Réussite de la deuxième journée de grève contre la précarité à la BnF

 
Pour le deuxième samedi consécutif du mois de mai, les personnels de la BnF avaient appelé à la grève pour protester contre la précarité, le sous-effectif et les coupes budgétaires. Cette deuxième journée d’action a été véritable succès ! Les précaires de la BnF ont massivement suivi la grève.
bnf_greve_1405
A 10h, les agent-es grévistes se sont retrouvé-es dans le Hall d’entrée pour informer le public des raisons de la grève et ont scandé à plusieurs reprises des slogans : «  Précarité, y en a assez, vacataires en colère ! », « Travail gratuit ça suffit! », « 110h pour tous les vacataires! »… Des banderoles ont été accrochées à l’intérieur et à l’extérieur du Hall d’entrée. Après près de deux heures de distribution de tracts et de discussion avec le public, les vacataires se sont réuni-es en Assemblée Générale pour décider de la suite du mouvement. Face à l’absence de réponse de la direction et du Ministère de la Culture qui se renvoient la balle des responsabilités, et déterminé-e-s à obtenir satisfaction sur leurs revendications, les vacataires ont voté une nouvelle journée de grève le samedi 21 mai. Les agent-es ont ensuite manifesté dans le déambulatoire du haut-de-jardin pour faire entendre leurs revendications. Ils et elles ont été rejoint-es par des collègues du nettoyage (qui avaient fait grève l’année dernière), venu-es exprimer leur solidarité.
 
greve_bnf_1405A 14 h, de nombreuses personnes solidaires ainsi que des camarades en lutte sont venu-es exprimer leur soutien. Des prises de paroles ont lieu : des vacataires de la BULAC (Bibliothèque universitaire  des langues et civilisations) qui étaient également en grève ce jour-là, de la Cinémathèque, du Musée Picasso, du centre Pompidou-Metz, des précaires de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche… Vers 15h, personnel de la BnF et personnes solidaires sont parti-es en manifestation dans le déambulatoire. Les caisses ont ensuite été bloquées rendant les expositions gratuites. Dans le même temps, un groupe est descendu manifester en rez-de-jardin. Dans plusieurs salles de lecture, des lecteurs et lectrices se sont levé-e-s, ont applaudi les manifestant-e-s et ont repris les slogans. Certains d’entre eux et elles ont également rejoint la manifestation. En effet, de nombreux/ses lecteurs et lectrices ont eu un choc en découvrant l’envers du décor de la BnF : la précarité, les bas-salaires (de nombreuses agent-es vivant sous le seuil de pauvreté…)…
Pendant près de deux heures, le public a ainsi pu visiter librement les expositions jusqu’à ce que la direction fasse passer un message sonore annonçant une fermeture anticipée du site à 17h30.

Les personnels déterminés de la BnF réclament toujours :
> passage en CDI et à 110h par mois de tous/tes les vacataires qui le souhaitent, pour un emploi stable et une augmentation significative des salaires.
> appel rapide et intégral de la liste complémentaire du recrutement direct de magasiniers/ères, pour titulariser les précaires en attente et aussi renforcer les équipes
> comptabilisation intégrale du temps de travail des vacataires
> arrêt des suppressions de postes et hausse du budget


Afin de soutenir la mobilisation des agent-e-s les plus précaires de la BnF, une caisse de soutien a été mise en place  :
https://www.lepotcommun.fr/pot/eeiwwzxy?1463138748

Tous et toutes en grève pour obtenir satisfaction sur nos revendications samedi 21 mai 2016 !
bn_greve1405grève_bnf_1405 expo gratuite__grve_bn_1405bn_greve_1405
grève_bn_1405 bnf_grève_14_05_16
Publicités