Archives pour la catégorie Tracts / Communiqués

Face à la dégradation de nos conditions de travail et aux reculs sociaux que tentent d’imposer la direction de la BnF, construisons notre mobilisation collective et imposons une vraie réorganisation positive du service public !

SUD Culture Solidaires / Section de la Bibliothèque nationale de France

Le 21/09/2018

La section syndicale SUD Culture de la BnF, après avoir pris connaissance des propositions écrites de la direction de la BnF concernant une évolution du service public à la Direction des Collections (DCO) dès 2019, tient à faire connaître publiquement sa position sur ce sujet important, tant sur la forme des réunions de discussion annoncées que sur le fond des pistes d’évolution évoquées par la direction.

Sur la forme, nous constatons que lorsqu’il s’agit de répondre aux demandes, questions, revendications des personnels et des organisations syndicales, la direction de la BnF soit le fait dans des délais très longs, le plus souvent totalement anormaux, soit ne répond même pas. Plus de deux ans après la signature du protocole de fin de grève de juillet 2016, celui-ci n’est toujours pas appliqué intégralement. De multiples dossiers sont à l’arrêt, reportés indéfiniment ou traînent en longueur. Les actions du groupe de travail sur les conditions de travail ne cessent de prendre du retard. Les règles de présentation des documents dans les instances ne sont pas toujours respectées ou bien les documents soumis sont réduits au minimum. Pire encore, les dossiers individuels où les agent-e-s sont en difficultés ou en souffrance s’accumulent, sans amélioration. A chaque fois, la direction de la BnF prétend qu’elle n’a pas le temps, que les agendas sont chargés, que la DRH est en crise ou en réorganisation, qu’il y a telle ou telle autre priorité. Même une simple mise à jour du règlement intérieur par rapport aux autorisations d’absence réglementaires a été refusée.

Par contre, lorsqu’il s’agit d’imposer à marche forcée un projet de régression sociale avec cette réorganisation du service public, là le calendrier est très resserré, les choses vont vite, du temps est dégagé pour plusieurs réunions à la suite, des moyens sont donnés pour que cela aboutisse.

Ainsi, lorsqu’il s’agit d’améliorer la situation individuelle ou collective des agent-e-s, de répondre aux revendications des organisation syndicales, ce n’est jamais possible, mais lorsqu’il s’agit d’imposer un recul important, là cela devient possible. Ce type de comportement est tout à fait inadmissible.

A ces remarques de forme, s’ajoutent celles sur le fond des propositions faites par la direction, dont plusieurs vont totalement à l’encontre à la fois des mesures réclamées par les agent-es de la BnF à travers les dernières journées de grève très suivies dans notre établissement, des revendications portées par les derniers préavis de grève déposés – dont celui déposé fin juin par notre organisation syndicale – ou encore des motivations du groupe de travail sur l’amélioration des conditions de travail qui découle lui même du protocole de fin de grève de juillet 2016 que nous avons signé avec la FSU et la CGT.

De ce fait, notre organisation syndicale ne peut pas négocier dans le dos des agent-es des mesures dont nous avons la certitude qu’elles participeront pour la plupart à une dégradation supplémentaire de leurs conditions de travail, sans apporter de réponse satisfaisante au coeur du problème que sont le sous-effectif et les restrictions budgétaires dont notre établissement souffre depuis des années.

Nous déplorons également de constater que la direction de la BnF, à travers les pistes qu’elle cherche manifestement à imposer à une vitesse phénoménale sous couvert de dialogue social, ne fait en réalité qu’anticiper le désastre programmé par la contre réforme Action Publique 2022, alors que les vraies réponses au problème des plannings de service public et à celui de la précarité ne peuvent être apportées que par une action rapide des tutelles de la BnF, en lui attribuant un budget et des effectifs à la hauteur de ses besoins et en organisant un plan de titularisation sans conditions des précaires qui le souhaitent. Un début de réponse aux problèmes évoqués existe aussi localement, si la direction de la BnF s’engageait concrètement à appeler au plus vite et intégralement la liste complémentaire du dernier recrutement de magasiniers/ères, à stabiliser réellement tous/tes les précaires actuellement en CDD et en obtenant une décision définitive pour organiser des volets internes massifs lors des prochains recrutements directs de magasiniers/ères.

Hormis ces remarques, et au vu du caractère inquiétant voire inadmissible de plusieurs des pistes aujourd’hui évoquées par la direction, notre organisation syndicale souhaite réagir au cas par cas sur les points de réorganisation proposés :

Organiser des plannings de service public par département avec une seule équipe interservice : outre le fait qu’une telle équipe nécessite l’intervention d’un certain nombre d’encadrant-es pour éviter le surmenage souvent rencontré chez les personnels en charge de cette tâche (gérant déjà ou non des plannings interservices mutualisés), surmenage bien souvent lié à la gestion de sous-effectifs, cette mesure n’apporte aucune réponse aux problèmes de sous-effectifs rencontrés dans les services, sauf à favoriser la transversalité pour mieux organiser les pénuries de personnels. De plus, cela risque de dégrader les conditions de travail des agent-e-s en les amenant à travailler sur plus de postes de travail, avec plus de trajets entre ces postes de travail et à intervenir sur des postes de travail et des collections qui ne sont pas ceux de leurs services et qu’ils et elles connaissent donc moins bien, tout cela pour masquer le sous-effectif.

Augmenter la limite du nombre de samedi par an pour les agent-es titulaires et permettre aux personnels titulaires d’aller au-delà de cette limite : comme nous l’avons de nombreuses fois exprimé, notre organisation syndicale est radicalement opposée à cette mesure, qui consisterait en une grande régression pour les personnels de la BnF amenés à travailler toujours plus, le tout dans des conditions dégradées, en sacrifiant ainsi leur possibilité de vie sociale et personnelle le samedi. De plus, en principe, ces samedis supplémentaires devraient être récupérés en semaine, ce qui ne réglera pas le problème d’effectif, mais ne fera que le déplacer (sauf si la direction décide de supprimer les récupérations de fait, ce qui serait là encore inacceptable).

Envisager un cycle de travail du mardi au samedi : notre organisation syndicale est opposée à cette mesure, qui risque d’avoir pour conséquence de casser les collectifs de travail se réunissant justement le lundi à Tolbiac. Cela risque également de favoriser l’apparition de nouvelles formes d’isolement, de désocialisation en dehors et au travail, chez les agent-es, ce qui va à l’encontre des propres préconisations de la BnF concernant l’amélioration des conditions de travail et les Risques Psycho-Sociaux. D’autre part, cette mesure visant à effacer les récupérations de service public banalise le travail le samedi pourtant censé être l’objet de compensations spécifiques et participe à créer des inégalités entre agent-es selon leur cycle de travail. Sans compter les difficultés personnelles que rencontreront les agent-e-s qui seront sur ce cycle de travail sur le long terme. De plus cela aura également un impact sur le travail interne car l’effectif lui étant destiné sera mécaniquement à la baisse.

Etudier le recours au monitorat étudiant en parallèle de la réduction du recours aux contrats d’Agent-es non titulaires à temps incomplet : notre organisation syndicale est rigoureusement opposée à cette mesure, non réglementaire et porteuse d’un projet socialement inacceptable, consistant à exploiter de manière décomplexée la précarité des étudiant-es. Il serait inadmissible que la direction de la BnF s’attelle à un tel projet, en créant une nouvelle catégorie de personnel éjectable et privée d’un certain nombre de droits, avec par exemple un accès réduit voire inexistant à l’Action Sociale ou au suivi de formations, pour des personnels pourtant ultra-précaires et qui travailleraient en réalité sur des besoins permanents, et qui de ce fait devraient être embauché-es dans le cadre prévu par la loi : embauche en CDI et possibilité d’exercer une quotité horaire équivalente à 70% d’un temps plein, ce qui constitue un moindre mal pour se confronter aux réalités sociales quotidiennes. Notre organisation syndicale s’opposera par tous les moyens à la mise en place de cette mesure.

Préciser les modalités de recours aux heures supplémentaires : notre organisation syndicale est contre le principe même des heures supplémentaires, et a pour ligne générale de défendre une augmentation des salaires et une réduction du temps de travail sans perte de salaire. D’autre part, le fait de privilégier le samedi pour effectuer ces heures supplémentaires a pour conséquence de mettre une nouvelle fois à mal le système de récupération, ce qui ne consiste une nouvelle fois qu’à s’adapter au sous-effectif. Pour les agent-es en difficulté financière qui se trouvent souvent contraint-es à solliciter ces heures, les conséquences sont prévisibles : dégradation des conditions de travail (épuisement, développement de Troubles Musculo-Squelettiques, isolement au sein des équipes). Nous précisons également que jusqu’ici, les heures supplémentaires ne devaient officiellement être attribuées que pour le travail interne, ce qui pose encore une fois la question des moyens donnés à l’exécutions de ces tâches systématiquement délaissées au profit du service public.

Créer des postes de débouchés en catégorie B : nous attendons les documents préparatoires de la direction sur cette mesure, notre organisation syndicale étant particulièrement attentive aux mesures permettant de réduire les écarts statut/fonction, mais tenons à signaler que nous ne voyons pas en quoi cette possibilité répond aux problèmes de plannings de service public. En conséquent, nous nous interrogeons sur la pertinence de discuter de ce point dans un autre cadre, sur les conséquences de ces créations de poste sur les effectifs de catégorie C en filière bibliothèque et sur leurs répercutions sur les tâches d’encadrement dans ces mêmes effectifs.

Organiser la participation au service public des personnels des autres directions que la DCO (par exemple la Direction des services et réseaux) : la base de volontariat évoquée par la direction pour les agent-es actuellement en poste hors DCO ne repose sur aucun fondement réglementaire. Le fait d’imposer du service public dans de futures fiches de poste pose par ailleurs la question du temps consacré au travail interne des agent-es hors DCO, la question des effectifs nécessaire pour accomplir l’ensemble des missions de la BnF étant à nouveau posée puisque la charge de travail ne baissera pas, ce qui dégradera les conditions de travail. De plus, le fait de prévoir deux statuts différents, pour les agent-e-s hors DCO, entre ceux et celles actuellement en poste qui pourront refuser de faire du service public et les futurs arrivant-e-s sur ces postes, qui seront obligé-e-s d’en faire, crée une inégalité de traitement, ce qui risque de devenir un casse-tête d’un point de vue réglementaire et de créer des difficultés persistantes au sein des équipes de travail, avec là encore des problèmes de répartition de la charge de travail..

Adapter les délais de communication (fermeture des magasins le samedi matin et/ou réduction des équipes lors des périodes de faible activité) : outre la dégradation du service au public des samedis, cette mesure préconisant une reprise des communications directes à 14h est sans effet réel puisque la charge de travail ne se trouve que reportée au vendredi et lundi (voir sur le samedi après-midi). En ce qui concerne l’adaptation aux périodes de moindre activité (exemple du midi cité), nous ne sommes favorables à aucune réduction de binômes en station, ni même à que soit systématiquement abandonnées des stations TAD sur l’heure de déjeuner, comme cela est en fait déjà appliqué faute d’effectifs dans certains départements (constat est fait que le report de charge de travail sur le personnel reprenant la station en début d’après-midi est parfois plus que conséquent, sans compter les urgences et imprévus parfois difficiles à gérer dans de bonnes conditions).

Pour toutes ces raisons, aussi bien sur la forme de ces réunions, sur leur caractère précipité alors qu’il y a bien d’autres priorités beaucoup plus importantes et des dossiers en souffrance depuis trop longtemps ; que sur le contenu inacceptable de la plus part des mesures proposées, notre organisation syndicale a décidé de ne pas participer à ces réunions. C’est pourquoi nous participons au boycott de ces réunions, aux côtés de la FSU et de la CGT BnF. Mais surtout nous allons continuer à construire la mobilisation contre les reculs sociaux que tentent d’imposer la direction de la BnF et le ministère de la Culture, dans la poursuite des 8 journées de grève qui ont eu lieu à la BnF entre fin mai et début juillet, afin de faire aboutir nos revendications.

Nous appelons tout le personnel de la BnF à nous rejoindre dans cette action directe contre la précarité, le sous-effectif, les mauvaises conditions de travail, les réorganisations incessantes, la remises en cause de nos droits conquis, pour la création de postes de titulaires, pour la stabilisation en CDI des collègues « vacataires » en CDD, pour l’appel immédiat de l’ensemble de la liste complémentaire du dernier recrutement de magasiniers-ières, pour des moyens suffisants pour le service aux publics, pour l’amélioration des conditions de travail.

Refusons la réorganisation du travail que l’on tente de nous imposer, construisons plutôt collectivement la nôtre !

Publicités

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES PERSONNELS DE LA BnF Jeudi 20 septembre à 12h30 / Hall Ouest

Intersyndicale BnF : CGT – FSU – SUD Culture

Face aux annonces de la direction de la BnF et aux attaques gouvernementales

 Mobilisation générale pour défendre nos missions et nos conditions de travail !

La direction de la BnF a décidé d’organiser, au moyen de 4 réunions courant septembre, une consultation des organisations syndicales de la BnF dans le but de leur présenter une réorganisation inédite du service public dès janvier 2019, dans un premier temps sur le site de Tolbiac.

Les raisons réelles de cette réorganisation ? L’austérité budgétaire et les suppressions de postes attendues pour 2019, cumulées aux pertes des années passées et la volonté de la direction de réduire le nombre de « vacataires ».

Alors que les préavis de grève déposés ces derniers mois par nos organisations syndicales dénoncent les situations de sous-effectifs, les baisses de budget, la dégradation des conditions de travail des agents de la BnF, particulièrement de catégorie C, le retour inacceptable d’une ultra-précarité dont la direction est seule responsable, les réorganisations aux dépens de la santé des personnels comme à PHS ou encore la lenteur des travaux pour répondre à la pénibilité du travail en local aveugle, la direction de la BnF nous propose en guise de réponse de ne discuter que de la gestion des pénuries.

La dégradation des conditions de travail des agents de la BnF ne se négocie pas, elle se combat ! L’intersyndicale CGT-FSU-SUD Culture boycottera ces réunions et invite tous les personnels à se mobiliser largement !


LES PREMIÈRES MESURES RÉGRESSIVES ENVISAGÉES PAR LA DIRECTION :

 ► augmentation du nombre de samedis obligatoires par an

► mise en place d’un nouveau cycle de travail du mardi au samedi

► recours au monitorat étudiant (contrats ultra précaires) pour remplacer les « vacataires »

► obligation pour les magasiniers d’effectuer leurs heures supplémentaires le samedi

► poster les magasiniers qu’une demie journée le samedi…

Des attaques frontales contre nos conditions de travail, nos acquis et nos droits, qui toucheront d’abord les cat. C de Tolbiac, puis tous les personnels !


Ne soyons pas dupes du projet de la direction, attelée dès maintenant à appliquer les coupes budgétaires annoncées dans le cadre d’Action Publique 2022, projet néfaste porté par le gouvernement dans une logique de casse des services publics.

Notre établissement n’a pas besoin d’une réorganisation visant à niveler droits et conditions de travail vers le bas, il a besoin de budgets en hausse, de vraies solutions pour les précaires, et surtout de renforts en effectifs, avec pour commencer l’appel immédiat et intégral de la liste complémentaire du dernier recrutement de magasiniers/ères.

 >>> Non à la réorganisation du service public

>>> Non aux suppressions de postes et à la précarité

>>> Retrait « d’Action Publique 2022 »

>>> Pour un budget  2019 qui donne à la BnF les moyens d’assurer pleinement ses missions.

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES PERSONNELS DE LA BnF

Jeudi 20 septembre à 12h30 / Hall Ouest

Vous disposez d’une autorisation d’absence d’une heure sur votre temps de travail

AG

Oui, notre camarade Clément Méric a été assassiné par l’extrême droite

Union syndicale Solidaires

Communiqué – Paris, le 14 septembre 2018

La Cour d’assises de Paris vient de rendre son verdict dans le cadre du procès entamé le 4 septembre dernier contre les agresseurs responsables de la mort le 5 juin 2013 de notre camarade Clément Méric, militant antifasciste et syndicaliste à Solidaires Etudiant-e-s.

Certains ont voulu renvoyer dos à dos « fachos » et « anti-fascistes », comme si l’extrémisme et la haine des uns étaient comparables à l’engagement militant et les valeurs antiracistes des autres, et comme s’il s’agissait au fond d’une simple rixe entre « bandes rivales ». Confondre les deux, banaliser l’extrême droite et ses déclinaisons, favorise leur développement et la violence, en les assimilant à des actes banals.

Ce n’est pas le cas, la violence fasciste est une violence réelle basée sur des concepts politiques : les attaques contre les personnes racisées, contre les antiracistes et les antifascistes est théorisée et arrive en tête de leur répertoire d’action, comme nous pouvons le voir en France et malheureusement de façon de plus en plus répandue en Europe.

Face à la haine de l’autre, au sexisme, à la LGBTphobie et au racisme, face à des personnes qui portent fièrement l’idéologie néo-nazie, il n’est pas question de baisser les yeux, de faire semblant de ne pas voir.

L’Union syndicale Solidaires, membre du comité pour Clément, se félicite que le jugement reconnaisse cette réalité.

Nous continuerons de porter la mémoire de Clément et de ses engagements qui sont les nôtres. Les nombreuses initiatives qui ont eu lieu durant le procès dans de nombreuses villes de France montrent que le meurtre de Clément n’est pas tombé dans l’oubli. Le syndicalisme porte des valeurs que nous continuerons de défendre dans les entreprises, dans les administrations, dans les universités et dans la rue.

31 rue de la Grange-aux-Belles 75 010 Paris / Téléphone : 01 58 39 30 20 / Télécopie : 01 43 67 62 14 / contact@solidaires.org / http://www.solidaires.org

plaque-clement-min-625x422.png

Non au projet de réorganisation du service public et non à la cogestion !

Intersyndicale BnF CGT-FSU-SUD Culture

La direction de la BnF a décidé d’organiser, au moyen d’un nombre important de réunions courant septembre, une consultation des organisations syndicales de la BnF dans le but de leur présenter une réorganisation inédite du service public en janvier 2019, dans un premier temps sur le site de Tolbiac.

Cela se traduit par une longue liste de mesures touchant de plein fouet l’organisation du travail des magasiniers/ères de la BnF, allant du voeu pieux à des propositions parfaitement inacceptables, telle que celle d’augmenter le nombre de samedis obligatoires par an, ou encore le recours à l’ultra précarité avec le monitorat étudiant.

Alors que les préavis de grève déposés ces derniers mois par nos organisations syndicales dénoncent les situations de sous-effectifs, les baisses de budget, la dégradation des conditions de travail des agents de la BnF, particulièrement de catégorie C, le retour inacceptable d’une ultra précarité dont la direction est seule responsable, les réorganisations au dépend de la santé des personnels comme à PHS ou encore la lenteur des travaux pour répondre à la pénibilité du travail en local aveugle, la direction de la BnF nous propose en guise de réponse de ne discuter que de la gestion des pénuries.

Pour nos organisations syndicales, la dégradation des conditions de travail des agents de la BnF ne se négocie pas, elle se combat.

De même, nous ne sommes pas dupes du projet de la direction, attelée dès maintenant à appliquer les coupes budgétaires annoncées dans le cadre d’Action Publique 2022, projet mortifère porté par le gouvernement dans une logique de casse des services publics.

Notre établissement n’a pas besoin d’une réorganisation visant à niveler droits et conditions de travail vers le bas, il a besoin de budgets en hausse, de vraies solutions pour les précaires, et bien entendu de renforts en effectifs, avec pour commencer l’appel immédiat et intégral de la liste complémentaire du dernier recrutement de magasiniers.

En conséquent, nous refusons de participer à ces réunions, et annonçons que nous opposerons par tous les moyens à l’application de cette réorganisation, avec les personnels de la BnF. Nous réclamons en parallèle l’arrêt des suppressions de postes et des baisses de budget attendues pour 2019.

L’intersyndicale BnF CGT – FSU – SUD Culture

Le 14/09/2018

Soutien aux agent.e.s en lutte de la Bibliothèque Nationale

Communiqué SUD Collectivités Territoriales

Paris, le 29 août 2018

La Bibliothèque nationale de France est un établissement historique, essentiel au bon fonctionnement de la culture en France. C’est en son sein qu’est conservée la plus grande partie de la production écrite française.

Si la grande bibliothèque de Tolbiac est la partie la plus visible de la structure, d’autres lieux existent dans Paris reflétant la diversité des collections conservées.

Le projet de la direction de supprimer des postes à tous les niveaux mais aussi de fusionner des salles de lecture va dégrader une fois de plus le service rendu aux usager.e.s tout en rendant les conditions de travail des agent.e.s encore plus difficiles.

De plus, une partie du personnel travaille dans des conditions de précarité inacceptables : contractuel.le.s, vacataires… occupant des emplois permanents.

Enfin la baisse constante des budgets impacte non seulement les agent.e.s mais aussi les missions de conservation et de mise à disposition des documents pour tous les usager.e.s, qu’ils soient chercheurs-euses ou simples visiteurs-euses des expositions proposées par la BnF et son réseau de bibliothèques parisiennes. Ces réductions budgétaires ont aussi des conséquences sur de nombreuses bibliothèques en France, pôles associés de la BnF qui bénéficient ainsi des compétences de ses personnels et de financements du ministère de la Culture.

Dans un contexte de réductions généralisées des moyens affectés à la culture et plus particulièrement aux bibliothèques, la lutte des agent.e.s de la BnF prend tout son sens.

Bibliothèque nationale, universitaires ou territoriales, les attaques sont les mêmes. Par la réduction des moyens matériels et financiers, ainsi que par la précarisation des agent.e.s, c’est l’accès à la culture qui est attaquée . C’est aussi la possibilité offerte aux citoyen.ne.s d’avoir un accès libre et universaliste à l’information, condition sine qua non d’une démocratie vivante et émancipée des démagogies prônant la haine et l’exclusion, et de la lutte contre tous les obscurantismes qui est mise à mal.

La Fédération SUD Collectivités Territoriales s’associe et apporte tout son soutien aux camarades dans la lutte qu’ils/elles mènent à la Bibliothèque nationale de France pour de meilleures conditions de travail et pour la déprécarisation des agent.e.s.


SUD Collectivités Territoriales
31 rue de la Grange aux Belles – 75010 PARIS
tel : 01 58 39 32 09 – mèl : fedesudct@gmail.comhttp://www.sud-ct.fr

L’extrême droite tue, faisons son procès (04-14 septembre 2018)

Union syndicale Solidaires

 

a296c0320259b3b0-3427b.jpgLe 5 juin 2013, Clément Méric, militant antifasciste et syndicaliste à Solidaires étudiant-e-s était tué à Paris par des fascistes. Du 4 au 14 septembre 2018, ses agresseurs comparaîtront devant une cour d’Assise.

Cinq ans après les faits, la menace de l’extrême-droite continue de se développer, notamment à cause du capitalisme, de la précarité et de la concurrence qu’il instaure entre les travailleurs et les travailleuses, en faisant germer le racisme, l’homophobie et le sexisme.

Les gouvernements successifs favorisent la xénophobie et laissent mourir les migrant-es dans la Méditerranée comme sur le territoire français. Ils organisent la précarité et répandent la misère en détruisant les services publics et le code du travail.
Les groupuscules fascistes et les partis d’extrême-droite présents dans les institutions tentent de récupérer la colère des travailleurs et des travailleuses face à ces mesures antisociales.

Or, dans les faits, ce n’est certainement pas du côté des plus pauvres que se trouve le Rassemblement National. Dans les villes administrées par des maires élus sous l’étiquette de son ancêtre le Front National, les aides et services sociaux sont réduits, parfois à néant.

De même, des groupuscules tentent d’ouvrir des “Bastions sociaux” dont l’objectif prétendu est de venir en aide aux plus précaires, uniquement s’ils ont l’air Français. Pour l’instant, la pauvreté n’a pas reculé dans les villes où ils sévissent. Cependant, des agressions homophobes et racistes de la part de leurs membres sont condamnées en justice.

A l’opposé de cela, l’union syndicale Solidaires revendique l’anticapitalisme et l’égalité des droits. Elle est porteuse d’un syndicalisme qui défend la solidarité entre tous les travailleurs et toutes les travailleuses. Il s’agit d’une condition fondamentale pour construire un rapport de force face au système libéral destructeur. Et c’est aussi un élément primordial du progrès social. Clément est mort pour ses combats qui sont les nôtres : la lutte contre les discriminations et les oppressions, pour une société juste, solidaire et démocratique.

L’union syndicale Solidaires appelle donc à organiser ou à participer à toutes les initiatives de mobilisation pour la solidarité et contre l’extrême-droite à l’occasion du procès des agresseurs de Clément.

Union syndicale Solidaires
31 rue de la Grange aux Belles – 75 010 Paris
tel : 01 58 39 30 20 –
fax : 01 43 67 62 14
contact@solidaires.org


Les rendez-vous

a.jpg

De plus amples informations sont disponibles ici : http://www.pourclement.org


 

Solidaires étudiant-e-s, syndicats de luttes

Vendredi 31 août 2018

Procès des assassins de Clément Méric. L’extrême droite tue, faisons son procès !

Le 5 juin 2013, notre ami et camarade Clément Méric était assassiné par des fascistes à Paris. Comme nous, il était alors étudiant, militant, antifasciste, syndicaliste.

Du 4 au 14 septembre se tiendra le procès de ses assassins, à la Cour d’Assises de Paris. Nous demandons au maximum de personnes possible de venir en soutien à la famille de Clément et à ses proches pendant les audiences. En parallèle, nous appelons à une présence nombreuse aux rassemblements des 4, 11 et 14 septembre (voir détails sur notre site).

Pris pour cible du fait de ses engagements politiques, Clément Méric a été victime d’un assassinat politique.

Dans un contexte de criminalisation des mouvements sociaux et des militants, il est important de rappeler que c’est l’extrême droite et ses idées qui violentent, blessent et tuent partout en France, hier comme aujourd’hui. Ce procès doit être l’occasion de réaffirmer, publiquement, partout, que le fascisme est un poison, et que la résistance antifasciste doit continuer à s’organiser.

Nous ne baisserons jamais les bras face aux idéologies mortifères, racistes. Le fascisme doit être combattu partout, dans nos facs comme sur nos lieux de travail, dans les rues comme dans les discours. Ce procès sera l’occasion de faire la lumière sur les circonstances de cet assassinat, et que soit reconnue et jugée la dimension politique de cet acte.

L’extrême droite tue, faisons son procès !

Solidaires étudiant-e-s, syndicats de luttes
Porte-parolat : 06.86.80.24.45
http://www.solidaires-etudiant-e-s.org/
contact@solidaires-etudiant-e-s.org

 

Préparons la rentrée ! HMI jeudi 30 août 12h30

Sous-effectifs, contrats courts, surcharge de travail… les maux sont toujours les mêmes et la direction est aux abonnés absents ! Sa seule proposition : la réorganisation du service public qui va rogner sur nos droits et nos conditions de travail ! Voici les pistes outrageantes annoncées par la direction pour le service public :

–> Augmentation du nombre de samedis travaillés par an pour les agent .es titulaires
–> Recours au monitorat étudiant
–> Recours aux magasinier.ères hors DCO
–> Heures supplémentaires : priorité donnée aux samedis pour effectuer ces heures supplémentaires
–> Création d’un nouveau cycle de travail mardi – samedi
–> Réduction des plages de communication le samedi

Nous réclamons toujours :

v L’arrêt des réorganisations incessantes qui entraînent de la souffrance au travail
v Une vraie amélioration de nos conditions de travail, notamment en local aveugle
v Une stabilisation des « vacataires » ultra précaires actuellement en cdd
v L’appel immédiat de toute la liste complémentaire du dernier recrutement direct de magasiniers/ères
v Un budget et des postes à la hauteur des missions de l’établissement, l’arrêt des suppressions de postes à la BnF en 2019
v La rénovation du bâtiment Louvois et l’abandon du plan de fusion des salles de lecture à Richelieu
v L’abandon du plan Action Publique 2022
v L’organisation de volets internes dans les recrutements directs de magasiniers/ères

Pour faire le point sur les dernières négociations avec la direction, à la suite des journées de grève des mois de juin et juillet,
Pour décider de la suite de la mobilisation, rendez-vous :

Jeudi 30 août à 12h30
Locaux syndicaux Tolbiac T4/A2

Nous avons le droit à 1 heure par mois sur le temps de travail de réunion syndicale (décret n° 82-447 du 28 mai 1982).