclaration intersyndicale BnF CGT-FSU-SUD Culture au Comité technique du 13/07/2022

Lors de ce Comité technique doit être examinée une nouvelle fois la réorganisation du service public en rez-de-jardin. Sans surprise, cette nouvelle version réduit toujours l’accès aux collections et dégrade les conditions de travail des agents. La communication des documents conservés en magasins, possible avant la crise sanitaire pour les lecteurs de 9 à 17h, serait encore réduite à partir de septembre de 12h à 17h, ce qui ne change rien sur le fond.

Cette « solution » ne satisfait personne que ce soit les agents et les usagers, les représentants des lecteurs (qui ont voté contre au Conseil d’administration du 30 juin) ou l’Association des usagers de la bibliothèque, ALUBnF.

Dans le même temps, alors que la mobilisation a permis, après des années de réduction d’effectif, d’arracher 20 postes supplémentaires en catégorie C, la direction fait manifestement le choix de transformer une partie de ces emplois en des contrats précaires, ce qui n’est pas acceptable.

Ces annonces, après deux mois de mobilisation historique et près de 20 jours de grève, sont très loin des attentes et des demandes des personnels et sont symptomatiques du manque d’écoute et de concertation de la part de la direction. Nous contestons par ailleurs la manoeuvre de la direction qui hors de tout cadre réglementaire convoque deux comités techniques afin de faire passer en force la réorganisation de la réorganisation du service public, car ni le délai réglementaire de convocation ni celui de communication du document sur ce point n’ont été respectés. De même, le volet concernant l’organisation du travail aurait dû être présenté en CHSCT avant sa présentation en CT ce qui n’a pas été fait. Si elle s’obstine, la réunion prévue le mercredi 13 juillet sur la réforme du service public hors de tout cadre réglementaire sera sans valeur.

Les agents et l’intersyndicale CGT, FSU et SUD continuent de demander :

· Le retrait immédiat de la réorganisation du travail en service public, même modifiée et le retour aux communications directes des documents toute la journée
· Le renforcement des effectifs à la hauteur des besoins par des emplois titulaires, notamment de magasiniers avec entre autres, l’organisation d’un recrutement sans concours de magasiniers permettant d’augmenter de façon pérenne les effectifs
· Le respect du protocole de fin de grève de 2016 et en conséquence l’abandon du recrutement des contractuels à temps incomplet sur besoins permanents sur des CDD d’un an à mi-temps renouvelable une fois, contrats ultra-précaires sans droit et le retour à leur recrutement en CDI à 110h.
· Une révision du fonctionnement prévu pour le site de Richelieu, etc.

L’urgence dans laquelle se trouve notre établissement nécessite des réponses fortes et non une nouvelle réorganisation de la réorganisation du service public et le retour de la grande précarité. Cela passe par de vrais moyens supplémentaires et le recrutement rapide de personnels titulaires pour l’ensemble des sites dont celui de Richelieu avec une réouverture en septembre qui risque d’être grandement perturbée par la mobilisation des personnels sans propositions allant dans le bon sens de la part de la direction.

C’est l’été de la lutte à la BnF !

Intersyndicale BnF FSU-SUD

Décidément, la direction paie le prix de son entêtement !

Après avoir méprisé pendant plus de huit semaines non seulement les grévistes de son établissement en lutte pour leurs effectifs, qui sont en chute libre et contre le retour scandaleux de l’ultra-précarité, mais aussi les dizaines de milliers d’usager.es signataires d’une pétition pour le retour de la communication directe, la direction de la BnF devra assumer sa seule responsabilité de n’avoir pas su entendre une mobilisation historique de ses agent.es et du public pour les missions fondamentales de l’établissement, l’amélioration de ses conditions de travail et d’accueil. C’est pourquoi la grève sera reconduite tout l’été, à dates perlées, jusqu’au retrait de la réforme.

Jeudi 30 juin, au Conseil d’Administration, les représentant.es élu.es des lecteurs votaient encore CONTRE ce projet et la direction n’a plus pour seul objectif, pour sauver les meubles, que de proposer pour le prochain CT le 11 juillet un nouveau point pour avis de «

Réorganisation de la réorganisation » ! Qu’elle la cesse !

L’Assemblée Générale des personnels a reconduit ainsi ce mardi 5 juillet le principe d’une mobilisation continue estivale, jusqu’à la réouverture de Richelieu, qui ne peut se faire au prix de la perte d’effectifs à Tolbiac, la dégradation des conditions de travail et de nos acquis sociaux (travail les jours fériés, etc.). C’est tous ensemble qu’il faut lutter !

Pour gagner, mobilisons-nous cet été !
Les jeudi 7, lundi 11, vendredi 15, mardi 19, mardi 26 juillet

Puis, les mardis 2, jeudi 11, mardi 16 et jeudi 25 août

Direction, tutelles de la BnF : il est temps de reconnaître votre échec !

Intersyndicale BnF CGT-FSU-SUD

Jeudi 30 juin, pendant une journée de grève très suivie, des centaines d’agents rejoints par le public avec l’Association des Lecteurs et Usagers (ALU BnF) et des soutiens ont investi le hall Est pour montrer leur colère et leur détermination. Lors de ce grand rassemblement des déclarations de l’intersyndicale BnF CGT-FSU-SUD et des usagers ont été lues à l’ouverture d’un important Conseil d’Administration « dématérialisé » en visioconférence à la toute dernière minute, ce qui a permis à la direction d’éjecter le personnel en grève du CA d’un clic de souris… Mais cette mobilisation est une franche réussite qui permet de consolider la convergence des personnels et usagers autour de la défense des moyens nécessaires au maintien de nos missions de service public et prouve qu’après deux mois de grève, la lutte ne faiblit pas.

Le compte n’y est pas, on maintient la pression !

Au CA, les tutelles dos au mur ont fini par octroyer un budget complémentaire permettant l’embauche de 20 postes de catégorie C supplémentaires d’ici la fin de l’année 2022. Si cette annonce, pour l’instant floue, est un premier pas, elle est bien loin de répondre à notre exigence d’avoir les moyens nécessaires à l’ensemble des missions de la bibliothèque. Surtout que la direction s’en sert pour continuer à imposer sa « réforme » du SP, en présentant le relèvement de l’heure de début des communications directes à 12h comme une réponse à la grève, alors que cela ne règle rien. Par ailleurs, la direction a finie par lâcher, alors qu’elle prétendait jusqu’ici que c’était impossible, l’extension de la prime de fin d’année à l’ensemble des contractuels.

Mais la direction reste intransigeante sur sa politique antisociale de recrutement de « vacataires » ultra-précaires (contrats d’un an renouvelables un an), qu’elle refuse même de remettre au débat. De même, la question cruciale d’un recrutement sans concours de magasiniers, permettant l’accès à l’emploi titulaire aux plus précaires d’entre nous, reste évincée par la direction, tout comme le fait de revoir le fonctionnement prévu et voué à l’échec de Richelieu à la rentrée. De plus, elle refuse obstinément de parler des effectifs nécessaires pour Richelieu ou pour la DSR.

Quant à la réforme du Service au Public, la direction s’installe désormais dans une posture absurde puisqu’elle met en oeuvre une « réorganisation de la réorganisation », aveu à peine caché de l’échec total d’une politique purement comptable et statistique de nos missions, bien éloignée des réalités de terrain, car elle veut à tout prix lancer dès que possible les chantiers exceptionnels pour Amiens, sacrifiant au passage le service public.


Si la pression de deux mois de grève a obligé la direction et les tutelles à commencer à faire de petites concessions, cela reste très largement insuffisant. Il faut donc continuer à nous mobiliser pour obtenir :

  • Retrait total et immédiat de la réorganisation du travail en service public et retour aux communications directes des documents toute la journée ; suspension des chantiers exceptionnels supplémentaires tant qu’il n’y a pas le personnel pour les faire ;
  • Mise en place immédiate de toutes les mesures nécessaires pour pourvoir les postes dont la BnF a besoin, en particulier de magasiniers titulaires, avec l’organisation rapide d’un recrutement direct conséquent muni d’un volet interne important ;
  • Abandon immédiat du recrutement des contractuels à temps incomplet sur besoins permanents sur des CDD d’un an, contrats ultra-précaires sans droit et retour à leur recrutement en CDI ;
  • Engagement clair et précis sur les primes ;
  • Augmentation des moyens en personnel, notamment pour le Dépôt Légal (catalogage et magasinage), et financiers de la BnF pour pouvoir remplir dans de bonnes conditions l’ensemble de ses missions ;
  • Retrait du projet d’ouverture jusqu’à 19h des salles de lecture et du travail les jours fériés, les dimanches à Richelieu

Pour faire le point sur la lutte et pour décider ensemble de comment la poursuivre cet été, soyons nombreux et nombreuses :

Assemblée Générale des personnels BnF Mardi 5 juillet – 12h30 Hall Ouest –

2 mois de lutte à la BnF !

Déclaration pour le Conseil d’Administration du 30/06/2022

Intersyndicale CGT-FSU-SUD Culture de la BnF

La Bibliothèque nationale de France, troisième plus grande bibliothèque au monde est traversée depuis plusieurs mois par un mouvement social de grande ampleur et en phase de devenir historique. Rarement les agents se sont autant mobilisés, dans une grève unitaire touchant plusieurs sites, toutes les catégories de personnel et toutes les directions de la BnF, pour dénoncer de manière forte la situation désastreuse de l’établissement, les choix opérés par la direction et l‘austérité budgétaire et de personnel que lui imposent ses tutelles. Cette mobilisation s’est faite dans un premier temps à travers une pétition signée par plus 700 agents qui n’a eu aucune réponse de la part de la direction, puis depuis le début du mois mai par un mouvement de grève fort et ininterrompu qui dure depuis 8 semaines.

Dans le même temps, le public de la BnF, notamment celui des chercheurs et chercheuses, a décidé de s’investir de manière intense dans l’action en soutenant la mobilisation des agents, tant dans un élan de solidarité que dans une perspective de lutte pour sauver leur outil de travail qu’ils et elles considèrent légitimement en danger. Une telle mobilisation des usagers est inédite et montre bien l’ampleur de la crise sociale en cours dans cette établissement, mais aussi la remise en cause de ses missions fondamentales. Cela a donné lieu à deux pétitions en ligne recueillant en tout 19 000 signatures, aux prises de positions de l’Association des bibliothécaire de France et de nombreuses associations de chercheurs et de sociétés savantes contre la réorganisation du service public, à la conférence de presse organisée le 15 juin en soutien à la grève en présence de plusieurs personnalités du monde de la recherche et de la Culture et à la tribune publiée le 20 juin contre cette réorganisation et signée par plus de 420 chercheurs, universitaires, intellectuels, écrivains et artistes.

Face à un tel mouvement de contestation, face à un conflit social de cette ampleur, la réponse de la direction de la BnF n’a malheureusement pas été d’ouvrir immédiatement de vraies négociations, mais de laisser traîner les choses, de prétendre que la mobilisation des lecteurs et lectrices était factice, de remettre en cause la légitimité des personnes en lutte ou de réduire la colère du personnel et ses revendications à de simples interrogations et inquiétudes.
Cette attitude a conduit une grande partie du personnel à se sentir doublement méprisée : alors que la direction retire d’un côté aux agents l’expertise de leurs propres métiers en refusant d’écouter leur parole, elle les infantilise de l’autre en pensant régler à coups de communications et de séminaires des problèmes de fonds.

La réorganisation du service au public conduisant à réduire fortement la communication directe des collections conservées en magasins et qui est au cœur de ce mouvement a cristallisé tous les maux – pourtant dénoncés depuis des années par nos organisations syndicales – qui touchent notre établissement :

  • l’empilement des missions sans moyens supplémentaires (ex. de la réouverture de Richelieu à la rentrée 2022 et bien entendu le titanesque chantier d’Amiens) ;
  • les suppressions de plus de 300 postes en équivalents temps plein sur les 10 dernières années qui ont conduit à des choix intolérables que nous dénonçons aujourd’hui, amenant à délaisser certaines missions fondamentales de la bibliothèque nationale et à dégrader fortement nos conditions de travail ;
  • une politique délibérée de sacrifice des effectifs de catégorie C, notamment au sein des équipes de magasinage dont 25% des postes ont disparu, qui plonge les missions de service public de la BnF dans l’impasse ;
  • le reniement du protocole de fin de grève de juillet 2016 qui instaure un grave précédent à la BnF où nous dit-on le dialogue social serait soutenu, et qui a conduit au recours honteux à de l’ultra précarité avec de nouveaux contrats à durée déterminée sur des missions pourtant pérennes ;

Depuis début mai les personnels de la BnF et l’intersyndicale BnF CGT-FSU-SUD se mobilisent sans relâche pour faire entendre nos revendications. Malgré trois préavis de grève déposés, 17 jours de grève et un taux élevé de grévistes ces deux derniers mois, cette même direction refuse toujours de retirer une réforme unanimement rejetée et laisse s’installer le pourrissement d’un mouvement social d’ampleur, pensant certainement que les congés d’été calmeront les esprits. Erreur. Les promesses de rééquilibrage très limité en faveur des catégories C, tout comme les annonces – insuffisantes et subordonnées aux moyens octroyés par les tutelles, d’embauches ou encore le plan de « déprécarisation » concocté par la direction pour se donner bonne conscience là où un recrutement direct de magasiniers devrait être organisé, sont loin de répondre aux revendications des personnels.

Cette situation désastreuse est aussi la responsabilité des tutelles, qui acceptent une réorganisation qui symbolise dramatiquement la casse du service public de la lecture et de la recherche, et qui accepte la mise en place de l’ultra-précarité.

L’arrêt des suppressions de poste de ces 3 dernières années, obtenues grâce à la détermination du personnel de la BnF, ne suffira pas à réparer les pertes subies ces 12 dernières années, surtout que les suppressions de postes en catégorie C ont continué depuis 3 ans. L’urgence dans laquelle se trouve notre établissement nécessite une réponse forte et à la hauteur des enjeux incombant à une bibliothèque nationale, consistant à octroyer immédiatement les moyens supplémentaires permettant l’embauche rapide de personnel titulaires supplémentaire, tant pour les missions assurées sur le site de Tolbiac que pour celles touchant le site de Richelieu dont la réouverture risque grandement de très mal se passer sans propositions concrètes mises sur la table par les tutelles, tutelles qui doivent aujourd’hui assumer leur responsabilité dans la crise que traverse la BnF et ses missions.

BnF : dépôt d’un nouveau préavis de grève pour le mois juillet

CGT-BnF
FSU-BnF
SUD Culture BnF

Paris, le 27 juin 2022


Madame Laurence Engel,
Présidente de la BnF

Objet : dépôt d’un préavis de grève pour les personnels de la BnF

Madame la Présidente,

Les organisations syndicales CGT-FSU-SUD et les personnels de la bibliothèque sont maintenant mobilisés depuis plusieurs mois et de façon ininterrompue depuis début mai, date de mise en place de la réforme réduisant la communication directe des documents des magasins pour les lecteurs et lectrices du Rez-de-jardin.

Cette réorganisation suscite une forte contestation des personnels à laquelle se joint le mécontentement des usagers de la bibliothèque comme en témoignent les pétitions en ligne qui ont recueilli plus de 19 000 signatures ou encore la tribune parue dans Le Monde du 20 juin signée par plus de 420 personnalités du monde de la recherche et de la culture.

Malgré maintenant trois préavis de grève déposés et un taux élevé de grévistes sur les deux derniers mois, la direction refuse toujours de retirer cette réforme unanimement rejetée et laisse s’installer un climat social durablement abîmé.

Incapable de proposer des avancées significatives relevant pourtant de sa compétence, tant sur la réforme de la communication directe que sur le rééquilibrage des effectifs en faveur des catégories C ou la précarité, la direction s’enferme dans une posture intransigeante.

Sans réponses satisfaisantes, nos organisations syndicales CGT-FSU-SUD déposent un nouveau préavis de grève à partir du 2 juillet jusqu’au 31 juillet 2022 pour l’ensemble des agent·e·s de l’établissement afin de faire aboutir les revendications suivantes :

1) Le retrait de la réforme réduisant la communication directe des documents des magasins uniquement l’après-midi et le retour aux conditions de communication directe en vigueur avant mars 2020,

2) La suspension sine die des chantiers internes supplémentaires prévue par cette réforme et impossible à mettre en oeuvre sans l’apport des effectifs nécessaires,

3) L’augmentation des moyens en personnel et financiers de la BnF à la hauteur de l’ensemble de ses besoins ; alors que le périmètre des missions de la bibliothèque augmente d’année en année, ce renforcement est primordial afin de garantir l’accomplissement de l’intégralité des missions « anciennes et nouvelles » ainsi que de bonnes conditions de travail pour les personnels,

4) Plus particulièrement, nous réclamons la mise en place immédiate de toutes les mesures nécessaires pour pourvoir les postes dont la DCO a besoin, en particulier de magasiniers titulaires, avec la publication dès maintenant des postes vacants,

5) De plus, afin de pallier le manque de personnel de magasinage (134,6 ETPT supprimés depuis 2010) et réduire la précarité, nos organisations syndicales réclament l’organisation rapide d’un recrutement de magasiniers comprenant un volet interne important pour permettre l’accès à l’emploi titulaire des plus précaires,

6) De même, nous réclamons le renforcement des postes à la DSR, en particulier magasiniers et catalogueurs titulaires au sein du dépôt légal, afin de pallier la fonte des effectifs vécue depuis plusieurs années, alors que le nombre d’entrées au dépôt légal ne faiblit pas et que de nouvelles missions (dépôt légal numérique) viennent s’ajouter,

7) Le respect du Protocole de fin de grève de 2016 prévoyant le recrutement des agents contractuels à temps incomplet sur missions pérennes en CDI et le retrait de la récente disposition prévoyant ce recrutement en CDD d’un an renouvelable une fois sur des quotités horaires faibles,

8) L’application des mesures ministérielles de revalorisation des primes. Pour les agents titulaires, nous réclamons une égalité de traitement avec les agents du Ministère de la culture qui ont bénéficié fin 2021 d’une revalorisation de leur prime de +500 à +1500 euros/an en fonction de
leur ancienneté,

9) La révision du fonctionnement du site Richelieu à la réouverture en septembre 2022 qui entraîne surcharges et dégradations des conditions de travail. Nous réclamons la fermeture des salles de recherche à 18h et le recrutement du personnel titulaire nécessaire pour le musée, la salle ovale et les salles de lecture, et l’abandon du travail le dimanche et les jours fériés.

Nous restons à votre disposition, comme le prévoit la réglementation, pour ouvrir des négociations, et nous vous adressons, Madame la Présidente, l’expression de nos sincères salutations.

L’intersyndicale BnF CGT-FSU-SUD Culture BnF

BnF en grève jeudi 30/06 : intensifions la mobilisation !

Assemblée Générale personnels BnF
Mardi 28/06 à 12h30
Hall Ouest

JEUDI 30 JUIN
GRÈVE ET MANIFESTATION
RDV >>> 14h30, Tolbiac HALL EST

Intersyndicale BnF

Le jeudi 30 juin, un conseil d’administration stratégique pour les emplois et les missions de la BnF : intensifions la mobilisation !

Pourquoi ce Conseil d’administration est stratégique :

  1. parce que la réforme de la communication des documents sera soumise pour avis à ce Conseil d’administration
  2. parce que le ministère de la culture et des finances siègent au CA, c’est donc le moment de se faire entendre en manifestant tous ensemble à 14h30 hall Est au moment de sa tenue
  3. parce qu’un budget rectificatif pour 2022 sera présenté à ce CA et que le budget 2023 est en cours de négociation au niveau ministériel, c’est donc maintenant qu’il faut agir !

La pression s’accentue sur la direction et le ministère de la Culture
La mobilisation à la BnF contre le sous-effectif, la dégradation de nos conditions de travail, la remise en cause de nos missions et la précarité continue maintenant depuis plus de 6 semaines, en lien permanent avec les lecteurs. Ces derniers, par le biais de leur association réclament toujours un accès aux collections toute la journée comme c’était le cas avant l’épidémie de Covid.
La pression s’accentue de jour en jour sur la direction et le ministère de la Culture, avec de nombreuses journées de grève, une pétition de plus de 16 000 lecteurs et une tribune dans le Monde de plusieurs centaines de personnalités issues du monde la recherche et de la culture.
Dans le même, dans la presse, se multiplient les articles sur la mobilisation des personnels et des lecteurs (le Monde, Libération, Télérama, L’humanité…).

Une prochaine réunion de négociation a lieu mardi après-midi.
Assemblée Générale mardi 28/06 à 12h30
Tolbiac Hall Ouest

JEUDI 30 JUIN
Grève et manifestation !

RDV 14h30 hall EST

Réorganisation service au public : communiqué de l’ALU BnF

Communiqué de l’Association des Lectrices, Lecteurs, Usagères et Usagers de la Bibliothèque nationale de France renouvelant son exigence du rétablissement de la communication directe des documents toute la journée

Mardi 21 juin, au lendemain de la publication de la tribune #BnFgate dans le journal Le Monde, signée par 420 personnalités de la recherche et de la culture – à l’initiative de l’ALUBnF et des représentants des usagers élus au CA de la BnF, et avec le soutien des représentants du personnel en grève – l’ensemble des lecteurs de la Bibliothèque nationale de France ont reçu un mail leur apprenant que les représentants des lecteurs avaient proposé (mais en aucun cas obtenu) un rétablissement des communications directes des livres à partir de « 11h30 (au lieu de 9h avant la crise Covid) ».

Ce vendredi 17 juin 2022, la direction de la Bibliothèque nationale de France représentée par sa présidente, Mme Laurence Engel, et son directeur général, M. Kevin Riffault, a reçu les représentants élus des lecteurs, en l’absence de représentants du personnel et de l’Association des lecteurs et usagers de la BnF.
Au terme d’une réunion de deux heures pendant lesquelles la direction a manifestement fait pression pour que les représentants élus se dissocient des revendications communes des lecteurs, usagers et personnels en grève de la BnF, un compte rendu a été signé et diffusé sur la liste de communication de la BnF.

Il ne correspond en rien aux demandes portées depuis le 2 mai par les lecteurs, usagers et personnels qui se sont exprimés dans une pétition ayant recueilli 16 200 signatures, dans de multiples communiqués de presse et deux tribunes (Libération, 10 mai 2022 et Le Monde, 20 juin) très explicites sur les revendications et particulièrement la demande du rétablissement de la communication directe en bibliothèque de recherche de 9h à 17h.

À ce jour, aucune discussion ni négociation commune n’ont été entamées par la direction. Les propositions qui émanent de la réunion du 17 juin 2022 ne reflètent aucunement les positions défendues par l’ALUBnF contre la réforme des communications directes sur le site Tolbiac.

Nous dénonçons donc fermement d’une part la manoeuvre de division de la direction poussant à une proposition alternative non concertée sans, par ailleurs, s’engager à la mettre en oeuvre, et nous réaffirmons notre exigence irréductible du rétablissement complet des communications directes, exigence partagée par tous les signataires de la tribune du 20 juin 2022.

Le bureau de l’ALUBnF