« Vacataires » de la BnF : pour lutter contre la précarité, informons-nous, réunissons-nous, organisons-nous !

Réunion d’information syndicale
SAMEDI 16 MAI, 13H00-14H00
LOCAL SYNDICAL TOLBIAC (T4, A2)

Vous disposez d’une autorisation d’absence d’une heure sur votre temps de travail pour assister à cette réunion (décret du 28 mai 1982). Prévenez avant votre encadrement.

La section Sud Culture de la BnF invite les « vacataires » à se réunir pour aborder différents points relatifs à la précarité persistante dans l’établissement ainsi qu’à leurs conditions de travail.

• Résultats du recrutement sans concours de magasiniers/ères : trop peu de postes prévus et de candidat-e-s reçu-e-s malgré leurs compétences et ancienneté. Il est temps que la BnF propose un plan de titularisation digne de ce nom pour l’ensemble des précaires de l’établissement.

• Reconnaissance de la pénibilité du travail local aveugle, compensation intégrale pour les heures travaillées en soirée, prise en compte du temps de circulation dans l’établissement dans GTA. Le « statut » ne change rien au ressenti des conditions de travail ! La direction doit désormais le reconnaître et accorder aux « vacataires » les mêmes droits qu’aux titulaires.

• Part variable dans l’avancement indiciaire des vacataires : la section Sud Culture a interpellé plusieurs fois la direction sur le caractère arbitraire de cette part variable, et en demande la suppression.

• Temps partiel « subi » : contrairement à ses engagements la BnF ne réattribue plus depuis 2013 les contrats de 90h aux « vacataires » les plus ancien-ne-s des départements, disposition pourtant gagnée en 2008. Nous en demandons l’application, ainsi que le passage sur des contrats de 110h pour les « vacataires » qui le souhaitent.

• Suppression du comité de suivi des « vacataires » : nous réclamons le rétablissement de cette instance permettant un réel suivi des situations individuelles des contractuel-le-s à temps incomplet de la BnF.

• Avancées récentes sur les droits des « vacataires » :
-après l’intervention de la section Sud Culture BnF, les formations de préparation aux concours peuvent bien être suivies sur le temps de travail par les « vacataires ».
-les « vacataires numérisation » sont enfin embauchés sur des contrats de 3 ans, ce que la section Sud Culture BnF réclamait depuis longtemps : il doit en être de même pour les « vacataires navettes » puisqu’il s’agit d’un autre besoin permanent de la BnF.

ASSEZ DE MEPRIS ! SOYONS NOMBREUX/SES SAMEDI 16 MAI !